181 – DU COTÉ DU PASSÉ

PARIS. Mardi 16 mars 2010 à 14h30. Projection de « La France des Camps 1938-1946 ». Un film écrit par Denis Peschanski et réalisé par Jorge Amat.

La projection sera suivie d’un débat avec Hélène Mouchard-Zay, présidente du Centre d’études et de recherches des camps d’internement du Loiret, Francine Christophe, fille d’officier français, internée à Drancy et à Beaune la Rolande déportée à Bergen Belsen avec sa mère, Paul Niedermann, juif allemand de Bade expulsé vers Gurs ne octobre 1940. et avec l’auteur Denis Peschanski et le réalisateur Korge Amat. Continuer la lecture de 181 – DU COTÉ DU PASSÉ

178- DU CÔTÉ DU PASSÉ


ENAP

Lettre du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines, n° 13   http://www.enap.justice.fr/files/lettre_crhcp_13.pdf

Dans ce numéro de début d’année, vous trouverez, entre autres, un panorama des collections numérisées de l’ENAP disponibles à ce jour dans la bibliothèque numérique ou les parcours thématiques.

* Contact :  Jack  Garçon, responsable du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines,  Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire ; 440, avenue Michel Serres

47 916 Agen cedex 9,  Tel : 05 53 98 89 16, Fax : 05 53 98 91 6 http://www.enap.justice.fr/

177 – DU CÔTÉ DU PASSÉ


Criminocorpus. « La Révolution à la poursuite du crime ! » Exposition en ligne

“Paris, 1790‑1792. Dans ses murs : un roi, une assemblée élue, des juridictions d’Ancien Régime abolies. Une ville de contraste entre constructions prestigieuses et quartiers misérables. Plus de 600 000 âmes. Une cité en proie à la fièvre révolutionnaire : à l’Assemblée, à l’Hôtel de Ville, dans les clubs, les sections. Une criminalité jamais endiguée, des prisons saturées.

Sur le parvis de Notre‑Dame, deux mendiantes extorquent une aumône. Quai du Louvre, un soldat frappe d’une bouteille une aubergiste qui ne survit pas. Aux Champs‑Élysées, un marchand dévalise et tue un prêtre insermenté. À la Monnaie, des objets liturgiques envoyés à fondre sont détournés par un commis. Place de la Révolution, une bande de malfaiteurs pille le Garde-meuble national. Ailleurs, des faussaires fabriquent congés militaires ou assignats…”

Cette nouvelle exposition virtuelle réalisée par les Archives nationales reprend en partie celle qui est présentée à Paris, hôtel de Soubise, du 18 novembre 2009 au 15 février 2010. Elle consiste en une sélection de pièces extraites des fonds des Archives nationales, et qui font revivre une délinquance ordinaire à Paris que les journées révolutionnaires et les procès politiques ont rejetée dans l’ombre…

176 – DU CÔTÉ DU PASSÉ


Création par Jean-Marc Berlière,

professeur d’histoire à l’Université de Dijon, d’un site consacré aux recherches sur la  police et la gendarmerie : http://politeia.over-blog.fr/

À partir du 9 février, au Musée Carnavalet,

23, rue de Sévigné, 75003 PARIS, début d’une importante exposition « L’impossible photographie : les prisons parisiennes 1850-2010 ». Pour l’inauguration, le 9 février 2010 de 16h à 21h, on pourra découvrir une pièce sonore d’Olivia Rosenthal intitulée : « Maison d’arrêt Paris-La Santé, 42, rue de la Santé 75010 Paris ».


Séminaire de recherche de l’Université Paris 4 Sorbonne : Force publique, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense – XIXe-XXe siècles

Mardi 15h-17h – Bureau de la direction de l’UFR d’histoire, La Sorbonne, escalier E – 2e étage, sauf le 9 mars*.

Programme des séances publiques du 2e semestre 2009-2010

2 février. Le gendarme, un combattant.

Se battre, vivre et mourir en Espagne dans la gendarmerie impériale, 1809-1814, Gildas Lepetit, docteur en histoire, Paris 4.

9 février. Maintenir l’ordre dans la ville

La garde républicaine, la préfecture de police et le contrôle de l’espace parisien à la fin du XIXe siècle, Éric Dagnicourt, doctorant, Paris 4.

16 février. Imposer l’État de droit

L’action des gendarmes contre les « bandits d’honneur » corses dans les années 1930, Simon Fieschi, master 2 d’histoire, Paris 4, 2008.

*9 mars. amphi Quinet, 46 rue Saint-Jacques (17-19h) – L’histoire orale d’une force militaire originale à la fin du XXe siècle.

Rétablir et maintenir la paix au Kossovo : les expériences du général Claude Vicaire.

16 mars. L’insatiable curiosité des historiens de la force publique.

De Javert à Cruchot : la fiction au service de l’historien, Arnaud-Dominique Houte, maître de conférences, Paris-Sorbonne.

30 mars. Une lecture de l’actualité.

Pourquoi la gendarmerie aujourd’hui ? Approche historique et géopolitique, général 2S Georges Philippot, docteur en histoire, ancien chef du SHGN.

6 avril. Au delà des clichés, l’observation diachronique de pratiques plurielles.

Fécondité et limites d’une approche microscopique de la relation gendarmerie – maquis sous l’Occupation, Emmanuel Chevet, doctorant, Dijon, boursier CEHD.

13 avril. Éclairer la police des années noires

Les politiques policières de l’État français, 1940-1944, Jean-Marc Berlière, Université de Dijon et CESDIP.

4 mai. Une relecture des guerres de décolonisation.

La gendarmerie pendant la Guerre d’Algérie entre opérations militaires et respect de la légalité républicaine, Emmanuel Jaulin, diplômé de l’IEP de Paris, docteur en histoire, Paris 4.

11 mai. La dualité policière française.

Missions politiques et judiciaires : la police entre mythes et réalité au XIXe siècle, Édouard Ebel, docteur en histoire, chef du Service des études, département Gendarmerie-SHD.

* contact : jnoel.luc@gmail.com

174 – DU CÔTÉ DU PASSÉ

Vient de paraître : le tome 2 des Annales du Syndicat des Avocats de France (SAF)

Annales du Syndicat des Avocats de France – tome 1 : 1972-1992 « Les vingt ans du SAF ».

Annales du Syndicat des Avocats de France – tome 2 : 1993-2008 « Le temps des responsabilités professionnelles et politiques. »

Tome 1 : 30 € ; tome 2 : 40 €. Les deux ensemble : 60 €. A commander à SAF Communication, 34, rue Saint Lazare 75009 Paris, , frais d’envoi en sus.

* Contact : contact@Lesaf.org

Présentation de l’éditeur. « Le Syndicat des Avocats de France approche de la quarantaine. Créé en 1972-1974, dans la période initiale de l’Union de la gauche, il est parvenu à réunir et maintenir en son sein, même après la rupture entre les partis de la gauche de gouvernement en 1977, puis l’expérience mitterrandienne, la plupart des courants de gauche qui, au sein de la profession d’avocat, militent pour les libertés et les droits de l’homme, les droits sociaux, ceux des étrangers, un système judiciaire plus juste et qui sont attachés à un accès plus égal des différentes catégories de la population au droit et à la Justice.

De plus en plus, avec les dérives affairistes qui menacent la profession d’avocat, le SAF apparaît comme le tenant principal d’une fonction de défense indépendante, au service des particuliers, des associations, des syndicats de salariés, des collectivités publiques, libre des sujétions financières, attachée à une déontologie rigoureuse et commune à tous les avocats.

Les résultats qu’il obtient dans les consultations électorales professionnelles, notamment aux alentours de 20% dans le collège général du Conseil National des Barreaux, les postes de responsabilité ordinale auxquels accèdent nombre de ses militants, bâtonniers ou membres de conseil de l’ordre, attestent de sa vitalité et de son autorité et en font un interlocuteur nécessaire.

Cet itinéraire militant dans la Justice et notre droit des quarante dernières années est retracé dans deux volumes des Annales du SAF rassemblées par Claude Michel, avocat honoraire, ancien bâtonnier de la Seine Saint Denis, l’un des fondateurs du Syndicat, avec le concours d’un jeune sociologue Jean Philippe Tonneau.

Le premier volume, publié en 2005, couvre les années 1972-1992. Il évoque les conditions de la création du Syndicat, dans le sillage du Syndicat de la Magistrature, après les événements de 1968, sa participation aux luttes de la décennie sécuritaire jusqu’à l’accession de la gauche au Pouvoir et les difficultés, espoirs et controverses nés de l’alternance.

Le second volume s’achève fin 2008 après avoir analysé le temps des responsabilités professionnelles et politiques. Jean Louis Borie, président en exercice, dans une postface, évoque le grand tournant qui confronte, depuis 2009, année de tous les dangers, la profession d’avocat à son avenir.

Parcourir ces deux épais volumes, richement illustrés de photographies, portraits et documents, permettra aux lecteurs, jeunes ou moins jeunes, de méditer sur les à-coups et les tendances durables qui rythment l’histoire contemporaine de notre pays, en particulier celle des droits et libertés, d’en tirer quelques leçons et de ressourcer et tremper leur engagement de citoyens.

169 – DU CÔTÉ DU PASSÉ

Simenon en Congrès

* Source : Pierre Assouline, « Autodictionnaire de Simenon » Les Editions Omnibus, août 2009, p 142- 143. Extrait proposé à ACP par J-C Tournier ;

Criminologues

Demain Lyon. Congrès de criminologie. Je suis curieux de connaître le niveau de ces hommes qui disposent indirectement de la tête des gens. Si j’en juge par les ouvrages de quelques uns, c’est assez effrayant.

Quand j’étais vieux, 20 octobre 1960

Trois jours au Congrès de Criminologie de Lyon. Juristes, médecins, psychiatres, médecins légistes, assistantes sociales, aumôniers, policiers, chacun connaissant bien son métier. Conscience professionnelle certaine (beaucoup de petites ambitions aussi). Mais niveau étonnamment moyen. Chacun parle son propre langage et daigne à peine s’expliquer avec le spécialiste d’à côté. Quant au criminel qui est à la base, en somme, de cette activité… On se penche sur lui. Avec une loupe ou un scalpel, ou des théories. On lui fait subir des tests assez ridicules comme pour le permis de conduire dans certains Etats américains. L’homme ? Tous ces gens restent de leur milieu, de leur classe. Encore une fois, ils se penchent. Et l’arrivée dans la salle d’un photographe les intéresse plus que les rapports en cours. Dommage (2)

Quand j’étais vieux, 27 octobre 1960

Remarques du Pierre V. Tournier. Il s’agit du 1er congrès français de criminologie  organisé  en 1960 à Lyon sur « L’examen de la personnalité ». Le 2ème congrès  se tiendra en 1961 à Rennes sur « L’état dangereux », le 3ème en 1962 à Aix-en-Provence, sur « Le traitement pré-délictuel », le 4ème en 1963 à Strasbourg sur « Le traitement des délinquants » et le 5ème en 1964 à Tours, sur « L’équipement en criminologie ». C’est à l’occasion du 6ème congrès, qui se tient à Toulouse, sur « Le traitement des délinquants jeunes et adultes » que se constitue l’Association d’études et de recherches de la délégation française de la Société Internationale de criminologie (9 octobre 1965). L’association pdr son autonomie par rapport à SIC le 28 octobre 1967 en devenant l’Association française de criminologie (AFC), nom qu’elle porte toujours aujourd’hui.

Oui dommage comme dirait George Simenon. Dommage que les choses aient si peu changé en un demi-siècle. Pour s’en convaincre lire « La Babel criminologique » (L’Harmattan, 2009). La mise en place début 2010 de la Conférence nationale de criminologie (CNC), sous l’égide du Ministère de la recherche et de l’enseignement  supérieur pourrait changer le cours des choses.

168 – DU COTÉ DU PASSÉ


Bibliothèque Philippe Zoummeroff : La Bande à Bonnot

La nouvelle exposition virtuelle est consacrée à la Bande à Bonnot, une bande d’anarchistes illégalistes qui a sévi entre décembre 1911 et 1912.

Cette exposition rassemble les documents originaux de la bibliothèque P. Zoummeroff (archives de presse, photographies, ouvrages) et est organisée en plusieurs parties.

Une note sur la bande à Bonnot. Cette note, rédigée par Marc Renneville, est intitulée « La bande à Bonnot, Mythe et réalités ». Elle retrace l’histoire de la Bande à Bonnot, le contexte dans lequel elle a opéré, la cavale et l’arrestation de la Bande, et enfin la perception de l’action et de l’importance de la Bande à travers les années. Marc Renneville, historien français des Sciences de l’Homme, spécialiste de la criminalité et de la justice, est chargé d’études et de recherches historiques au ministère de la Justice (Direction de l’Administration pénitentiaire) et rédacteur en chef du site Criminocorpus)

La bande à Bonnot en images. Une collection exceptionnelle de 146 illustrations, photos originales, coupures de presse… Tous les documents en ligne sont commentés et tous sont lisibles grâce au zoom intégré. Les images peuvent être enregistrées et imprimées en format A4. Une bibliographie sur la Bande à Bonnot… Les fiches bibliographiques de treize ouvrages de référence sont consultables. Comme pour toutes les fiches bibliographiques contenues dans le site, vous pouvez mémoriser vos recherches et les documents qui vous intéressent, lors de votre session active, en créant votre Catalogue privé. Vous pouvez également retrouver vos recherches en vue d’une navigation ultérieure, en créant votre Espace personnalisé.

Pour visiter l’exposition : http://www.collection-privee.org/public/galerie-virtuelle.php

Le mois prochain. Vous trouverez des interviews vidéo sur la fonction de chef de détention, la pratique de la religion musulmane en prison, les règles et la pratique des contrôles d’identité et enfin les enquêtes de personnalité et les enquêtes sociales rapides.

* Contact : contact@collection-privee.org

167 – DU CÔTÉ DU PASSÉ


PARIS. Jeudi 3 décembre 2009. 14h. Jean-Lucien Sanchez soutiendra sa thèse en histoire sur « La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953. »

Membres du jury : Jean-Claude Farcy, chargé de recherche au CNRS (Université de Bourgogne), Martine Kaluszynski, chargée de recherche au CNRS (Institut d’Études Politiques de Grenoble), Isabelle Merle, chargée de recherche au CNRS (EHESS, Marseille), Gérard Noiriel, directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse), Marc Renneville, maître de conférences (Université de Paris-8), Jean-Claude Vimont, maître de conférences (Université de Rouen).

– Lieu : l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 boulevard Raspail, salle 524.

166 – DU COTÉ DU PASSÉ


SÉMINAIRE. Centre d’histoire sociale du XXe siècle. Séminaire de recherche « Observer la société ». « Enquête, observation et administration, France XVIIIe-XXIe siècles. Sources et usages des sources.

Première année : préfectorale, police, justice ». Animé par Pascale Goetschel, Gilles Morin, Christian Chevandier.

* Lundi 17h 30 – 19h30, salle 106 (sous-sol). Centre d’études historiques et juridiques de Paris 1, 9 rue Malher, 75004 Paris, Métro Saint-Paul.

L’État français, régalien et centralisateur, s’est progressivement doté d’une administration spécialisée dont l’une des principales fonctions a été de l’informer sur ses composantes propres comme sur l’état de la société. Au fil du temps, l’information et l’observation de la société, tout d’abord axées sur des préoccupations politiques et sociales, avant tout dans un but de préservation de l’ordre, ont vu leurs promoteurs élargir leurs centres d’intérêts, s’intéressant à l’économie, à la consommation ou à la santé, pour ne citer que quelques exemples.  Or, si les chercheurs utilisent pour leurs propres travaux, et depuis longtemps, les sources produites initialement pour les besoins de l’État, ils ne se sont pas toujours interrogés sur les conditions de leur élaboration, les motivations qu’elles supposent et les biais qu’elles introduisent. C’est sur ce processus de production d’enquêtes, dans la continuité de recherches en plein renouvellement, que portera ce séminaire d’histoire contemporaine du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (UMR 8058). Il cherchera aussi et surtout, de manière peut-être plus neuve, à analyser les multiples modes d’utilisation de ces enquêtes administratives. En d’autres termes, pour quels acteurs et quels usages celles-ci sont-elles produites ?

La première année sera consacrée à l’administration préfectorale, à la police et à la justice. Les années suivantes verront le champ d’investigation s’élargir, avec la prise en compte d’autres administrations, dans le champ national et au-delà, au sein de différents pays européens, dans une perspective à la fois comparatiste et transnationale.

Les premières séances présenteront les enjeux historiographiques, les méthodes à l’œuvre et les problèmes d’accès aux archives. Les suivantes poseront un regard rétrospectif sur des périodes plus anciennes afin de détecter d’éventuelles filiations entre des pratiques contemporaines et des manières de faire plus anciennes. Enfin, une dernière série de séances prendra appui sur des terrains plus précis, jouant sur des échelles variées, permettant de faire émerger des institutions, des pratiques et des situations particulières.

Programme

1. 30/11/09 –  Le monde des polices et ses archives. Sylvie Le Clech (CAC, Fontainebleau), « Archives policières. Autour des renseignements après la Seconde Guerre mondiale »,  Jean-Marc Berlière (CESDIP, Ministère de la justice, CNRS, Université VSQY), « La police spéciale et ses archives ».

2. 11/01/10 – Pratiques et questions. Pascale Goetschel (CHS du XXe siècle, Univ. Paris 1, CNRS), « Jalons historiens » ; Gilles Morin (CHS du XXe siècle, Univ. Paris 1, CNRS), « Les demandes du pouvoir » ; Christian Chevandier (CHS du XXe siècle, Univ. Paris 1, CNRS), « Les moments des archives policières ».

3. 22/2/10 –  Informations du pouvoir XVIIIe-début XIXe siècles. Vincent Denis (Centre d’histoire des mondes modernes et des Révolutions), « Du gouvernement par enquête à l’observation continue au XVIIIe siècle » ; Gilles Malandain (sous réserve)

4. 29/3/10 – Contrôler le territoire La police républicaine. Le temps de la Troisième République  Pierre Karila-Cohen (Centre de recherches historiques de l’Ouest), « Administration et contrôle du territoire » ;  Quentin Deluermoz (CRESC), « La chaîne d’enquête policière ».

6. 12/4/10 – Le régime de Vichy, entre héritage républicain et pratiques autoritaires. Denis Peschanski (CHS du XXe siècle, Univ. Paris 1, CNRS), « Les vertus de la bureaucratie » ; Gilles Vergnon (GREPH), « Contrôle et surveillance en milieu rural (département de la Drôme) ».

7.  10/5/10 – Sources judiciaires / sources d’information ? Edouard Lynch (Université Lumière Lyon 2, laboratoire d’études rurales), « La justice et le pouvoir. Panorama du XXe siècle » ;  Sylvie Thénault (CHS du XXe siècle, Univ. Paris 1, CNRS), « Utiliser les sources judiciaires durant la guerre d’Algérie ».

8.  7/6/10 – La Préfecture de police. Emmanuel Blanchard (CESDIP, Ministère de la Justice, CNRS, Univ. VSQY), « Archives de la préfecture de police : archives ordinaires, procédures   spécifiques ? ». Le service des Archives de la Préfecture de police de Paris a été sollicité.

9. 21/6/10 – « Etat et usages du droit », Marc-Olivier Baruch (EHESS-AHMOC) et Pierre V. Tournier (CHS du XXe siècle, Univ. Paris 1, CNRS).

– EXPO. La Révolution à la poursuite du crime ». Exposition du 18 novembre 2009 au 15 février 2010.

Archives nationales, 60, rue des Francs-Bourgeois  75003 Paris.

Cette exposition (plus de quatre-vingt pièces inédites, extraites des fonds judiciaires des Archives nationales) permet de faire revivre une délinquance ordinaire que les journées révolutionnaires et les juridictions extraordinaires ont rejetée dans l’ombre […]