167 – COURRIELS DES LECTEURS


Courriel de Christian CHEVANDIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre, ancien enseignant à la maison d’arrêt de Fresnes.

Cher Pierre-Victor,

Il y a presque un an, le 16 décembre 2008, tu m’avais fait l’honneur de m’inviter comme discutant à la séance de ton séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines » du Centre d’histoire sociale du XXème siècle (CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Ce jour-là, l’intervenant, Michel Fréber, traitait de l’enseignement en milieu pénitentiaire, et ma seule légitimité était le fait que je dispensais alors des cours de licence d’histoire contemporaine à la maison d’arrêt  de Fresnes dans le cadre de la section dite « des étudiants empêchés » de l’université Paris VII. Cet enseignement avait été mise en place à la rentrée 1997 et se faisait en liaison étroite avec les autres activités de la cité scolaire de la prison.

Les personnes présentes à cette séance de ton séminaire avaient alors pu constater mon enthousiasme à propos de cet initiative, alors que j’ai passé l’âge des exaltations intempestives. C’est que ce qui se passait alors à Fresnes semblait passionnant à l’enseignant que je suis et important au citoyen que je suis également. Le succès en était indéniable, y compris par les résultats obtenus. Je dispensais alors un enseignement de même niveau à l’université Paris 1 et étais déterminé à évaluer mes étudiants de Fresnes et ceux de Paris 1 en fonction de semblables critères, quand bien même les conditions d’étude des uns et des autres n’avaient rien de commun. Or, les résultats scolaires des étudiants de Fresnes, qui pour la plupart étaient titulaires d’un bac technologique ou du diplôme d’accès aux études universitaires (le DEAU, qui met à niveau les non bacheliers afin qu’ils puissent suivre un enseignement supérieur), se sont révélés meilleurs que ceux de leurs cadets poursuivant leurs études dans un environnement non carcéral. Ce succès se manifestait également par la dynamique impulsée : les élèves qui suivaient à Fresnes un enseignement primaire ou secondaire en étaient d’autant plus motivés et les résultats au DEAU, également préparé à la maison d’arrêt, en ont été exceptionnels. C’est qu’une perspective s’ouvrait ainsi à ces détenus, que pour la plupart ils n’avaient jamais envisagée.

Si j’écris à l’imparfait, c’est parce que cela n’est plus d’actualité. La suppression d’une subvention de 36 000 euros a obligé l’université Paris VII à interrompre cet enseignement. Certes, les effectifs touchés étaient réduits, ne dépassaient pas la douzaine d’étudiants, mais il est plus aisé de trouver derrière les barreaux des personnes analphabètes que des détenus capables de suivre des études universitaires. Il faut aussi convenir que la question du temps nécessaire à des études universitaires et l’impératif de la durée s’accordent mal avec la nature même d’une maison d’arrêt. Mais, en cela aussi, ce qui se faisait était important par le message ainsi envoyé par la société à ces hommes et à leurs compagnons de détention. L’Etat était capable, en prodiguant un peu d’argent, de montrer que la prison pouvait également être un lieu où l’on acquiert cette instruction que l’on n’a pas pu avoir dehors. Des universitaires aux agendas toujours emplis pouvaient passer des demi-journées (car Fresnes n’est pas dans le centre de Paris) pour deux ou trois heures d’enseignement en un environnement peu enthousiasmant (je me souviens parfaitement de ces huit portes que je devais franchir sans pouvoir les ouvrir moi-même) car ils pensaient que cela en valaient la peine. C’est cela qui a été détruit pour faire quelques économies.

Christian CHEVANDIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre.

Réaction de PVT. Merci à toi. Peux-tu m’en dire plus sur la subvention supprimée ? D’où venait-elle ? A quoi servait-elle précisément ?

Christian Chevandier. Ce qui nous a été expliqué par l’administrateur de Paris VII lors d’une réunion tenue le 1er juillet est qu’il s’agissait d’une  subvention de 36 000 euros versée par le ministère du Travail, supprimée d’ailleurs dès le début de l’année civile (alors que l’enseignement se tenait pour plus de moitié (en comptant la fin du  premier semestre en janvier) en 2009. La lettre du 9 février 2009 du ministère du Travail expliquait que ses priorités portaient désormais sur la « lutte contre l’illettrisme » et les “actions professionnalisantes”. L’enseignement d’une année de licence d’histoire à Fresnes coûtait environ 30 000 euros. Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de charger qui que ce soit : les  objectifs avancés par le ministère du Travail ne sont pas scandaleux  et si Paris VII a fait le choix de préserver d’autres enseignements, c’est quand même l’université qui a mis en place cet enseignement.

PVT. Je suis assez d’accord avec ces priorités.

Christian Chevandier. Comment, cher Pierre Victor, ne pas être d’accord avec de telles priorités ? Mais poser la question en termes de priorités est un piège, voire un   contresens. C’est ne pas prendre en compte le fait que, comme je l’indique dans la lettre, l’enseignement en licence se fait au sein de   la cité scolaire de Fresnes, c’est à dire avec les enseignements   primaire et secondaire, inscrit donc l’ensemble dans un continuum et donne une perspective aux autres détenus (ainsi, les étudiants de   Fresnes n’ont pas la réputation négative d’ “intellectuels” qu’avaient ceux qui faisaient des études dans les années 1980). Cela montre également, y compris au personnel de l’établissement, que les détenus peuvent être “respectables”, car s’il est quelque chose que les  universitaires ont tendance à oublier, c’est le véritable courage dont   il faut faire preuve pour se lancer dans des études lorsque l’on est  un adulte et que l’on est issu des milieux populaires (car les   étudiants de Fresnes n’avaient rien de commun avec les rares VIP emprisonnés). Même le chef de la division était fier de cet homme d’une cinquantaine d’années, emprisonné avec un certificat d’études primaires, qui avait passé en prison le brevet, le DAEU et qui était  en licence. Les conversations que j’ai eues avec cet homme n’étaient pas d’une tenue différente de celles que j’aurais pu avoir avec un de nos collègues. Quant à la “professionnalisation”, des études universitaires en  prison, outre qu’elles permettent d’avoir des diplômes toujours bien utiles en nos temps, donnent la possibilité au détenu de se projeter  dans l’avenir et pourraient se révéler un atout pour décrocher un  emploi. A notre surprise, alors que les détenus qui suivent des études  primaires ou secondaires les arrêtent en sortant, certains de nos étudiants, libérés, se sont inscrits à l’université. Amitiés.