155/56 – M. LE PRÉSIDENT


Paris, le  21 septembre 2009. Lettre ouverte à M. le Président de la République

Monsieur Nicolas Sarkozy

Président de la République                                                                                                                                                        

Monsieur le Président de la République,

Le 9 septembre 2009, nous vous avons adressé le texte de l’appel du 1er septembre 2009 intitulé « La prison à la recherche d’un consensus » par lequel les principales fédérations et associations du champ pénitentiaire et de nombreuses personnalités de toutes sensibilités exprimaient leurs attentes quant à la prochaine loi pénitentiaire. Depuis cette date d’autres organisations nationales nous ont rejoints, ainsi que des centaines de citoyennes et de citoyens de toutes professions et de toutes les régions ; et ce, malgré le silence assourdissant des médias concernant cet appel. Ils sont, en effet,  plus prompts à promouvoir les positions extrémistes, les dissensions et les disputes que les  prises de position qui tendent à rapprocher dans le respect des différences.

Vous ayant exprimé notre souhait de vous rencontrer pour vous faire  part de notre point de vue quant aux obstacles à surmonter pour améliorer la condition pénitentiaire, nous sommes très déçus de n’avoir reçu aucune réaction de votre part, à ce jour (1).

Lors de la discussion en séance publique à l ‘Assemblée nationale, le consensus recherché n’a pas été atteint, même si certains amendements de « combat »  venant de certains  députés de la majorité ont été heureusement repoussés par M. Le rapporteur et le Gouvernement. Aussi comptons-nous désormais sur la commission mixte paritaire qui se réunira le 7 octobre pour voir satisfaites, du moins en partie nos attentes. Les nombreux fonctionnaires pénitentiaires qui ont signé notre appel, aux côtés de la société civile, attendent eux aussi que vous nous aidiez à construire, dans les jours qui viennent, ce consensus. Il faut sortir de « l’ère du soupçon » : la prison républicaine verrait alors sa légitimé enfin reconnue par  le plus grand  nombre, dans l’intérêt de tous.

Nous vous prions, d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

Pierre V. Tournier

Animateur du Club DES Maintenant en Europe

(1) Aucune réaction non plus du Premier Ministre, aucune réaction de la Garde des Sceaux, aucune réaction du secrétaire d’Etat.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre-Victor Tournier (28 septembre 2009). 155/56 – M. LE PRÉSIDENT. Arpenter le champ pénal. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/akkx


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search