180 – RÉFLEXIONS ET NOUVELLES


Criminologie et justice civile

Claude Bouchard, maître de conférences en psychologie clinique, psychopathologie et criminologie, Université Rennes 2 et Virginie Prud’homme, psychologue clinicienne et doctorante en psychologie.

Traditionnellement la criminologie est définie comme l’étude des faits criminels et délictueux, et donc largement vouée au domaine pénal. De même pour la victimologie, que nous lui associons intimement, qui s’intéresse préférentiellement au «couple pénal» agresseur / victime. Il est ainsi tout un pan de l’action de la justice que la criminologie comme la victimologie ne paraissent pas étudier, et qui pourtant pourrait amplement bénéficier de ses développements, voire en être enrichies en retour : celui de l’action socio-éducative judiciaire relevant de la justice civile, et entre autres la protection de l’enfance et le secteur des majeurs protégés. Ces formes d’actions d’investigation (Investigation et Orientation Educative, enquête de personnalité, enquête sociale, expertise psychologique) et d’intervention (Assistance Educative en Milieu Ouvert, placement à domicile, placement en foyer ou en famille d’accueil, tutelle aux prestations sociales, tutelle et curatelle pour majeurs) sont généralement enseignées dans les écoles de travailleurs sociaux, parfois spécialisés au titre de la Protection judiciaire de la Jeunesse, mais plus largement dans le cadre de l’action sociale sans prendre suffisamment en compte la spécificité judiciaire de ces actions. On en donnera encore pour preuve que la plupart des recherches et des publications sur ces pratiques se contentent souvent de se calquer sur celles qui concernent l’action sociale en général, s’attardant plus volontiers sur des questions de déontologie et d’éthique dans ses rapports avec la loi, ou sur des aspects cliniques et techniques (du côté des psychologues, trop souvent calqués sur les pratiques médico-psychologiques en l’occurrence inadaptées), que sur l’objet de l’action socio-éducative judiciaire, son champ et ses concepts propres, ses critères, ses méthodes et son évaluation.

Nous soutenons que les développements contemporains de la criminologie et de la victimologie, notamment grâce à l’apport des sciences humaines et sociales en ce domaine, peut contribuer à renouveler et à affiner les références théoriques et pratiques dans le champ de l’action socio-éducative judiciaire en les spécifiant dans leur croisement propre avec le droit civil dans plusieurs de ses chapitres fondamentaux comme la protection de l’enfance, les affaires familiales et la protection des majeurs.

Pour citer quelques exemples : la protection de l’enfance gagnerait très certainement à mener des réflexions, des recherches et des expérimentations sur la notion de responsabilité, au sens civil du terme, par exemple au bénéfice d’une meilleure compréhension et d’un meilleur usage de la notion de «responsabilité parentale» tout comme de «responsabilité professionnelle» ; et d’un travail plus avisé sur ce point central de la protection de l’enfance, insuffisamment étayé par les seules psychologies de la «(dys)parentalité». Le même concept de responsabilité et son corollaire pratique de responsabilisation, pensé dans une perspective psychocriminologique et plus seulement éducative (dans une confusion fréquente entre responsabilité et autonomie) ou strictement juridique, renouvelleraient les vues et les pratiques de tutelle et de curatelle. Autre exemple : l’étude des parcours familiaux ou de celui des justiciables, encore souvent empreinte de pratiques médico-sociales d’anamnèse ou de pratiques psychothérapeutiques de d’analyse plus ou moins «systémique», pourraient s’enrichir de l’étude des mécanismes séquentiels et polymorphes dégagés des recherches sur la «sérialité» criminelle, et permettre d’analyser et d’interpréter plus richement des schémas comportementaux ou situationnels trop facilement réduits au simple constat d’une «transmission générationnelle» ou à une répétition névrotique. Par ailleurs, la réflexion victimologique, dégagée des traditionnelles psychologies du traumatisme et d’une conception principalement socio-juridique de la victimité, pourrait contribuer au développement actuellement émergent de la notion de vulnérabilité sociale et à une analyse plus proche des logiques et des dynamiques de parcours de vie caractérisés par des échecs répétitifs d’insertion sociale, dans les champs scolaires, socioprofessionnels, conjugaux, familiaux ou d’habitat.

Entendons bien, et soulignons, que notre proposition (déjà initiée dans certains enseignements et recherches de notre équipe universitaire)  n’a pas pour but de «sur-judiciariser» l’action socio-judiciaire et encore moins de «criminaliser» ou de «victimiser» les justiciables qui en relèvent. Sans doute, les connotations fortement pénales encore des approches criminologiques et victimologiques en matière de justice nous obligeront à changer de vocabulaire pour permettre ce transfert au « civil ». L’étude des situations de crise  et de leur accompagnement, en particulier, favoriserait ce transfert ; ou aussi une clinique révisée, élargie au-delà de sa traditionnelle acception médico-sociale et sociologique, des conditions et des processus de vulnérabilité psychique. Néanmoins nous préconisons, du point de vue criminologique et victimologique, un assouplissement, que nous pensons réciproquement bénéfique, des frontières habituelles entre justice pénale et justice civile. L’enjeu est d’optimiser, dans la mouvance actuelle de la criminologie, un champ d’action socio-judiciaire encore à la recherche de son domaine propre, en lien avec des champs juridiques particuliers (tribunal pour enfants dans ses fonctions civiles, juridiction des tutelles, juridiction des affaires familiales), jusque et y compris dans sa dimension préventive.

Des formations et des recherches sont à penser et à promouvoir, en particulier par et avec les universités et leurs pôles de recherche, pour rénover en matière de justice civile une culture professionnelle socio-judiciaire enfin digne de ce nom, c’est-à-dire intégrant davantage le croisement original (et non plus seulement la juxtaposition) entre droit et sciences humaines et sociales, entre obligations juridiques et travail psycho-socio-éducatif, que propose la psychocriminologie.

* Ce texte, repris ici avec l’accord des auteurs a été publié dans « CrimSo – Newsletter 19 février 2010 ». Pour être abonné à cette lettre, contacter Christelle Laurent christelle.laurent@uhb.fr