166 – LE KIOSQUE


Ouvrages

– Observatoire national de la délinquance, La criminalité en France. 5ème rapport de l’OND, novembre 2009, sous la direction d’Alain Bauer, Editions du CNRS, 2009.

– Xavier Raufer, « Les nouveaus dangers planétaires. Chaos mondial, décèlement précoce », Les Editions du CNRS, 20€.

Présentation de l’éditeur. « Cybercriminalité, guérillas reconverties dans le narcotrafic, méga-gangs, États voyous, terrorisme transnational… A l’heure du chaos planétaire, comment lutter efficacement contre la multiplication des dangers ? Face à la re-tribalisation du monde, comment prévenir, contrôler, réprimer ou attaquer ? Toute stratégie de sécurité globale cherchant ses références dans les règles et les normes du passé est vouée à l’échec. Pour répondre aux défis du

nouveau désordre mondial, l’État souverain doit optimiser la collecte et l’analyse de l’information stratégique, la rendre moins coûteuse, et concevoir une doctrine fondée sur l’alerte précoce. Par son ambition théorique, cette somme sans équivalent renouvelle en profondeur la connaissance des processus qui déterminent notre sécurité. Une étude fondamentale pour comprendre la face noire de la mondialisation et lutter contre les fléaux du troisième millénaire ».

Xavier Raufer est directeur des études et de la recherche, département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines, Institut de criminologie de Paris, Université Paris 2 – Panthéon Assas. Entre autres ouvrages, il est l’auteur de : Le grand réveil des mafias et de L’énigme Al-Qaïda.

Articles

Pierre V. Tournier, Sanctions pénales. Quelles sont les infractions sanctionnées ? A quoi condamne-t-on ? Les sanctions sont-elles plus « lourdes » aujourd’hui qu’hier ? in Rapport 2009 de l’Observatoire national de la délinquance (OND), Chapitre « Réponses pénales »,  Editions du CNRS, 2009, 523-534.

PVT, Démographie des lieux de privation de liberté (France, 2009), in Rapport 2009 de l’Observatoire national de la délinquance (OND), Chapitre « Réponses pénales », Editions du CNRS, 2009, 535-552.

PVT,  Démographie du placement sous écrou. Population sous écrou, population détenue, inflation carcérale, surpopulation, densité, places inoccupées, détenus en surnombre, in Rapport 2009 de l’Observatoire national de la délinquance (OND), Chapitre « Réponses pénales », Editions du CNRS, 2009, 553-558.

PVT, Processus pénal et origine des mis en cause,  note rédigée à la demande du Comité  pour la mesure et l’évaluation de la diversité et des discriminations, présidé  par François Héran, directeur de l’INED, in Rapport 2009 de l’Observatoire national de la délinquance (OND), Chapitre « Réponses pénales », Editions du CNRS, 2009, 559-563.

* Revues et Bulletins

Actualité Juridique. Pénal, n°11/2009, novembre 2009, dossier « Investigations privées en marge de l’enquête pénale ». Avec des contributions de Maître François Saint Pierre,  Patrice Mangin,  Marie-Françoise Hollinger,  ajpenal@dalloz.fr

* Sur internet

Lu sur Eco.rue89.co, « Les criminels aussi ont des soucis professionnels », par Yannick Bourquin | Que disent les économistes? | 10/11/2009 |

« Les criminels ne peuvent pas faire de pub pour leurs produits (« Les meilleures prostituées de tout Paris ! »), ne peuvent pas aller en justice en cas de litige (« M’sieur, il m’a volé ma cocaïne ! Je porte plainte ! »), ne peuvent pas se reconnaître spontanément entre eux (« Easycrime.com, le site de rencontres pour criminels »), et de manière générale, font face à pas mal d’obstacles quand il s’agit de faire circuler de l’information.

Dans Codes of the Underworld, Diego Gambetta s’intéresse aux petits soucis que les criminels rencontrent dans leurs activités professionnelles. Il explique très clairement les problèmes qu’ils rencontrent quand ils doivent communiquer entre eux. Ce livre a quelque chose de fascinant.

L’auteur fait appel à la théorie économique de l’information pour nous éclairer, et notamment à la théorie du signal. Exemple : une organisation criminelle veut recruter un nouveau membre, mais comment savoir s’il s’agit d’un vrai criminel ou d’un agent de la police qui tente d’infiltrer l’organisation ?

L’auto-mutilation, un double signal. Il faut demander à l’individu d’émettre un signal « discriminant », c’est-à-dire de faire une action qui est peu coûteuse pour un vrai criminel, mais très coûteuse pour un agent infiltré. Par exemple, on peut lui demander de commettre un meurtre. Un vrai criminel en sera tout à fait capable, tandis qu’un agent infiltré ne peut pas se le permettre.

Grâce à cette approche, l’auteur avance des hypothèses osées, mais de manière relativement convaincante. Par exemple, l’idée que l’automutilation en détention est un moyen d’envoyer un double signal aux autres.

Premier signal : je ne crains pas la douleur, alors vos menaces sont sans effet sur moi. Deuxième signal : je suis un fou furieux, alors si je suis capable de m’auto-infliger ces blessures, imaginez ce que je pourrais vous faire à vous !

Autre exemple : l’auteur pense que les bagarres en prison sont une façon de récolter de l’information sur la « force physique » des autres détenus. Les détenus aiment bien provoquer les petits nouveaux et les défier de façon à savoir s’il s’agit de gros durs qu’il vaudra mieux éviter ou d’individus inoffensifs qui pourront être exploités à loisir.

L’auteur aborde un grand nombre d’autres thèmes, comme les rôles joués par les tatouages et les surnoms, le problème de la confiance mutuelle entre criminels, la façon dont la corruption se met en place lorsque les deux parties ne savent pas dans quel camp joue l’autre… »

* Soutenance de thèse

Olivier Milhaud soutiendra sa thèse consacrée à la géographie des prisons et de l’espace carcéral le lundi 30 novembre, sur le campus de l’Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne. Elle se déroulera à partir de 14h30 à l’amphithéâtre de la Maison des Suds, à Pessac. Résumé de la thèse : http://terrferme.hypotheses.org/233

http://terrferme.hypotheses.org/files/2009/11/Resume_Long_TheseOMILHAUD.doc