155/56 – COURRIELS DES LECTEURS


Courriel de Jean-Loup Gajac.

A propos de la chronique de PVT « La statistique et les services : ‘Prisons pour femmes’, Leçon n°5 ». Où il était question des 367 femmes recensées par les services comme portant la burqua, ACP, n°151-152, 14 septembre 2009.

Bonjour. Je travaille à la Réunion depuis 20 ans. J’ai 59 ans. J’ai eu l’occasion de vous serrer la main “furtivement”, lors d’une formation continue en juillet organisée par l’Ecole nationale de la magistrature « la prison en questions”, parmi tant de gens. Nous avions échangé une fois par écrit sur les centres de rétention administrative. Je rediffuse « ACP » depuis longtemps ainsi que toute information concernant les prisons à environs 120 personnes de la Réunion (la plupart fonctionnaires mais aussi associations, LDH, CHRS, psy, JAP, etc. …).

Un “détail”, pour répondre à votre article sur les visages masqués de musulmanes “salafistes” : nous avons ici à la Réunion pas mal de musulmans de toutes origines et traditions.

Le problème du voile intégral est aussi marginal qu’en Métropole mais ici ne dérange personne, sinon les intéressées lorsqu’il fait chaud ! Il n’y a JAMAIS eu aucun problème, la plupart de celles qui sont entièrement voilées (du visage) allant à la Medersa et ne poursuivant pas d’études puisque dans ces milieux les femmes ne font pas d’études, ni ne travaillent en dehors de la maison, le plus souvent. Elles ne sortent que très peu de la maison. Je suppose que chez les Juives de telle ou telle secte ou Témoins de Jehova ou d’autres encore il doit y avoir aussi des choix de vie identiques.

Ce qui est intéressant à la Réunion, c’est que les filles ont toujours été acceptées à l’école avec leurs voiles sur la tête. Pour les Comoriennes, les Mahoraises, les Indo-Musulmanes, il n’y a pas eu ici de rejet. Comme à Maurice, où les Hindoues aussi ont culturellement intégré le port du voile (qui existe depuis deux millénaires en Inde et ailleurs), à la Réunion on sait depuis toujours qu’il ne faut pas réduire la personne à son aspect vestimentaire.

Sauf votre respect, une barbe imposante (1) ne signifie pas qu’on soit adepte du terrorisme. De même, une tête couverte ne signifie pas obscurantisme et soumission. Personne ici ne comprend cette soudaine compassion de l’Etat Français pour les “pauvres musulmanes voilées” qu’il faut défendre contre elles-mêmes !

C’est même joli et agréable de voir par exemple le sari envelopper la femme dans des couleurs et mouvements gracieux, alors même qu’elle aurait un corps trop maigre ou trop gras …

Un intégriste laïc tout frais débarqué de Métropole au Rectorat de la Réunion a voulu imposer ici aux jeunes filles d’enlever leur voile de tête à l’école ; il y a eu un tollé général contre lui, il a vite fait de la mettre en veilleuse. La Métropole pourrait venir ici voir comment se passe la cohabitation de tant de cultures au sein de la République et en tirer des enseignements précieux au lieu de servir la soupe au Front National.

Il en va différemment des femmes adultes qui se voilent le visage de façon intégrale, mais est-ce aussi grave ?

Le monde occidental est si terriblement indifférent et agressif qu’on peut comprendre le processus qui conduit certaines communautés à se serrer les coudes et à réagir par des affirmations abusives de leur liberté religieuse. Le repli identitaire est provoqué par le rejet et vice-versa, mais qui, de la poule et de l’oeuf … ?

De même que le terrorisme d’Etat de certains pays occidentaux a exacerbé les réactions terroristes, de même que les Twin Towers sont tombées suite aux multiples agressions commises par les faucons américains pendant un demi-siècle depuis Hiroshima qui a inauguré 50 années de pillages des ressources et de morts sur tout le globe, de même toutes les dérives communautaristes ne peuvent être combattues que par la justice sociale et les solidarités envers les plus démunis.

Si on laisse ce gouvernement briser ainsi les acquis sociaux de 50 années de luttes, par exemple supprimer les Juges d’Instruction pour protéger les grands réseaux de corruption, etc. … etc. …, on réactive forcément les violences réactionnelles. Que peut prétendre imposer comme valeurs morales un Etat qui les bafoue lui-même quotidiennement ?

Il y a tant de gens qui se voilent la face sur les conséquences gravissimes de certaines orientations politiques de notre gouvernement, que pour moi, les cris d’effroi devant le voilement de quelques femmes ne peut que me faire sourire. En toute maladie, il ne faudrait pas confondre le symptôme avec la cause originelle. Bien à vous.

(1) Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas, je porte une barbe parfois abondante – c’est selon la saison – PVT.

RETOUR sur le passé…

A propos d’Emmanuel Jaffelin, professeur de philosophie en terminale au Lycée Lakanal, Sceaux, auteur d’un texte (foucaldien à souhait !) dans Le Monde daté du samedi 5 septembre 2009.

Dans ACP, n°151-152, 14 septembre 2009, j’écrivais ceci : « resucée de la pensée foucaldienne, le texte de M. Jaffelin s’intitule Un système absurde dans une démocratie moderne. Au delà de l’humiliation, il est devenu plus meurtrier que la peine de mort. Si les mots ont un sens, M. Jaffelin pourrait-il nous dire à quelle époque il y avait dans notre pays, plus d’exécutions capitales, dans l’année, que de suicides dans les prisons ? Il nous rappelle que Nietzsche avait proclamé la mort de Dieu » [Le Diable en rit encore], Hegel avait annoncé la fin de l’histoire [mais ça continue de plus belle], Foucault avait diagnostiqué la mort de l’homme » [sans la taxe carbone, ça c’est possible] et M. Jaffelin prenant place dans cette prestigieuse lignée nous annonce la mort de la prison et la fin du système pénal. En attendant, « le mal court ». Aucun philosophe n’a encore annoncé son crépuscule. »

***

A lire la lettre de 4 pages qu’il m’a adressée par la poste après avoir lu mes propos sur un site d’internet, M. Jaffelin n’a pas vraiment apprécié mon humour philosophique. Il ne semble pas non plus que la question du « Mal » l’intéresse. Dommage pour ses élèves ! Les dernières lignes donnent bien le ton de son courrier. Et l’on comprendra que je ne reproduise pas ici la diatribe dans sa totalité : « Monsieur l’Arpenteur, s’il m’arrive un jour, en haut lieu, de pouvoir évoquer votre nom pour suggérer que vous cessiez de croupir au CNRS afin de trôner en majesté dans les jardins du Palais Royal [sic] non en tant qu’intermittent de la chose pénale à qui l’on confie la fonction ronflante mais inutile de « conseiller scientifique »  ou une « « lettre de mission » (c’est mieux que de « cachet ») de la direction de l’administration pénitentiaire, mais comme Garde des Sceaux, croyez bien que je le ferai et que je mettrai toutes mes forces de conviction pour cela. En échange, si j’ose dire, j’aimerais que vous me fassiez l’honneur, à temps perdu, de compter les colonnes de Buren car leur habillage psychédélique me donne le tournis.  Au temps pour moi, Pénalement  vôtre ».

Il est drôle  notre professeur de philosophie de Lakanal ? Non ? Il se trouve que j’ai toujours aimé les colonnes de Buren. Quand mes filles étaient petites, on allait souvent jouer, dans cet espace si ludique. On courrait  autour, on se cachait derrière,  elles montaient sur les plus accessibles,  elles se faisaient hisser sur les plus grandes, pour se faire peur, pour nous faire peur. Mais, il ne m’est jamais venu à l’idée de les compter ! Comme chacun peut l’imaginer, au cours  de  mes recherches, je me pose généralement deux questions, souvent simultanément : comment compter ?  et pourquoi ? Oui pourquoi ? Pour les colonnes, pas de difficulté méthodologique (facile !) mais pour le pourquoi les compter ? Je n’ai pas été chargé d’évaluer le coût de leur restauration (en cours). Enfin, pour ceux qui l’ignoreraient, comme M. de Lakanal, le Ministère de la Justice ce n’est pas au Palais Royal (1) mais place Vendôme. Et là il n’y a qu’une seule colonne, la colonne Vendôme. Je l’ai mesuré, elle fait 3,60 mètres de diamètre moyen [sic] et 44,3 mètres de haut environ. Mais, en réfléchissant, je ne sais plus si j’ai compté le bonhomme qui est au sommet. Il faudra que j’y retourne et en passant dans le quartier,  j’irai  compter les colonnes à  Dany.

Pierre V. Tournier, ancien interne au Lycée Lakanal (1968-1971)

(1) On y trouve le  Conseil d’État, le Conseil constitutionnel, le Ministère de la Culture et  la Comédie-Française.