159/60 – COURRIELS DES LECTEURS


– 9. – Ils apprécient et c’est bien agréable

« J’en profite pour vous dire que, même si j’ai encore peu de recul, j’apprécie beaucoup votre “plume libre”, qui doit certainement s’accompagner d’un regard scrutateur qui ne laisse rien passer… » Danièle S.

***

« En tant que conseiller d’insertion et de probation, j’essaie de m’appliquer au mieux à donner du sens à mon action. Je lis alors toujours avec plaisir votre publication, véritable bouillonnement d’analyses et de réflexions.  Est-il possible de lire ACP sur version papier, que l’on pourrait recevoir à une adresse donnée ? Je reçois ACP par mail mais ce n’est pas toujours agréable de lire sur un écran d’ordinateur, alors s’il y a possibilité de s’abonner je serai intéressé. Je vous souhaite une bonne journée.  Marc Aurélien.

Merci de vous encouragements, fort utiles. Pour le moment la réponse à votre question est « non ». PVT

« Dommage pour la publication papier… Je dois vous dire que j’avais même pensé proposer à mon chef de service l’abonnement à ACP car j’ai découvert que sur le nouveau SPIP sur lequel je viens de mutter il y avait un centre de ressource documentaire pour les personnels. Sinon, je peux vous dire que ACP est lu par d’autres CIP avec lesquels j’ai l’occasion d’échanger à ce sujet. Vous pouvez publier mon premier mail, mais je préfère sous pseudonyme ». Marc Aurélien.

_________________________________________________________________________

– 10. – François n’apprécie pas et vote avec ses pieds.

« Compte tenu des orientations prises par  votre revue je ne souhaite plus la recevoir. Dommage ». François P. conseiller d’insertion et de  probation (CIP).

Réponse de Pierre V. Tournier à François P. : Cher Monsieur,  Merci de votre franchise. Votre demande sera satisfaite, bien entendu.  J’ai chaque année 5 à 10 personnes qui demandent à être désabonnées sur 4 000. Et je trouve que  c’est tout à fait leur droit. Et je respecte leur choix. Certains demandent  ensuite à se réabonner [j’ai en tête l’exemple récent d’un chercheur fort connu, dans le champ, que je ne nommerai pas], pensant sans doute que c’est un peu dommage de se priver – volontairement – d’une source d’information – gratuite –  sur le champ pénal  – pluraliste, mais pas neutre – à ma connaissance sans équivalent dans le monde francophone.

Mais je serais très intéressé d’en savoir plus sur ce que vous entendez par « mes orientations ». Trop à droite ? Trop à gauche ? Pas assez rigoureuses ? Mensongères ? Irrespectueuses pour telle ou telle personne ? Pour telle ou telle opinion ?

Transparence. Pour préciser un peu mon positionnement politique, si cela vous intéresse : Aujourd’hui je ne suis membre d’aucun parti politique, mais je participe, comme expert (comme on dit !), à la commission nationale « Justice » du Parti Socialiste, à la commission nationale « Justice » des Verts et je suis membre du « cabinet d’experts » de la fondation progressiste « Terra Nova ». Par ailleurs,  je suis membre associé de l’Association nationale des visiteurs de prison (ANVP) et membre d’honneur du GENEPI ; mais d’aucune autre organisation. Fondateur du Club social-démocrate – informel –  « Des Maintenant en Europe », il m’arrive de me sentir proche de nombre de militants de l’OIP, de la LDH ou du SM mais pas vraiment  de leurs  directions actuelles respectives. J’ai un vrai problème avec le « gauchisme pénal ». Vous l’avez compris.

Enfin comme fonctionnaire d’Etat, je travaille bien évidemment avec les autorités légales  (participations à des missions officielles, rencontres diverses dans tel ou tel Département ministériel, auditions par des commissions parlementaires). C’est aussi pour faire cela que je suis rémunéré par l’Etat,  comme directeur de recherches au CNRS.  En particulier, c’est à ce titre que, depuis septembre 2007, je suis impliqué, en toute transparence, dans un certain nombre de chantiers importants menés par Alain Bauer, président de l’Observatoire national de la délinquance (OND), et ce à la demande du Président de la République. Cette coopération – qui se poursuit, nous y reviendrons prochainement – m’a valu quelques attaques fort violentes de certains de mes « collègues » sociologues radicaux de la banlieue versaillaise ! Mais bon, comme dit le proverbe turc (ou arabe, je ne sais..) : « les chiens aboient, la caravane passe ».

A ce jour,  François P. n’a pas répondu à mon offre de dialogue (musclé ?). Je lui avais précisé que les colonnes (sic) d’ACP lui été ouvertes. Mais c’est aussi son droit de choisir avec qui il veut dialoguer.

De notre propre passé, ne faisons surtout pas table rase.

Comme on est parti à se dire tout, alors allons-y, cher François P. J’ai cotisé au Parti socialiste (section de Paris 17ème), en 2004, 2005, 2006 et 2007. Comme des dizaines de milliers d’adhérents, j’attends que « cela se décante », n’ayant pas formellement démissionné. Je n’imagine pas un instant adhérer à une autre organisation existante. Je ne suis pas certain non plus d’avoir encore envie de cotiser à un parti ! Le seul autre parti dont j’ai été membre – et fier de l’avoir été – c’est le Parti Socialiste Unifié (PSU), entre septembre 1971 et avril 1972, section de Mont-Saint-Aignan, dans la banlieue de Rouen. J’avais 21 ans et j’étais responsable du groupe PSU que j’avais mis en place à l’Ecole d’ingénieur en chimie industrielle (INSCIR) où j’étais élève. Michel Rocard était secrétaire général du parti. Même si j’avais déjà une grande admiration pour ce leader – et c’est encore le cas aujourd’hui –  j’appartenais, alors, à une tendance d’opposition dite « marxiste révolutionnaire » (MR) (1) proche de la Ligue communiste d’Alain Krivine et de la IVème  Internationale. Mes camarades de cette tendance quitteront le PSU pour adhérer à la Ligue au cours du 1er semestre 1972 ;  j’ai quitté le PSU, – et mon école d’ingénieur –  en même temps qu’eux, mais sans les suivre, plutôt pour des raisons personnelles que par choix politique.  Mais bon je ne vais pas vous raconter ma vie sentimentale.

________________

(1) Pour celles et ceux que cela intéresseraient, les idées de cette tendance politique sont exposées dans l’opuscule suivant  : Denis Berger, Jacques Kergoat, Christian Leucat et Jean-Marie Vincent « Contre la passivité, contre confusion, une plate-forme pour les révolutionnaires », François Maspero Editeur, 1972, 76 pages, 4,00 F. soit 0,61€ !