181 – PUBLICATIONS

Prison – Justice, n°104, janvier 2010, Que signifie punir quelqu’un en le privant de sa liberté ?, 62 pages, Revue de la FARAPEJ, farapej@farapej.fr

Avec quatre témoignages de personnes ayant été détenues : Dominique Weil, prêtre à Outreau, acquitté par la Cour d’appel de Paris, près de 2 ans de détention provisoire, auteur de Que Dieu ait pitié de nous, mémoire, Editions Oh !, 2006.

Yazid Kherfi, 5 ans de détention après un « parcours de délinquant de 16 à 31 ans », aujourd’hui consultant en prévention urbaine et chargé de cours à l’Université de Nanterre, auteur avec Véronique Le Goaziou de Repris de justesse, La Découverte, 2003.

Gabriel Mouesca, 17 ans de détention, ancien militant d’une organisation terroriste basque, condamné à 20 ans de réclusion criminelle (confusion de deux peines de 15 ans). G.M. rappelle qu’il est toujours privé de ses droits civiques et politiques. Il doit encore 300 000 € au « fond de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions », dans l‘affaire de la fusillade à Léon dans les Landes le 7 août 1983 où un gendarme sera tué et un autre blessé, voir le livre d’entretien de GM La nuque raide, Editions Philippe Rey, 2006). Après avoir été président de l’Observatoire des prisons, GM est chargé de mission à Emmaüs.

Saïd André Remli, 20 ans de détention, condamné à perpétuité pour meurtre après le décès d’un surveillant blessé au cours de l’une de ses tentatives d’évasion ; Said André Rémi a terminé sa période de libération conditionnelle le 31 décembre 2009 ; auteur de Je ne souhaite cela à personne, Le Seuil, 2010, il est aujourd’hui directeur de l’association qu’il a créée en 1999 le Comité d’aide à la réinsertion des détenus (CARD).

Revues

– Le Passe Murailles, n°22, janvier – février 2010, revue du GENEPI, « Apprendre ou à laisser ». Numéro consacré à l’école en prison, 98 pages, publication@genepi.fr

– Amnesty International. « La politique de lutte contre les violences faites aux femmes en France doit être ambitieuse »

Quatre ans après avoir réalisé une première étude sur ce sujet, Amnesty International France a publié le 24 février 2010 un nouvel état des lieux sur la façon dont l’État agit contre les violences faites aux femmes en France : violence au sein du couple, mariages forcés, traite des êtres humains et mutilations sexuelles féminines. Ce rapport s’intitule : «Lutte contre les violences faites aux femmes ; la France doit mieux faire».

* Contact : amnestynews@amnesty.fr

Internet

– Nouveau site de l’Association française de criminologie : http://www.afc-assoc.org