168 – COURRIEL D’UNE LECTRICE


« Une évasion intellectuelle, quel bonheur ! »

Cher Monsieur, Comme je vous l’ai déjà dit, je prends toujours beaucoup d’intérêt à lire votre ACP hebdomadaire. Dans le dernier numéro du 30 novembre, j’ai été sensible à vos échanges avec Christian CHEVANDIER, et je ne peux m’empêcher d’y réagir.

Visiteuse à Fresnes depuis plus de sept ans, je fais souvent du soutien scolaire ; il se trouve que j’ai visité deux années de suite deux détenus qui suivaient cet enseignement d’histoire.

– Le premier, pendant l’année scolaire 2007-2008, était un jeune Français issu de l’immigration, petit délinquant récidiviste. Il avait réussi le bac avant d’être incarcéré et avait eu beaucoup de chance car, m’a-t-il dit, il n’avait pas le niveau. Il a profité de son incarcération pour reprendre des études : cours de français et de maths par correspondance avec AUXILIA, et cours d’histoire puisqu’il était titulaire du bac ; il était  aidé par une génépiste, et par moi.

Chaque semaine il arrivait au parloir avec un texte d’histoire à étudier ; vu son manque de culture générale, nous faisions à la fois du français, de l’histoire et de la géographie. Les sujets abordés étaient très variés, par exemple : « Vauban et la misère des paysans sous Louis XIV », « la règle de Saint Benoît » , « les orfèvres à Sedan au XVII° siècle », « les Canuts à Lyon en 1869 », « Tocqueville et le suffrage universel en 1848 », « les conditions de travail au XIX° siècle », « l’Indochine entre les deux guerres », « Madagascar en 1661 par étienne de Flacourt », « le confucianisme en Chine », « le pouvoir dans l’empire inca », « la création de la ville de Malakoff », « le développement des chemins de fer sous Napoléon III », un peu un inventaire à la Prévert ! (Je me suis souvent demandé quel était le programme de ce cours !) Lorsque mes connaissances sur le sujet étaient insuffisantes, je lui apportais des informations complémentaires la semaine suivante. Je suis souvent arrivée au parloir avec des documents pour illustrer ces sujets. Je l’ai aussi aidé à préparer des exposés

– Le deuxième, pendant l’année scolaire 2008-2009, n’est autre que « cet homme d’une cinquantaine d’années emprisonné avec un certificat d’études primaires, qui avait passé en prison le brevet, le DAEU et qui était en licence”, cité par Christian Chevandier. Je le visite depuis 21 mois et il prépare maintenant un BTS par correspondance. J’ajouterai que c’est un surveillant gradé qui l’avait beaucoup encouragé à reprendre des études en prison, dès son incarcération. Son niveau général est certainement très supérieur à celui du premier ; il sait beaucoup mieux travailler seul et rechercher de la documentation. Avec lui, j’ai aussi beaucoup échangé, discuté de ses devoirs, et je lui ai souvent apporté des compléments d’information qu’il ne pouvait pas trouver en prison puisque l’accès à Internet est interdit.

Ce niveau est assez exceptionnel en prison, et les échanges avec de tels détenus sont très intéressants et gratifiants pour le visiteur. Au cours de ces visites, nous parvenions à oublier complètement que nous étions en prison. Une évasion intellectuelle, quel bonheur ! Dans les deux cas, j’ai été impressionnée par leur soif de culture, et heureuse de participer quelque peu à cette transmission de savoir.

Dommage que ces cours d’histoire aient été interrompus faute de crédits….

Avec mes sentiments les meilleurs, Jeannie Persoz.