180 – LE KIOSQUE

Ouvrages

Tournier Pierre V (Dir.) La Babel criminologique. Formation et recherche sur le phénomène criminel : sortir de l’exception française ? Colloque du 3 février 2009, au siège du CNRS, Editions L’Harmattan, coll. Criminologie, décembre 2009, 296 pages,  29€ Continuer la lecture de 180 – LE KIOSQUE

179 – LE KIOSQUE

Ouvrages

Jérôme Ferrand dir.) « Juristes en utopie »,  L’Harmattan, La Librairie des Humanités, 2010, 220 pages, 22€.

Présentation de l’éditeur. Tout le monde se réjouit quasi-naturellement ou regrette spontanément l’absence contemporaine des pensées utopiques, mais on peut se demander si cela ne fait pas partie d’une sorte de prêt à penser, de réflexes discursifs qui dissimulent mal l’absence de légitimité réelle que l’on prête à ces visions de l’ailleurs. La journée grenobloise consacrée à l’utopie ici présentée prouve que le genre est encore très vivant et n’a pas fini de susciter la réflexion. Elle illustre ce renouveau de l’utopie amorcé à la fin du siècle dernier dans un grand nombre de discipline.
Continuer la lecture de 179 – LE KIOSQUE

178 – LE KIOSQUE

Ouvrage


William Bourdon, Face aux crimes du marché : quelles armes juridiques ? Préface de Mireille Delmas-Marty, La Découverte, Coll. Cahiers libres, 2010, 336 pages, 23€.

Présentation de l’éditeur. Au cours des dernières décennies, l’extension sans freins de la mondialisation s’est accompagnée de la multiplication des violations, directes ou indirectes, des droits humains de la part de ses acteurs principaux, multinationales et grandes institutions financières. Les atteintes à la santé publique et à l’environnement, notamment, sont de plus en plus graves, sans que les victimes aient les moyens d’obtenir des réparations et, a fortiori, la sanction des responsables, faute d’un droit international adapté.
C’est ce défi que prend à bras-le-corps dans ce livre l’avocat William Bourdon, en s’appuyant sur une solide expérience en matière de lutte contre l’impunité des acteurs non étatiques. En mobilisant de nombreux exemples, du drame de Bhopal en 1984 au combat récent des travailleurs forcés de Total en Birmanie, il montre tous les obstacles auxquels se heurtent aujourd’hui les luttes des victimes de la mondialisation. Dont le moindre n’est pas – grâce en particulier aux paradis fiscaux – l’opacité des lieux de pouvoir, servant l’irresponsabilité des coupables.
Surtout, il explique les illusions des solutions le plus souvent préconisées : la revendication d’un Tribunal pénal international pour les droits économiques et sociaux, sur le modèle de la Cour pénale internationale ; ou, à l’inverse, les multiples initiatives « éthiques » des multinationales – codes de conduite, chartes de développement durable, etc. – pour s’affranchir de toute contrainte externe. Et grâce aux acquis de l’association Sherpa, il explore, de façon novatrice et souvent provocatrice, les voies nécessairement plurielles qui permettront de faire face aux nouvelles formes d’impunité nées de la mondialisation.

William Bourdon est avocat au barreau de Paris. Il est notamment l’auteur de La Cour pénale internationale et le statut de Rome (Seuil, 1999).

Rapports

Inégalités Et discriminations. Pour un usage critique et responsable de l’outil statistique. Rapport du comité pour la mesure et la diversité et l’évaluation des discriminations (COMEDD) présidé par M. François HÉRAN présenté à M. Yazid SABEG, commissaire à la diversité et à l’égalité des chances, 5 février 2010, 272 pages.

ENAP,  Dossier thématique. « L’unité hospitalière sécurisée (UHSI) interrégionale de Toulouse : Fonctionnement général, vécu de l’hospitalisation et collaborations professionnelles. »

Ce dossier thématique présente les résultats de la recherche exploratoire menée par Hélène Bazex sur le site de Toulouse. Il entend dresser un premier bilan du fonctionnement d’une UHSI en prenant pour thématique générale les niveaux d’élaboration chez les acteurs – surveillants, soignants, détenus – de ses aspects structurels, organisationnels et cliniques. L’éventail des problèmes traités est large puisqu’il s’agit tout à la fois de préciser les enjeux et le contexte de création de ces structures bien particulières ; de faire état de leur fonctionnement intra- et inter-institutionnel ; d’analyser la complexité du système des relations nouées entre les professionnels ; d’éclairer le vécu de l’hospitalisation des détenus et la place de celle-ci dans le parcours de soin ; de proposer enfin des pistes de réflexion et des préconisations sur la base des problématiques révélées au fur et à mesure de la recherche. Dépassant le seul constat d’une collaboration parfois difficile, toujours à négocier, entre soin et sécurité, Hélène Bazex montre précisément comment soignants et surveillants sont contraints de redéfinir leurs places respectives aux limites des missions et des rôles de chacun, de même que de réinterroger leurs rapports singuliers aux cultures et idéologies professionnelles par lesquelles ils légitiment leurs actions.

Revues et Bulletins

Laurent Gras, Les sorties des élèves CIP en cours de formation dela 1ère à la 12ème promotion, ENAP, Eléments de connaissances socio-démographiques,  décembre 2009,  4 pages.

Appel à articles

Appel à articles pour un prochain numéro de Tracés sur le thème « La politique de l’exception ». Cet appel est aussi disponible en ligne

http://calenda.revues.org/nouvelle15632.html

L’objectif de ce numéro est de resaisir de la notion d’exception en partant de la diversité des usages de cette catégorie pour mieux comprendre dans quel type de politiques ces usages s’inscrivent. En invitant les contributeurs à ne pas se centrer exclusivement sur le paradigme juridico-étatique que le concept d’« état d’exception » a largement soutenu, nous voulons explorer les modalités d’application des mesures d’exception : qui décide de qualifier une situation d’exceptionnelle, et comment ? Par quels mécanismes une politique d’exception est-elle concrètement mise en œuvre ? De quelle façon les différents acteurs impliqués s’en saisissent-ils ? Cette orientation donnée au numéro devrait également permettre d’intégrer des « politiques de l’exception » rarement considérées comme telles : plans d’urgence, mesures de discrimination positive, institutions de réconciliation après une guerre civile, politiques de l’environnement…

Thèse

Olivier Milhaud a soutenu sa thèse le lundi 30 novembre 2009 à l’Université de Bordeaux,  Vous pouvez  consulter l’intégralité de la thèse sur Internet.
Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux / Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne / Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00441473/fr/

Un résumé en 4 pages est aussi disponible sur Internet

http://terrferme.hypotheses.org/files/2009/11/Resume_Long_TheseOMILHAUD.doc

Résumé : La prison est une peine géographique : elle punit des populations détenues en les tenant à distance de leurs proches et en les confinant dans des lieux clos et segmentés. En même temps, le dispositif spatial de la prison cherche à réinsérer le détenu dans la cité, à maintenir ses liens familiaux. D’où un jeu entre distances et proximités, continuités et discontinuités. L’étude de la carte pénitentiaire française montre diverses formes de mise à distance des détenus. En dépit de proximités avérées entre la plupart des prisons et les bassins de population ou les voies de communication, les détenus et leurs proches vivent l’incarcération comme une mise à l’écart. Ces distanciations s’accroissent au niveau local : les élus et les riverains interrogés souhaitent souvent éloigner les nuisances des prisons, voire cacher le stigmate carcéral – d’où la délicate insertion des établissements dans leur « territoire d’accueil ». L’espace architectural des prisons accentue cette obsession séparatrice : démarquer le dedans du dehors et séparer les détenus entre eux. Une trentaine d’entretiens sur le vécu de l’espace carcéral menés dans cinq établissements confirme la force de la discontinuité dedans/dehors, mais nuance les discontinuités internes. Certains détenus arrivent à circuler dans la prison, beaucoup moins à s’approprier un espace garantissant sécurité, intimité ou vie sociale. La prison se présente donc comme un dispositif de séparation, plus que de relégation : elle coupe les détenus de leurs proches et les empêche de partager un espace commun entre les murs. Cette thèse invite ainsi à repenser les géographies de l’exclusion plus en termes de discontinuités que de distances.

Mots-clés : prison, géographie, dispositif spatial, exclusion, distance, discontinuité, antimonde, hétérotopie, Foucault, enfermement, détention, France.

Sur France Culture.

« La fabrique de l’humain ». Dimension culturelle et philosophique de la science. Le jeudi de 21h à 22h.

Production : Philippe Petit Réalisation : Peire Legras Attachée de production : Claire Poinsignon
Il en est de l’Homme comme d’un bâtiment, il doit tenir debout et avoir l’air de tenir debout. A l’heure du savoir morcelé, du formatage des esprits et de la fuite en avant consumériste, cherchons à redonner sens et consistance au devoir de transmission et à la question « Qu’est-ce que vivre ? » Chaque jeudi (21h – 22h), La fabrique de l’humain aborde un thème, une œuvre, un trait singulier de notre civilisation et remet la pensée en mouvement dans un dialogue intime et personnel avec un auteur ou plusieurs.

* Jeudi 18 février 2010. « L’individu souffrant et l’individu conquérant : narcissisme et idéal », avec le sociologue Alain Ehrenberg.

* Jeudi 25 février 2010 . « La Babel criminologique », avec Pierre Victor Tournier, spécialiste de démographie pénale

* Jeudi 4 mars 2010. «  Politique de l’association »,  avec Jean-Louis Laville, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers et chercheur au Lise (CNRS-CNAM).

* Jeudi 11 mars 2010. « Une sociologue au Conseil constitutionnel », avec la sociologue Dominique Schnapper.

… /…

177 – LE KIOSQUE


Ouvrages

– Christian Montémont et Yonida, Une Ecriture Biographique Accompagnée. Curriculum Evitae. Une pédagogie en milieu carcéral, L’Harmattan, Collection Histoire de Vie et formation, 2010,  242 pages, 22€

Présentation de l’éditeur. Ce texte dense, aux développements compacts, déferlants, heurtés, bousculés, mobilise le lecteur. II lui demande « un p’ti peu » de la concentration et des efforts fournis à chaque entretien, par la déroutante (désarmante ?) Yonida et son accompagnateur. On se familiarise peu à peu avec cette technique de la parole – écriture particulièrement bien maîtrisée dans son originalité. De « première main » qui a du souffle. Un climat, des fatalités oppressantes, des fragilités de Destin, des naïvetés, de la biographie détaillée, circonstanciée, datée, accumulée, d’autan plus abondante et captivante pour notre malaise) qu’elle n’est pas limitée par du sur-moi, du discernement, de la discrétion, du respect de ce qui convient ou pas. Victime de décompositions, perversités et déconstructions mortifères. C’est cosmopolite, c’est contemporain, c’est près de nous. C’est du réitératif monstrueux. Ça rend malade. Quant à la démarche de longue haleine Écriture Biographique Accompagnée, elle confirme toute sa pertinence. Yonida a tout à y gagner. Elle en profite, elle s’y complaît, elle se raconte avec un enchantement communicatif. Mais peut-on dire Reconstruction ? Â quel stade de développement sommes-nous ? On ne le voit pas (encore ?) dégagée des asservissements. Où est sa dignité ? sa force de jugement ? sa responsabilité affirmée ? On s’arrête sur les impatiences de l’accompagnant au cours de quelques entretiens, dans les derniers dialogues du 12 juin 2006 et du 6 avril 2007. On souhaite que Yonida progresse. Qu’elle prolonge la parole écriture, de son cahier, en albanais ou en français, jusqu’à dire Je maîtrise, sans se laisser abuser.

– Christian Montémont et Katheline, Kathéline. Une Ecriture Biographique Accompagnée, L’Harmattan, Collection Histoire de Vie et formation, 2010,  162 pages, 14,50 €.

Présentation de l’éditeur. C’est au cours de quarante-trois premiers rendez-vous, du 19 janvier 1998 au 6 juin 1999, que Katheline et moi avons retravaillé tous les premiers jets de son journal de prisonnière. C’est au cours de trente-quatre nouveaux entretiens, du 4 octobre 1999 au 23 février 2001, que j’ai décidé d’accorder à nos rencontres une dimension supplémentaire, en prenant systématiquement devant elle en note, l’intégralité de nos échanges dialogiques. J’apportais lors de la séance suivante, notre « Parole – écriture » dactylographiée, et sa lecture, à haute voix, chacun dans son propre rôle, servait généralement au lancement d’un nouveau dialogue, immédiatement pris en note lui aussi… La somme, en bout à bout, de tous ces « Parlés – écrits », est devenue ce que plus tard j’ai appelé une « Écriture Biographique Accompagnée », afin de caractériser ce cheminement à deux, pour la première fois en 2003. Je pensais en finir là de tout l’exercice d’EBA avec Katheline et ai entrepris de nouvelles « Ecritures parlées » avec et auprès d’autres personnes, lorsqu’elle est réapparue en prison, pour quelque temps. L’occasion, à sa demande, de prolonger son EBA, et la possibilité au cours de dix-huit nouvelles rencontres de « Parole écriture », du 22 janvier au 24 mai 2004, de prolonger une autre lecture de sa ligne de vie. En somme, de 1998 à 2004, quatre-vingt-quinze rendez-vous au service d’une parole qui s’élabore lentement, non pas pour raconter l’histoire pour l’histoire, mais pour raconter l’histoire, afin de tenter de la comprendre. Deux idées fortes gouvernent chaque aventure d’écriture biographique accompagnée :

celle d’abord, de l’exigence éthique d’une ouverture culturelle prioritaire, au sens large, d’un retour sur soi, parlé écrit, inscrivant ou réinscrivant une personne dans la communauté humaine. Celle, aussi, de la prise en compte d’un déficit de parole et d’écoute de cette parole, en donnant la possibilité à des histoires de vie et de mort exprimées, de se symboliser par le biais d’une formalisation écrite. Après que la justice ait rendu son verdict, laissons désormais, le lecteur en position témoin, et de juge aussi peut-être.

Revues et Bulletins

La Gazette du Palais du 27-28 janvier 2010 consacre un dossier à la loi pénitentiaire :

La loi pénitentiaire. Vue d’ensemble sur la loi pénitentiaire, par Jean-Olivier VIOUT

Un nouveau service public pénitentiaire, par Géraud DELORME

Droits des détenus et mesures de détention ; par Pierrette PONCELA

Loi pénitentiaire et santé des détenus ; par Pierre LAMOTHE

Les aménagements de peines dans la loi pénitentiaire ; par Jean-Philippe VICENTINI

Les dispositions relatives au prononcé et à l’application des peines, par Michaël JANAS

176 – LE KIOSQUE

Ouvrages

– Saïd André Rémli, Je ne souhaite cela à personne, Le Seuil, 2010, 308 pages, 19,50€. Ecrit avec la collaboration de Sylvette Desmeuzes-Balland. [L’auteur a passé 20 ans en détention, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité].

Présentation de l’éditeur. Plongée dans l’univers de la prison, vu des yeux d’un prisonnier, critique du système carcéral français, réflexions sur la réinsertion, tous ces éléments font de ce récit poignant un ouvrage majeur sur la prison aujourd’hui et les prisonniers. André Saïd Remli revient de loin : foyer désuni, pauvreté, DDASS, maisons de corrections, petite délinquance et prison. Mais ça ne s’arrête pas là. Remli ne s’avoue pas vaincu. Il veut sortir, il veut la liberté. C’est

l’évasion, la mort d’un gardien, le procès et la condamnation à perpétuité. Remli vient de loin, il revient de cet enfer : vingt-cinq ans de prison, dont neuf en cellule d’isolement, et les matons qui cherchent à lui faire payer la mort de leur collègue. Aujourd’hui, bien qu’il en soit sorti, la prison le hante et il doit dire la vérité, ses vérités sur le système carcéral, ce monde clos, impitoyable, où tant d’hommes périssent physiquement ou moralement. Aujourd’hui libéré, il doit tout réapprendre – la vie, l’amour, le travail et l’amitié –, alors que la prison menace de le ravaler

au moindre faux pas. Alors il trébuche, tombe et se rélève ; il travaille, il aime et il écrit. De là, de cette vie déchirée qui ne s’est jamais avouée vaincue nous vient ce témoignage sincère et poignant, qui nous révèle l’enfer de la prison, et la vie méconnue de ceux qui tentent de s’en sortir.

Saïd André Remli a passé vingt-cinq ans de sa vie en prison. Sorti à 48 ans, il vit désormais à Arcueil, dans la précarité, et lutte pour l’amélioration de la condition pénitentiaire, notamment à travers la réalisation de documentaires.

Actualitésais/Documents

– Bertrand Perrin (Dir.), La lutte contre le blanchiment d’argent : pistes d’action entre prévention et répression, L’Harmattan, Collection « Les Actes de l’ILCE », 164 p. 16,5 €.
Présentation de l’éditeur. De récentes affaires tendent à démontrer la vulnérabilité du système financier face à des actes frauduleux de grande ampleur. Certains estiment que la crise historique survenue en 2008 pourrait être directement liée à des phénomènes de criminalisation de l’économie. Le blanchiment d’argent, procédé utilisé par les criminels pour jouir du produit de leurs infractions, est une facette essentielle de la délinquance financière. Avec la crise qui engendre une diminution des investissements, les valeurs patrimoniales issues du blanchiment se révèlent plus attractives que jamais !

– Gonzague Rambaud et Nathalie Rohmer, Le travail en prison. Enquête sur le buiness carcéral, Autrement, Coll. Mutations, 192 pages, 19€.

Présentation de l’éditeur. Pas besoin de délocaliser en Chine, en Pologne ou en Roumanie pour pouvoir rémunérer, légalement, des personnes 3 euros de l’heure, il suffit pour cela de solliciter les ateliers pénitentiaires, où des détenus oeuvrent, sans contrat de travail, pour des grandes entreprises, des PME et des TPE, issues de secteurs aussi variés que la cosmétique, l’automobile, l’imprimerie, le marketing, etc. Elles ont pour point commun de ne pas se vanter de ce type de sous-traitance. Bien qu’écartés de la vie économique, les détenus y participent à leur manière. Lorsque l’activité le permet, 23 000 détenus (40 % de la population carcérale) travaillent 6 h par jour, ou suivent une formation professionnelle. Souvent peu qualifiés et faiblement rémunérés, les travaux d’usinage réalisés dans les ateliers pénitentiaires pour le compte d’entreprises sont très majoritairement payés à la pièce. Les fiches de paie d’anciens détenus, qui ont accepté de raconter leur vie professionnelle sous les verrous, attestent qu’il est difficile de gagner plus de 300 euros par mois lorsqu’on travaille pour des entreprises ou des marques comme Yves Rocher, L’Oréal, BIC, Renault, Vania, La Redoute, Bouygues, etc. Peu bavardes sur ce type d’initiatives, ces entreprises s’abritent généralement derrière leurs fournisseurs pour expliquer leur présence en prison. Les directeurs achats et marketing qui sous-traitent en prison disent tout ignorer ou presque

des rémunérations pratiquées et des conditions de travail, symbolisées par l’article D 103 du Code de procédure pénale, qui stipule que « les relations entre l’organisme employeur et le détenu sont exclusives de tout contrat de travail ». Pas d’indemnité journalière en cas de maladie, des difficultés pour faire reconnaître les accidents de travail, peu de recours, pas de congés, pas d’indemnité chômage. En prison, on ne s’embarrasse pas avec le droit du travail. Rarement évoqué dans des ouvrages généralistes, le travail en prison a pourtant une importance capitale pour nombre de détenus, qui ont besoin de gagner de l’argent pour vivre en prison et pour soutenir leur famille et qui doivent faire face aux frais d’incarcération (transports, hébergement, perte du RMI, etc.). Enfin, même si le travail n’est plus obligatoire depuis la loi du 22 juin 1987, il reste un critère décisif pour obtenir des remises de peine supplémentaires. Le travail rend libre plus vite, à condition de se plier à ce no man’s land juridique.

Gonzague Rambaud et Nathalie Rohmer sont journalistes indépendants

– Marc Bessin,  Claire Bidart, Michele Grossetti, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, La Découverte, Col. Recherches,  2010, 400 pages, 28€.

Présention de l’éditeur. Comment rendre compte d’une crise politique ou d’un accident biographique ? Une conversion religieuse peut-elle s’analyser avec les mêmes outils qu’une maladie, une reconversion professionnelle ou une innovation technique ? Les sciences sociales sont gênées face à l’imprévisibilité, la contingence et l’événement. Recherchant surtout les causalités, les effets des structures ou les régularités et les processus continus, elles disposent de peu de concepts et d’outils susceptibles d’aider à l’analyse de changements plus brusques et imprévisibles. Ceux-ci sont pourtant bien présents, par leur fréquence et par leurs effets, au sein des réalités qu’elles étudient.
Cet ouvrage prend au sérieux ces situations de « bifurcation », terme générique désignant selon les cas « turning point », « événement », « révolution » ou « rupture ». Des sociologues, historiens, économistes et philosophes y proposent des outils théoriques et méthodologiques et présentent des analyses empiriques de situations diversifiées (tournants biographiques, ruptures organisationnelles, événements politiques…). Ils contribuent ainsi à une clarification des termes, des débats et des questions sur les dimensions temporelles et processuelles des parcours et des phénomènes sociaux.

Marc Bessin est sociologue au CNRS, chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS) et enseignant à l’EHESS.

Claire Bidart est chercheur en sociologie au CNRS (LASMAS-LdL). Après avoir enquêté sur l’amitié et les réseaux personnels à Marseille, elle mène actuellement à Caen un recherche de longue durée sur la sociabilité et l’insertion sociale des jeunes au seuil de leur entrée dans la vie adulte.

Michel Grossetti, sociologue au CNRS, est membre du Laboratoire interdisciplinaire solidarités sociétés territoire (LISST-CERS université Toulouse-2).Marc Bessin est sociologue au CNRS, chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS) et enseignant à l’EHESS.


Bifurcations

Claire Bidart est chercheur en sociologie au CNRS (LASMAS-LdL). Après avoir enquêté sur l’amitié et les réseaux personnels à Marseille, elle mène actuellement à Caen un recherche de longue durée sur la sociabilité et l’insertion sociale des jeunes au seuil de leur entrée dans la vie adulte.


Bifurcations

Michel Grossetti, sociologue au CNRS, est membre du Laboratoire interdisciplinaire solidarités sociétés territoire (LISST-CERS université Toulouse-2).


Bifurcations

Introduction générale : L’enquête sur les bifurcations : une présentation, par Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti
I. Les sciences sociales face à l’événement et aux bifurcations
1. Les bifurcations, un état de la question en sociologie, par Marc Bessin, Claire Bidart & Michel Grossetti
2. « Penser l’événement » en histoire : perspectives et limites d’un retour en grâce, par Michel Bertrand
3. La question des bifurcations en économie : irréversibilités et processus de dépendance du sentier, par Jean-Benoît Zimmerman
4. Le politique dans ses états critiques : retour sur quelques aspects de l’hypothèse de continuité, par Michel Dobry
5. Événements versus bifurcation : digressions philosophiques sur la raison des miracles, par Étienne Tassin
II. Morphologie des bifurcations
6. Trois temporalités : vers une sociologie événementielle, par William H. Sewell (Jr.) (traduit par Michel Grossetti)
7. Imprévisibilités et irréversibilités : les composantes des bifurcations, par Michel Grossetti
8. Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels, par Valentine Hélardot
9. Les ruptures professionnelles : analyser les événements au croisement des dispositions individuelles et des contextes, par Sophie Denave
10. Ingrédients des bifurcations professionnelles : latence et événements déclencheurs, par Catherine Négroni
III. Ruptures et continuités
11. À propos du concept de Turning point, par Andrew Abbott (traduit par Bernard Convert & Catherine Négroni)
12. « Tout change, mais rien ne change ». Les conversions religieuses sont-elles des bifurcations ? par Loïc Le Pape
13. Bifurcations biographiques et ingrédients de l’action, par Claire Bidart
14. Carrières des relations interpersonnelles équipées. Éléments de réflexion sur les bifurcations. par Bertrand Fribourg, Christian Licoppe & Jérôme Denis
15. Le turning point sous le regard du point final. Retour sur un usage canonique de la notion de carrière en sociologie, par Marielle Poussou-Plesse
IV. Signifi cation des bifurcations
16. Changer de vie, devenir autre : essai de formalisation des processus engagés, par Marc-Henry Soulet
17. Les bifurcations sont la règle et non l’exception : perspectives sur les différentes formes d’incertitude, par Harrison C. White, Frédéric C. Godart & Matthias Thiemann
18. Le trouble de l’événement : la place des émotions dans les bifurcations, par Marc Bessin
19. Enquêtes biographiques entre bifurcations et événements. Quelques réflexions épistémologiques, par Michèle Leclerc-Olive
V. Logiques collectives de l’incertitude
20. Pourquoi les organisations bifurquent-elles ?, par Frédéric de Coninck
21. La comparaison internationale : un outil de repérage des réversibilités et irréversibilités institutionnelles, par Johanne Charbonneau
22. Le futur bifurque-t-il ? Vers une nouvelle science du futur, par Jean-Pierre Dupuy (traduit par Jean-Benoît Zimmermann)
23. Crises économiques et changement : contingences et structures, par Béatrice Veyrassat
Liste des auteurs.

France Culture

« La Babel criminologique ». Jeudi 25 février 2010. 21h – 22h. « La Babel criminologique ». Pierre V. Tournier est l’invité de Philippe Petit dans son émission « La Fabrique de l’humain » (en direct).

Rappel. La Babel criminologique. Formation et recherche sur le phénomène criminel. Sortir de l’exception française ? Sous la direction de Pierre V. Tournier, Les Editions L’Harmattan, coll. Criminologie, décembre 2009, 296 p., 29€.

Le 3 février 2009, se sont réunis au siège du CNRS plus de 200 personnes de disciplines académiques, de professions et de sensibilités politiques fort diverses pour débattre, dans le respect de chacune et  de chacun des besoins de notre pays en matière de formation et de recherche scientifiques sur le phénomène criminel et son contrôle. Martine Herzog-Evans a bien exprimé les enjeux de cette rencontre  :  nous ne savons pas nécessairement ce qu’est un criminologue ; il reste à définir ce que devrait être l’enseignement minimal ;  nous nous  heurtons à de fortes résistances et de la faculté et des praticiens ; nous ne sommes pas au niveau face aux canadiens ;  nous avons à lutter contre le risque de politisation ;  mais, dans le même temps, il nous faut éviter tel choix politique ou tel autre ;  il y aura une difficile phase de transition, ce qui se manifestera notamment quant à la pratique, quant à l’organisation des études, quant à la recherche et aux thèses ; la tentation de demi mesures s’est d’ailleurs exprimée ; celle d’imposer un contenu, d’écarter les uns ou les autres, de marquer les territoires aussi, hélas.

Les communications sollicitées et spontanées reproduites ici devraient aider à la mise en place, dans les mois qui viennent, d’une conférence universitaire de criminologie, permanente, meilleur moyen, sans doute, de conjurer la malédiction qui semble frapper la criminologie en France.

Contributeurs : Josefina Alvarez, Philippe Bernier, Jean-Michel Bessette, Annie Beziz-Ayache, Philippe Boehler, Claude Bouchard, Jean-Pierre Bouchard, Stéphane Brézillon, Robert Cario, Jocelyne Castaignède, Jean Danet, Christian Demonchy, Frédéric Diaz,  Isabelle Drean-Rivette, Jacques Faget Aurélie Gauthier, Didier Guerin, Luc Hébert,  Martine Herzog-Evans, Astrid Hirschelmann-Ambrosi, Charles-Édouard Jeanson, Mohamed Jaouhar, Lucie Jouvet,  Anne-Marie Klopp, Alain Laquieze,  Eric Marlière, Philip Milburn, Virginie Prud’homme, Christian-Nils Robert, Jean-Louis Senon, Nicolas Queloz,  Pierre V. Tournier, Jean-Luc Viaux et Loick M. Villerbu.

Rapport

Conseil de l’Europe, Questions pénitentiaires : Conventions, recommandations et résolutions du Conseil de l’Europe », janvier 2010, 255 pages, 39€.

Présentation de l’éditeur : Ce livre offre une vue d’ensemble des standards pertinents dans le domaine des prisons à travers des textes contraignants tels que des conventions et des protocoles, ainsi que des recommandations et des résolutions du Comite des Ministres. Il contient également certaines conventions et recommandations – qui ne sont pas en relation directe avec les questions pénitentiaires, mais dont le sujet est d’importance pour les personnes détenues et le personnel concerné – telles que le transfert de prisonniers, la libération conditionnelle ou d’autres sanctions et mesures, ainsi que la médiation. Ce recueil de textes normatifs sur les questions pénitentiaires est destiné aux tribunaux, parlements et autorités nationales, y compris l’administration pénitentiaire, ainsi qu’au personnel pénitentiaire, aux détenus, aux associations non gouvernementales et aux praticiens travaillant dans le domaine.

Revue

Actualité Juridique Pénal. (Dalloz), janvier 2010, n°1. Avec une nouvelle formule.  Dossier sur « Les femmes criminelles », avec des contributions de Victoria Vanneau, Robert Cario,  Coline Cardi et Martine Herzog-Evans. Lire aussi « Le doit pénitentiaire des mineurs à l’épreuve des nouveux EPM » par Nadège Grille.

175 – LE KIOSQUE

Articles

Champ Penal  / Penal Field  – Nouvelle revue française de criminologie  / New French Journal of Criminology

Hugues de Suremain et Jean Bérard, « La gestion des longues peines au révélateur des luttes juridiques »

Marie-Lyne Vachon, Dominique Robert et Martin Dufresne, « Vos gènes s’il vous plaît ! La banque canadienne de données génétiques et la présomption d’innocence à l’ère du risque »

Nicolas Bourgoin, « Mouvements économiques et criminalité : quelques pistes de réflexion »

Laura Aubert, « Appréhension systématique des phénomènes de délinquance et troisième voie : les dilemmes d’un parquet divisé »

Bulletin

La lettre d’information n° 5 sur les règles pénitentiaires européennes (RPE), Direction de l’administration pénitentiaire :  Rapport d’évaluation de la mission d’évaluation de la mise en oeuvre des RPE conduite par Jean Charbonniaud –   Point sur la labellisation des établissements pénitentiaires. Interview de personnels de la maison d’arrêt de Riom – Expérimentation :  Focus sur les projets innovants : les bornes de saisie des requêtes

174 – LE KIOSQUE


Ouvrages

Martine Herzog-Evans (Dir.), « La prison dans la ville », Editions Erès, coll. Questions actuelles de criminologie, novembre 2009, 136 pages, 15€.

Alain Bauer et François-Bernard Huyghe, « Les terroristes disent toujours ce qu’ils vont faire », PUF, 2001, 29€.

Présentation de l’éditeur : Que se passe-t-il dans la tête d’un terroriste qui se dit révolutionnaire ? Quelles idées tuent qui ? Quels écrits annoncent ou justifient l’attentat ? Comment dans des démocraties européennes des années 70/80, social-démocrates ou libérales, finit-on par abattre des civils, au nom de masses qui rechignent à se révolter ? Quelles vagues ont précédé, quelles vagues suivront ? Avant de juger ou d’anticiper, il faut commencer par savoir comment, à partir des notions très contestées de terrorisme et de révolution, s’élabore un corpus idéologique, comment il est interprété. Et comment les circonstances transforment parfois des intellectuels d’encre en intellectuels de poudre ou des tueurs en théoriciens. C’est désormais possible avec cette anthologie – sources, confessions, justifications, doctrines, communiqués – dont se nourrit l’action armée et qui éclaire les mécanismes du passage à l’acte, ses constantes et ses répétitions. Hier, un lecteur attentif aurait sans doute pu prévoir quelles idées déboucheraient sur quelles violences. Regretterons-nous demain de ne pas l’avoir fait maintenant ?

Alain Bauer, professeur de criminologie au CNAM, à New York et Beijing. Consultant sur le terrorisme des Polices de New York ou Los Angeles, auteur de nombreux ouvrages sur la police, les questions criminelles ou le terrorisme.

François-Bernard Huyghe, docteur d’État en sciences politiques, chercheur à  l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS), blogger influent (www.huyghe.fr) est l’auteur d’ouvrages sur les rapports entre idéologies, information et violence, comme L’ennemi à l’ère numérique (PUF) ou Maîtres du faire croire, de la propagande à l’influence.

172/73 – LE KIOSQUE


Ouvrages

Christian Ballouard, « L’aide-mémoire du psychologue. Métier, pratiques, enjeux », Dunod, 2009, 28€

David Niget, La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec (1912-1945), Presses Universitaires de Rennes, 418 pages, 20€.

Présentation de l’éditeur : Grâce à une analyse comparée France-Québec, David Niget retrace l’émergence du mouvement réformateur de la justice des mineurs et analyse des illégalismes juvéniles : les vols, les violences, la sexualité, les conflits familiaux. Il étudie dans les pratiques judiciaires les rôles de l’enfermement et de la liberté surveillée, sanction nouvelle. Ce livre permet de comprendre les enjeux de l’encadrement des jeunes dans les sociétés industrialisées du XXe siècle, à un moment-clé de l’histoire de la protection de l’enfance.

Auteur : David Niget, docteur et PhD en histoire est chercheur post-doctoral au Centre d’histoire du droit et de la justice à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Ses travaux portent sur l’histoire des conditions de vie et de la culture de la jeunesse populaire, ainsi qu’aux processus sociaux qui président à sa stigmatisation.


Rapports et bulletins

– Note de Veille 2009 n°159 du Centre d’analyse stratégique.

Analyse : Perspectives scientifiques et éthiques de l’utilisation des neurosciences dans le cadre des procédures judiciaires

La responsabilité et la dangerosité à l’aune des neurosciences

Les neurosciences dans la procédure judiciaire

Perspectives éthiques et légales

Présentation des auteurs « Le terme « neuroloi » désigne de manière générique l’ensemble des travaux en neurosciences dont les résultats peuvent – à diverses échelles allant de la pharmacologie à la neuropsychologie en passant par l’imagerie cérébrale – participer à l’éclairage des procédures légales et judiciaires. Mieux évaluer la véracité des propos tenus par une personne mise en examen, l’impartialité d’un juge et des jurés ou encore le degré de responsabilité d’un accusé, sont autant d’aspects pour lesquels les sciences du cerveau pourraient être convoquées par les tribunaux. Dans différents pays, les neurosciences sont appréhendées comme un vecteur de progrès dans le domaine des politiques de prévention et de sécurité, mais également, en l’absence de régulations adaptées, comme une menace potentielle pour les libertés publiques et les droits de la personne. Les enjeux sont donc importants et sensibles, dépassant largement les seuls domaines techniques, médicaux et scientifiques. »

– Sénat. Rapport d’information de Mme Michèle André, fait au nom de la délégation aux droits des femmes, n° 156 (2009-2010) – 11 décembre 2009. Rapport d’activité pour l’année 2009 et compte rendu des travaux de cette délégation sur le thème « Les femmes dans les lieux de privation de liberté ».  http://www.senat.fr/noticerap/2009/r09-156-notice.html

Ce rapport retrace les différentes activités conduites en 2009 par la délégation du Sénat aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, en matière législative, en matière de contrôle de la politique conduite par le Gouvernement, et en matière d’information du Parlement. Il rappelle les positions défendues par la délégation sur la réforme des retraites des mères de famille, inscrite dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2010, sur les violences faites aux femmes, ainsi que sur l’égalité professionnelle et les leviers susceptibles de la faire progresser. Il recense en outre les colloques et manifestations auxquels elle a apporté sa contribution ou son soutien. Le rapport rend compte également des travaux que la délégation a effectués sur le thème de réflexion qu’elle s’était donnée pour l’année 2009 : « Les femmes dans les lieux de privation de liberté ».

– Sécurité publique du Québec. La problématique du suicide en milieu carcéral et portrait de la situation dans les établissements de détention du Québec (du 1er janvier 2001 au 31 décembre 2006).Date de publication : 2009.

http://www.msp.gouv.qc.ca/reinsertion/reinsertion.asp?txtSection=publicat&txtCategorie=suicide

Ecole nationale d’administration pénitentiaire (ENAP), Les chroniques du CIRAP n°6 : Comment le CIRAP participe-t-il à la mission de service public pénitentiaire de l’Enap ? www.enap.justice.fr

«  Si la place de la recherche se conçoit volontiers dans l’univers scientifique des universités, des établissements publics à caractère scientifique et technologique (cnrs, inserm, ined, ird…)  et de certaines officines privées, la création du CIRAP en 1999, en tant que laboratoire de recherche pluridisciplinaire au sein d’une école de formation professionnelle pénitentiaire,  apparaît encore aujourd’hui comme une initiative originale. A l’occasion de son dixième anniversaire, ce numéro spécial questionne la participation du CIRAP à la mission de service public  pénitentiaire de l’Enap, en analysant les processus de production des savoirs et de restitution ciblée des résultats de la recherche.  Il permet d’entrevoir la finalité des recherches menées au sein de l’équipe : enrichir la formation des personnels par des connaissances scientifiques élaborées à partir de l’analyse  du champ pénitentiaire et contribuer à améliorer les pratiques professionnelles relatives à la prise en charge des personnes placées sous main de justice. »

170/71 – LE KIOSQUE


Revue internationale de criminologie et de police scientifique et technique (RICPST),  n° 4, 2009.

Dossier spécial récidive sexuelle

L’implication en traitement et la récidive des agresseurs sexuels adultes par Anouk Marchand et Jean Proulx
Vers la non récidive : propos d’agresseurs sexuels sur leur cheminement par Catherine Rossi, Maurice Cusson et Jean Proulx
Cesse-t-on d’agresser sexuellement à cause du traitement ou de stratégies de compensation ? Approche qualitative et typologique par Catherine Rossi, Maurice Cusson et Jean Proulx
Les délinquantes sexuelles: prévalence et récidive par Franca Cortoni, R. Karl Hanson et Marie-Ève Coache
La récidive chez les adolescents auteurs d’abus sexuels : facteurs de risque et pistes d’interventions par Julie Carpentier et Jean Proulx

La masculinité : cause d’excès de vitesse ? par Marianne Schmid Mast, Monika Sieverding, Michaela Esslen, Karin Graber et Lutz Jäncke
Le rattachement de la gendarmerie française au ministère de l’Intérieur par François Dieu
Notes de police scientifique par Olivier Delémont et Pierre Margot


Pierre V. Tournier,  Petite Bibliothèque sur la prison. Version complétée à la suite des remarques de lecteurs d’ACP (en 45 titres d’ouvrages).

Artières Ph., Lascoumes P. (Dir.), Gouverner, enfermer La prison, un modèle indépassable ?,   Presses de Sciences  Po, 2004,  361 p.

Artière Ph., Quéro L, Zancarini-Fournel M., Le groupe d’information sur les prisons. Archives d’une lutte, 1970-1972. Postface de Daniel Defert,  Editions de l’IMEC, 2003, 349 p.

Badinter R., La prison républicaine,   Fayard, 1992.

Beccaria C., Des délits et des peines, 1764.

Bentham J., Panoptique, Ed. Mille et une nuits, n°398, 2002

Chantraine G., Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, PUF, 2004.

Chauvenet A. et alii,  La violence carcérale en question, PUF, 2008.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., Le Monde des surveillants de prison, PUF, 1994.

Conseil de l’Europe, Le surpeuplement des prisons et l’inflation carcérale, recommandation N°R (99) 22, adoptée par le Comité des Ministres le 30 septembre 1999 et rapport coll. Références juridiques, 2000, 212.

Collectif, Prisons en société.  Les conditions de détention. Quel sens donner à la peine ? Les Cahiers de la Sécurité,  n°31, 1998, 329 p.

Collectif, L’histoire familiale des hommes détenus, INSEE, Synthèse, n°59, 2002, 182 p.

Collectif, 9 m2, campagne « Trop c’est Trop », pour le respect du numerus clausus en prison,  Le Cadrin Actes Sud, 2007 113 p.

Collectif, Le droit de l’exécution des peines : une jurisprudence en mouvement, Revue  pénitentiaire, n° spécial 2007, Actes du XVIIIe congrès français de droit pénal.

Combessie Ph., Prisons des villes et des campagnes. Etude d’écologie sociale, l’Atelier, 1996, 238 p.

Combessie Ph., Sociologie de la prison, « 3ème édition, La Découverte, Repères, n°318,  2009,  126 p.

Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Rapport d’activité,  2008, 253 p.

Christie  N., L’industrie de la punition. Prison et politique pénale en Occident,  Autrement,  2003,  219 p.

Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison,  Gallimard, 1975, 318 p.

Faugeron C., Chauvenet A., Combessie Ph., (dir.), Approches de la prison, Bruxelles, De Boeck, Montréal : Presses de l’Université de Montréal, Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa, coll. « Perspectives criminologiques », 1996.

Froment J-C, La République des surveillants de prison, (1958-1998), LGDJ, Coll. « Droit & Société », 1998.

GENEPI, A l’ombre du savoir. Connaissance et représentations des français sur la prison, Direction de l’administration pénitentiaire, Travaux & Documents, n°52, 1997.

Herzog-Evans M., Droit de la sanction pénitentiaire, Dalloz, 454 pages, 2004.

Herzog-Evans M., Droit de l’exécution des peines, Dalloz, 1138 pages, 2007-2008.

Hulsman L., Bernat de Celis, Peines perdues, le système pénal en question,  Le Centurion, 1982. Kensey A. Lombard F. et Tournier P.V., Sanctions alternatives à l’emprisonnement et « récidive ». Ministère de la Justice, 2006 livret de 113 + CD ROM.

Kensey A. Lombard F. et Tournier P.V., Prisonniers du passé ? Ministère de la Justice, 2005, livret de 63 pages + CD ROM.

Kiefer A., Michel Foucault, le GIP, l’histoire et l’action, Tgèse de philosophie soutenue en 2006,  http://detentions.wordpress.com/michel-foucault-le-gip-lhistoire-et-laction/
Lameyre Xavier et Salas Denis (Dir.), Prisons. Permanence d’un débat, La Documentation française, problèmes politiques et sociaux, n°902, 2004, 119 p., 9€.

Le Caisne L. Prison. Une ethnologue en maison centrale,  Odile Jacob, 2000.

Luca Cl., Suerte. L’Exclusion volontaire, Plon, 1995.

Marchetti A.-M., Perpétuité. Le temps infini des longues peines, Plon, 2001.

Ministère de la justice, Les règles pénitentiaires européennes (RPE), Direction de l’administration pénitentiaire, Coll. Travaux et Documents – hors série, août 2006, 103 p.

OIP, Les conditions de détention en France, La Découverte,  2005,  285 p.

Péchillon E., Sécurité et droit du service public pénitentiaire, LGDJ, 1998.

Petit J-G., Ces peines obscures ? La prison pénale en France, 1780-1875, Fayard, 1990, 749 p.

Renouard J-M., Baigneurs et Bagnards. Tourismes et prisons dans l’île de Ré,  L’Harmattan, Logique sociales,  2007, 248 p.

Rostaing Corinne, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes,    PUF, Le Lien Social, 1997, 331 p.

Seyler Monique, la prison immobile, Desclée De Brouwer, 2001.

Tournier P.V., La prison à la lumière du nombre : démographie carcérale en trois dimensions, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, publié par le CESDIP, 1996, 200 p.

Tournier P.V., Dictionnaire de démographie pénale. Des outils pour arpenter le champ pénal, Université Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, données actualisées au 1er mai 2007, 133 p. http:// histoire-sociale.univ-paris1.fr/cherche/Tournier/ARPENTER-OUVRAGE.pdf

Tournier P.V.,  Loi pénitentiaire. Contexte et enjeux, Editions l’Harmattan, coll. Sciences criminelles – Controverses, janvier 2008, 114 p.

Vacheret M.  et Lemire G, Anatomie de la prison contemporaine, PUM,  2006.

Vasseur V., Médecin chef à la prison de la Santé,  Le cherche Midi,  janvier 2000, 202 p.

Veil C. et Lhuilier D. (Dir.),  La prison en changement, Erès, 2000, 3003 p.

Wacquant L., Les prisons de la misère,  Raisons d’agir,  1999, 189 p.