162 – COURRIELS DES LECTEURS

– La semaine dernière, Jeannie Persoz, visiteuse des prisons sinterrogeait, ici même,  sur la question des suicides des surveillants de prison. L’un de mes « compagnons de route » depuis 15 ans,  fonctionnaire à la DAP a l’excellente idée de  me rappeler  l’existence « d’un très bon numéro » de la Lettre grise de Pénombre sur le suicide des policiers qui permet de poser de la manière la plus objective possible cette question, les deux catégories professionnelles ayant un certain nombre de similitudes ». Notre ami René Padieu y fait une discrète allusion dans son analyse de la situation à France Télécom (voir infra, article du site lepoint.fr).

Voici la référence de l’étude de Pénombre : Nicolas Bourgoin, Le suicide dans la police nationale, introduction de Dominique  Monjardet, Pénombre, La Lettre Grise, Vol. I, n°3, printemps 1997, 20 pages.  Nicolas Bourgoin est maître de conférences en sociologie et en démographie à l’Université de Franche-Comté (Besançon). www.penombre.org.   nibourgoin@yahoo.fr

* A propos du suicide. Lu sur le site lepoint.fr. « Un statisticien dénonce ‘l’instrumen-talisation’ des cas de suicide à France Télécom. Par Ségolène Gros de Larquier et Marc Vignaud.

« Il n’y a pas de vague de suicides à France Télécom.” L’affirmation de René Padieu, inspecteur général honoraire de l’Insee, dans une tribune au quotidien La Croix , risque de faire couler beaucoup d’encre.
Interrogé mardi par lepoint.fr, le président de la commission de déontologie de la société française de statistique se défend de faire de la provocation et affirme s’appuyer sur un constat statistique simple : en 2007, on a observé un taux de suicides de 19,6 pour 100.000 habitants parmi les actifs français. Rapportés sur une année, “les 24 suicides observés en 19 mois” chez France Télécom donnent un taux de suicides de “15 pour 100.000 salariés”. Selon René Padieu, les cas de suicides sont donc moins fréquents à France Télécom que dans la moyenne nationale.
Le statisticien dénonce un “emballement médiatique” et fait le rapprochement avec une supposée “vague de suicides” dans la police relevée par la presse à la fin des années 1990. Un phénomène alors expliqué par le stress et la possession, par les fonctionnaires, de leurs armes de service. “Un collègue a fait une étude, il n’y avait pas plus de suicides qu’ailleurs.”
En ce qui concerne France Télécom, le statisticien fait d’ailleurs remarquer que la révélation des suicides “suit la création, par un syndicat, d’un observatoire du stress”. Il en conclut : “Quand on se met à observer quelque chose, on le voit apparaître…” Une formule qui ne devrait pas manquer de choquer les esprits du côté des salariés du groupe de télécommunications. D’autant que René Padieu parle d’une “instrumentalisation” des cas de suicides chez France Télécom, en vue d'”alimenter un conflit du travail”.

Une prise de position qui fait bondir les syndicats. “C’est une provocation. Au lieu de rester derrière son ordinateur, ce statisticien ferait mieux d’aller rencontrer les salariés de France Télécom ! “, fustige Patrick Diochet (CFTC), interrogé par lepoint.fr. De son côté, Pierre Morville (CFE-CGC), promet d’appeler La Croix pour répondre à René Padieu. “On fait état de 25 suicides depuis février 2008, mais c’est la partie émergée de l’iceberg. C’est un état des lieux fait a minima. Il est possible que des salariés se soient donné la mort en congé-maladie et qu’on ne le sache pas”, souligne-t-il.

* On lira avec intérêt l’article de Luc Peillon dans Libération de ce jour, intitulé «  France Télécom : la statistique qui veut tuer le débat » qui réplique à René Padieu avec des arguments dignes d’intérêt.   


*  Un lecteur  qui ne souhaitait pas voir son courriel publié sous son nom – et c’est son droit le plus strict – a l’impression que mes « propos manquent parfois d’objectivité » ;  il sent mes « coups de gueule empreints de partialité, avec un petit côté … ‘donneur de leçons’ ». Ce qui ne l’empêche pas de « respecter [mon] travail et [mon] engagement ».

Cher Monsieur. Merci de votre message et de l’intérêt que vous voulez bien porter à ce que j’écris dans ACP – et ailleurs -. Vous  n’êtes sans doute pas le seul à me reprocher ma partialité, etc.. D’où l’intérêt, au moins pour moi, de vous répondre publiquement. Votre propos est malheureusement trop général. Pour que nous  puissions utilement échanger, il faudrait que vous me donniez des exemples précis.  Nous verrions alors, si, sur tel ou tel point, je me suis bien fait comprendre de vous, par exemple. Je pourrais aussi être amené à modifier mon point de vue. Ne serait-ce pas  intéressant  pour tous les deux ? Par ailleurs, si vous me connaissiez davantage, vous  sauriez que j’assume cette subjectivité que vous semblez me reprocher. Comme chercheur, enseignant et « citoyen  inpliqué », je revendique même cette subjectivité. J’ai été  influencé en cela par la lecture des ouvrages de Gaston Bachelard (1)  – l’un de mes rares maîtres à penser. Cette subjectivité s’appuie tout de même, je crois pouvoir le dire, sur une solide formation scientifique  et plus de 30 ans d’activité dans le champ pénal  – évaluée, chaque année  par mes pairs.  « Coup de gueule ? » C’est une expression dans laquelle je ne me reconnais pas du tout.  Je dis ce que je pense. « Donneur de leçon ?», Ah oui,   j’assume complètement car c’est mon métier. Si l’on veut être écouté, voire entendu par ses étudiants comme par les pouvoirs publics, il est nécessaire de forcer le trait,  d’élever le ton parfois, pour que la voix porte au delà de ses proches, voire ne pas hésiter à user – avec modération – d’une certaine hargne.

(1) Par exemple, Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissances objective. Mais aussi La philosophie du non. Essai d’une philosophie du nouvel  esprit scientifique. Sans oublier  Le nouvel esprit scientifique.