181 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

RAPPEL.

PARIS. 16 mars 2010. 17h30 – 19h30, 26ème séance du Séminaire de recherche « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines ». Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Sous la direction de Pierre V. Tournier. Avec Mme Lucie Bony, doctorante en géographie et anthropologie à l’Université de Paris Ouest La Défense, « Prison et ordre urbain. Les quartiers pauvres au prisme du système pénitentiaire ».

Continuer la lecture de 181 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

180 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

PARIS ET Ile de France

PARIS.  Mercredi 3 mars 2010. 17h30 à 19h30. « Dispositif  sécurisé de suivi statistique sensible dans les entreprises ou les administrations ». Séminaire de recherches de l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1

Continuer la lecture de 180 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

179 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES


PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE

Marc BESSIN, Directeur du Réseau national de doctorants Santé et Société, nous informe.

Le Réseau national de doctorants Santé et Société, initié et jusqu’à présent dirigé par Didier Fassin, soutenu par la MiRe-DREES, permet à de nombreux jeunes chercheur-e-s en sciences sociales de la santé, dans une acception très large de ce champ d’études, d’échanger, de s’informer, de présenter des initiatives et d’organiser des rencontres scientifiques. Le site internet (http://doctorants.mshparisnord.org/index.php), en cours de redéploiement, donne un aperçu de ses différentes activités. On peut notamment y trouver le compte-rendu d’une journée d’étude que le réseau a organisée en janvier sur la professionnalisation. Le 19 mars 2010, le réseau tiendra ses premières assises nationales, afin de consolider certaines activités et de mettre en place de nouveaux chantiers (Cf. programme :  http://doctorants.mshparisnord.org/actualite/rubrique.php3?id_rubrique=52).

Continuer la lecture de 179 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

178 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE


RAPPEL. PARIS. 16 février 2010. 17h30 – 19h30, 25ème séance du Séminaire de recherche « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines ».

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Sous la direction de Pierre V. Tournier. Avec  Mme Sophie Desbruyères, conseillère d’insertion et de probation, secrétaire général du SNEPAP-FSU, « A propos de la réforme des services pénitentiaires  d’insertion et de probation ».

– Discutant : M. Ludovic Fossey, vice-président chargé de l’application des peines, TGI de Créteil.

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription –

Séance suivante

* Mardi  16 mars 2010, 17h30, 26ème séance, Mme Lucie  Bony, doctorante en géographie et anthropologie à l’Université de Paris Ouest La Défense,  « Prison et ordre urbain. Les quartiers pauvres au prisme du système pénitentiaire ».

– Discutant : M. Pascal Vion, directeur de la maison d’arrêt de Nanterre.


Cours de criminologie appliquée d’Alain Bauer au CNAM (18h – 20h) :

9 mars, 16 mars, 23 mars, 30 mars, 6 avril et 13 avril 2010.

* Contact : Denis Goulème  sec.criminologie@cnam.fr , www.cnam.fr


PARIS. 20 mars 2010. 9h30. « L’adolescence a changé, elle change ».

Colloque organisé par la Revue « adolescence »

8h30 Accueil

9h. Introduction de la journée, Philippe Gutton, professeur des universités, directeur de la Revue Adolescence

« Les changements dans la séance », Raymond Cahn, ancien président de la Société pychanalytique de Paris

Table Ronde n°1. Modérateur : Daniel Marcelli, professeur de pédopsychiatrie,  Marie-Christine Aubray, rédactrice en chef de la Revue Adolescence, François Marty, professeur des universités,  François Richard, professeur des universités

11h45 « Images de la psychothérapie et du psychothérapeute d’adolescent aujourd’hui », David Le Breton, sociologue, professeur des universités

14h30 Table Ronde n°2 « Les changements du lien entre l’adolescent et le psychothérapeute ». Modérateur : Philippe Jeammet, professeur de pédopsychiatrie, Gérard Bonnet, directeur de l’E.P.C.I.,  Patrice Huerre, chef de service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Jean-Yves Le Fourn, chef de service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.

« Place du virtuel dans les changements de la clinique et de la psychothérapie », Serge Tisseron, directeur de recherches

17h30 Conclusion du colloque. Philippe Gutton, Philippe Jeammet, François Marty

– Lieu : Espace de Conférence des Diaconesses, 18, rue Sergent Bauchat – 75 012 Paris

Métro : Montgallet (8) – Reuilly-Diderot (1) – Daumesnil (6).

* Contact :  Soline Godet,  Revue Adolescence,   3 avenue Vavin – 75006 Paris, Tél : 06 08 23 71 16. revueado.colloques@yahoo.fr

EN RÉGION

NANCY. 11 Mars 2010« De la fureur à la dangerosité. Folie violente / folie dangereuse au XIXe siècle. Journée d’études pluridisciplinaires  anthropologie, droit, histoire, sociologie.

Organisé par Laurence Guignard,  cette journée d’études s’inscrit dans un cycle  organisé en collaboration avec le Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), Institutions de la folie. Expériences psychiatriques judiciaires, asilaires et militaires, XIXe-XXe siècles.

PROGRAMME

10h-12h – 1. Danger, fureur, dangerosité : généalogie d’un concept

Pascal Vielfaure, Université Montpellier 1, « Dangerosité et défense sociale : évolution des conceptions juridiques »

Hervé Guillemain, Université du Maine, « Des furieux briseurs de croix au parricide de Mansigné. Aperçus sur les conceptions de la  “dangerosité” masculine à l’asile du Mans »

Laurence Guignard, Université Nancy 2, « La dangerosité aux Assises avant la Défense sociale (1860-1880)»

14h-16h – 2.  Les figures du danger

Philippe Artières, CNRS, Lahic-UMR 2558, « Dangereuses  écritures »

Aude Fauvel, postdoctorante, Max Planck Institute for the History of Science, « Les femmes peuvent-elles être dangereuses ? Misogynie, psychiatrie et justice en France et en Grande-Bretagne »

Jean-Christophe Coffin, Paris V, « La construction du fou dangereux : entre la biologie et la nécessité sociale »

16h30-18h – 3. Internement/prison : les moyens de la régulation

Delphine Moreau, doctorante, EHESS, « Violence normale et violence anormale dans un service « ordinaire » d’hospitalisation psychiatrique »

Véronique Fau-Vincenti, CNRS – Musée d’histoire vivante de Montreuil, « Avant les UMD : les asiles pour aliénés criminels; Gaillon 1876 et Villejuif en 1905 »

* Discutants : Samuel Lézé, anthropologue, CNRS-IRIS), Yves Mausen, historien du droit, Université Montpellier-1

* Lieu : Salle G 04 , CLSH, Place Godefroy de Bouillon, 54 000 Nancy

* Contact : laurence.guignard@univ-nancy2.fr)

177 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE

PARIS. Vendredi 12 fevrier 2010. 8h45 « Reformer la prison : acte I »

5èmes assises sur les prisons en France présidées par Jean-René Lecerf, sénateur du Nord, rapporteur du projet de loi pénitentiaire pour le Sénat et Jean-Paul Garraud,  député de la Gironde, rapporteur du projet de loi pénitentiaire pour l’Assemblée nationale. Sous le patronage et en présence de Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat, garde des sceaux, ministre de la Justice et des Libertés.

Programme (de nouveau modifié)

9h10. Accueil par  Jean-René Lecerf

9h15. Ouverture des rencontres par Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privations de libertés.

9h45. Sortir les malades des prisons. Débat entre Laurent Ridel, représentant le directeur de l’administration pénitentiaire et Gérard Laurencin, représentant l’Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire (ASPMP). Modérateur : Jean-René Lecerf.

10h30. Table ronde n°1 : « Préparer la sortie de prison, réussir la réinsertion ».

Président : Dominique Raimbourg, Député de Loire-Atlantique

Débat avec Jacques-André Jolly, directeur général de Siges, Nicole Maestracci, magistrat, présidente de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (FNARS), Florence Aubenas, journaliste au Nouvel Observateur, présidente de l’OIP, André Sanchez, directeur interrégional des services pénitentiaires de Strasbourg, ancien directeur du service de l’emploi pénitentiaire, Denis L’Hours, directeur général de la Fédération « Citoyens et Justice ».

12h15. Synthèse de Jean-Paul Garraud

14h30. Table ronde n°2.  L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) : quelles attentes ?

Président : Jean-Frédéric Poisson,  Député des Yvelines

Exposé introductif : Pierre Victor Tournier, directeur de recherches au CNRS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Débat entre Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature (SM), Alain Boulay,  président de l’Association Aide aux Parents d’Enfants Victimes (APEV), Jacques-Henri Robert, ancien directeur de l’Institut de criminologie, Maître Thierry Wickers, président du Conseil national des barreaux.

15h30. Synthèse de l’après-midi par Jean-René Lecerf.

15h40.  clôture des rencontres par Michèle Alliot-Marie

– Lieu : Maison de la Chimie – Paris

Clôture des inscriptions : 8 février  2010 ( 35€, 80€ avec le déjeuner).

* Contact : Société Agora Europe / Caroline Roche / croche@agoraeurope.com


PARIS. 16 février 2010. 17h30 – 19h30, 25ème séance du Séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines ».

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Avec  Mme Sophie Desbruyères, conseillère d’insertion et de probation, secrétaire général du SNEPAP-FSU, « A propos de la réforme des services pénitentiaires  d’insertion et de probation ».

– Discutante : M. Ludovic Fossey, vice-président chargé de l’application des peines, TGI de Créteil et M. Laurent Leriche, membre de la  commission nationale « Justice »  des Verts (sous réserve).

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription –

Séance suivante

* Mardi  16 mars 2010, 17h30, 26ème séance, Mme Lucie  Bony, doctorante en géographie et anthropologie à l’Université de Paris Ouest La Défense,  « Prison et ordre urbain. Les quartiers pauvres au prisme du système pénitentiaire ».

– Discutant : M. Pascal Vion, directeur de la maison d’arrêt de Nanterre.


Colloque « Jeunes Chercheurs en Démographie », Novembre 2010,  Centre de Recherche Populations et Sociétés (CERPOS), Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Appel à communication

Le CERPOS organise un Colloque Jeunes Chercheurs en Démographie en novembre 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ce colloque offre l’opportunité à des doctorants et à de jeunes docteurs (soutenance au cours des 4 dernières années) de présenter leurs recherches devant un public composé d’enseignants chercheurs, de chercheurs et d’étudiants. Toutes les thématiques classiques de la démographie ainsi que les nouveaux champs de la discipline, toutes les échelles et aires géographiques sont concernés. Les communications peuvent également être centrées sur des questions théoriques et/ou méthodologiques.

Les jeunes chercheurs intéressés sont invités à remplir une fiche de proposition de communication et à l’envoyer, avant le 1er mars 2010, à Leila Boufraioua (leila.boufraioua@u-paris10.fr) et à Sabrina Aouici (sabrina.aouici@u-paris10.fr).

Les jeunes chercheurs dont la proposition aura été retenue devront remettre le texte de leur communication le 1er septembre afin que nous puissions les faire parvenir aux commentateurs des séances.

176 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE

Ecole expérimentale de criminologie (Université Paris 1 / L’Estran).

3ème année. La première séance du séminaire 2010 s’est déroulée vendredi 29 janvier 2010. Rappelons que cet enseignement universitaire s’inscrit dans le cadre de la formation continue ; elle est payante et nécessite une inscription auprès de l’Estran , 10, rue Ambroise Thomas 75009 PARIS  www.estran.net / estran.formation@yahoo.fr.

* Sous la direction scientifique de M. Pierre V. Tournier,

Prochaine séance, vendredi 26 février 2010 (9h – 13h), lieu à préciser.

3ème conférence : Du coté des victimes, par M. Christophe Soulez, criminologue, chef de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses (ONDRP), INHES.J / Premier Ministre.

4ème conférence : Le juge et la recherche de la vérité, à l’instruction et à l’audience  correctionnelle ou criminelle, par M. Alain Blanc, président de chambre à la Cour d’appel de Douai, ancien président de cour d’assises, président de l’Association française de criminologie (AFC).

PARIS.  Vendredi 17 septembre et  24 septembre 2010.  « La loi  pénitentiaire adoptée : invitation à aller au delà des textes ».

Journées d’études organisées dans le cadre de l’Ecole expérimentale de criminologie (Université Paris 1 / L’Estran).

Gestion financière assurée par l’Estran, 10, rue Ambroise Thomas 75009 PARIS www.estran.net / estran.formation@yahoo.fr .L’Estran est un établissement de l’APCARS 4, boulevard du Palais Paris 1er, www.apcars.org Prestataire de formation enregistré sous le n° 11 75 42535 75, auprès de la Préfecture d’Ile de France. Durée de la formation : 14 heures.   Coût de la formation 290 euros.

Sous la direction scientifique de M. Pierre V. Tournier,

* Vendredi 17 septembre 2010

1. –  « L’Arlésienne : du rapport «  Bonnemaison » (février 1989)  au projet de Loi « Dati » (juillet 2008), par M. Alain Blanc, président de chambre à la Cour d‘appel de Douai et M. Philippe Pottier, directeur de service pénitentiaire d’insertion et de probation.

2. –  Evolution de la délinquance  constatée, des mesures  et sanctions, de  la population sous écrou  (1989 -2009), par  M. Pierre V. Tournier.

3. – Le rôle du Conseil de l’Europe dans le débat national sur les prisons, par M. Pierre Méheust, professeur certifié d’histoire, ancien président du GENEPI.

4. –  La situation carcérale à la veille du débat parlementaire, par M. Olivier Milhaud, agrégé de géographie, ATER à l’Université Paris 4, spécialiste de la question pénale.

* Vendredi 24 septembre 2010

5.  –  Le débat parlementaire de 2008-2009, par M. Laurent Ridel, sous directeur à la Direction de l’administration pénitentiaire (sous réserve) et M. Eric Incyan, journaliste à Médiapart.

6. – Réformer le droit des détenus : régressions, avancée,  limites,  par M. Jean-Manuel Larralde, professeur de droit à l’Université de Caen.

7. – Réformer l’aménagement des peines, par M. Pierre Pélissier, magistrat, conseiller à la cour d’appel de Versailles.

8. – Réflexions prospectives, par M. Alain Cugno, professeur agrégé de philosophie, docteur d’Etat, vice-président de la FARAPEJ et Dr. Eric Kania, psychiatre, Les Baumettes, Marseille.

* Lieu de la formation : Paris (à préciser)


PARIS. 16 février 2010. 17h30 – 19h30, 25ème séance du Séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines ».

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Avec  Mme Sophie Desbruyères, conseillère d’insertion et de probation, secrétaire général du SNEPAP-FSU, « A propos de la réforme des services pénitentiaires  d’insertion et de probation ».

– Discutante : M. Ludovic Fossey, vice-président chargé de l’application des peines, TGI de Créteil et M. Laurent Leriche, membre de la  commission nationale « Justice »  des Verts (sous réserve).

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription –

Séance suivante

* Mardi  16 mars 2010, 17h30, 26ème séance, Mme Lucie  Bony, doctorante en géographie et anthropologie à l’Université de Paris Ouest La Défense,  « Prison et ordre urbain. Les quartiers pauvres au prisme du système pénitentiaire ».

– Discutant : M. Pascal Vion, directeur de la maison d’arrêt de Nanterre.

EN RÉGION

BLOIS. Jeudi 14 au dimanche 17 octobre 2010. Les rendez-vous de l’histoire  auront pour thème « La Justice ».

Ils seront placés sous la présidence de Robert Badinter.

NÎMES. Mercredi 5, jeudi 6 et vendredi 7 mai 2010.  « Addiction au féminin ». 9ème Carrefour de l’addictologie de terrain organisé par F3A.

Modes d’expressions et conséquences des pratiques addictives peuvent être sensiblement différents au féminin. Quelle est la place des déterminants physiologiques et socio-culturels ? Quel en est l’impact sur nos pratiques d’accompagnement et de soins ? L’addiction a-t-elle mauvais genre ?

* Contact :  F3A – Marie Musquet – 154 rue Legendre – 75017 Paris – Tel : 01 42 28 65 02 – Fax : 01 46 27 77 51 –  federation@alcoologie.org

175 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES


PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE

Saint-Denis. 28 janvier 2010. 10h – 16h30.  « Travail, territoires, pouvoirs ».

Journée d’étude organisée par Danielle Tartakowsky (EA 1571 Paris 8), Michel Margairaz (IDHE Paris 1) et Michel Pigenet (CHS XXe s.UMR 8058 Paris 1),  dans le cadre du séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économique », Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

– Emmanuel Bellanger, historien, CNRS, CHS du XXe siècle, « Pour une nouvelle histoire suburbaine : lorsque banlieues rime avec solidarités intercommunales et financières »

– Sébastien Chauvin, sociologue, Amsterdam, « Organiser les journaliers : travailleurs précaires et community organizing à Chicago dans les années 2000 »

– Denis Merklen, sociologue, Paris 7 « Quartiers populaires, quartiers politiques »

– Sylvie Tissot, sociologue, Strasbourg 2, « L’Etat et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique ».

– Lieu : Musée d’art et d’histoire de Saint Denis, 22, rue Gabriel Peri, 93200 SAINT-DENIS.

* Contact : www.musee-saint-denis.fr

PARIS. 16 février 2010. 17h30 – 19h30, 25ème séance du Séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines ».

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Avec  Mme Sophie Desbruyères, conseillère d’insertion et de probation, secrétaire général du SNEPAP-FSU, « A propos de la réforme des services pénitentiaires  d’insertion et de probation ».

– Discutante : M. Ludovic Fossey, vice-président chargé de l’application des peines, TGI de Créteil et M. Laurent Leriche, membre de la  commission nationale « Justice »  des Verts (sous réserve).

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription –

Séance suivante

* Mardi  16 mars 2010, 17h30, 26ème séance, Mme Lucie  Bony, doctorante en géographie et anthropologie à l’Université de Paris Ouest La Défense,  « Prison et ordre urbain. Les quartiers pauvres au prisme du système pénitentiaire ».

– Discutant : M. Pascal Vion, directeur de la maison d’arrêt de Nanterre.

174 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES


PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE


RAPPEL. PARIS. 19 janvier 2010. 17h30 – 19h30, 24ème séance du Séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines ».

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Avec  M. Bertrand Renard, docteur en criminologie, chargé de cours invité à l’Université Catholique de Louvain et chercheur au Département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (Bruxelles) : « Ce que l’ADN fait faire à la justice. Sociologie des traductions dans l’identification par analyse génétique en justice pénale ».

– Discutante : Mme Nicole Maestracci, magistrate, présidente du TGI de Melun.

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription.

PARIS. Vendredi 22 janvier 2010. 16-18h. « Solidarité et inégalités. Les femmes en prison à Lima (Pérou) », par Chloé Constant dans le cadre du séminaire « Genre et mobilités » du Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique tatine (CREDAL),

– Lieu : Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine, 28 rue Saint-Guillaume 75007 Paris, Salle Paul Rivet, 5ème étage.

* Contact : cerpos-bounces@u-paris10.fr

EN RÉGION


RAPPEL. RENNES. Vendredi 22 janvier 2010. 9h – 17h30. « L’incarcération. Quelle trace dans l’histoire familiale ? »

Colloque national organisé par l’associa-tion Enjeux d’enfants Grand Ouest, au Centre culturel le Triangle. Communications de Pierre V. Tournier, démographe, François de Singly, sociologue, Anne Encelin-Schutzenberger, psychanalyste. Table ronde sur le thème « Quels accompagnements pour la personne détenue et ses enfants ?  avec des professionnels  et représentants  de la société civile. Synthèse par Nathalie  Woog de Caqueray.

Tarif  (repas compris) : 75 €. Etudiant : 30€

– Lieu :  Le Triangle, Boulevard de Yougoslavie

* Contact : enjeuxdenfants@wanadoo.frwww.enjeuxdenfants.org

LILLE. Vendredi 22 janvier. 9h. « Regards sur l’enfermement ». Colloque organisé par  les étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques.

– Lieu :  Institut d’Etudes Politiques de Lille, salle B.4.13

9h Accueil des participants

9h30 – 10h15. Alain Jego, directeur interrégional des services pénitentiaires (sous réserve), « Etat des lieux du service pénitentiaire français ».

10h15 – 11h. Xavier de Larminat, doctorant en science politique, « L’exécution des peines en milieu ouvert : panorama et perspectives ».

11h15 – 12h.  Gwénola Ricordeau, docteur en sociologie,  « Les conséquences sociales de l’incarcération ».

12h – 12h45. Dominique Wiel, innocenté d’Outreau, « Retour sur trente mois de détention ».

14h – 15h30. Table ronde « Faut-il lutter contre l’enfermement ? », avec Hafed Benotman, ancien détenu et écrivain aux éditions Rivages / Noir et  Philippe Guislain, Magistrat (sous réserve).

15h45 – 16h45. Nathalie Przygodzki-Lionet, maître de conférences en psychologie sociale à l’Université de Lille 3, « De l’enferment psychique à l’enfermement physique : les multiples éclairages de la psychologie sociale ».

17h – 18h. Alain Cugno, docteur d’Etat ès lettres et sciences humaines, rédacteur en chef de la revue Prison Justice et vice-président de la Fédération des associations réflexion action prison et justice (FARAPEJ),  « Que signifie punir quelqu’un en le privant de sa liberté ? »

* Contact : mathilde.leriche@sciencespo.univ-lille2.fr

172/73 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE

Le 15 décembre 2009 s’est tenu  le colloque européen des directeurs de sécurité, organisé à l’OCDE par le Club des Directeurs de Sécurité des Entreprises (CDSE).

Communiqué de presse du CDSE : « Le colloque a été ouvert par Henry Proglio, PDG d’EDF, qui a rappelé l’importance de la sécurité pour les entreprises, « un investissement non immédiatement créateur de valeur, mais rentable à plus long terme car il permet d’éviter pour l’avenir bien des déboires et des désillusions ». Un discours pas nécessairement entendu par tous, au regard de la diminution des budgets consacrés à la sécurité dans les entreprises en période de crise économique.

Un discours auquel le criminologue Alain Bauer souscrit pleinement en introduction du colloque. Il rappelle par ailleurs que la sécurité des entreprises dépend davantage de l’analyse des risques réalisée à partir des informations disponibles que de la pratique du renseignement. Explicitant son propos, il affirme que « 99% de ce qu’on nous devrions savoir pour faire face à l’avenir est connu, la question est de savoir quelle analyse stratégique de ces éléments nous faisons ».

Ce discours n’empêche pas de nombreux panelistes, Henry Proglio en tête, de regretter que les administrations étatiques, notamment les services de renseignement, ne se soucient pas suffisamment des besoins des entreprises en matière de sécurité et de protection de leur patrimoine. Philippe Teixeira, Directeur de la Stratégie de la DGSE, rappellera néanmoins que la création en septembre par l’Etat d’une délégation interministérielle à l’intelligence économique visait justement à remédier à cet écueil.

Une table-ronde a été consacrée à l’analyse des résultats d’une enquête exclusive menée avec la collaboration de l’EDHEC auprès de 73 entreprises multinationales.

Cette enquête révèle les principales sources de criminalité auxquelles sont confrontées les entreprises, à savoir les vols sur site (matériels, équipement) et dans une moindre mesure les fraudes internes, crimes les plus graves car également les plus coûteux pour l’entreprise. Cette menace « interne » a été identifiée comme une priorité par certains intervenants, même si nombre d’entre eux ont rappelé qu’il était primordial d’éviter de penser que les crimes passés sont ceux qui se reproduiront à l’avenir. Les intervenants ont donc axé leurs propos sur les nouvelles menaces ou celles qui commencent à émerger : cybercriminalité, attaque informationnelle nuisant à l’image de l’entreprise, renaissance d’un terrorisme d’extrême gauche, menaces terroristes contre les « infrastructures critiques »…

Autant de phénomènes alimentés par une crise économique qui a créé, de l’avis de tous, des frustrations et une radicalisation des modes d’action, qu’il s’agisse des séquestrations de patrons, des blocages d’usine ou des menaces d’attentat contre des sites industriels…

L’enquête menée a également révélé que les risques les plus médiatiques ne sont pourtant pas les plus fréquents. Les risques terroristes et de piraterie maritime sont par exemple à relativiser, même si leur sensibilité s’accroît à mesure que l’entreprise s’internationalise. Dans l’ensemble, le terrorisme et la guérilla sont les menaces les moins « problématiques » pour les entreprises, lesquelles se montrent davantage sensibles aux vols des employés, à la petite délinquance ou au hacking. De même, la piraterie maritime, au combien médiatisée, demeure marginale par rapport à la piraterie routière.

Parmi les 41 pays cités comme abritant une criminalité importante, la Russie a été citée par 25% des entreprises comme le pays où elles sont le plus exposées au crime, devant la Chine pour 17% d’entre elles. Suivent ensuite des pays tristement réputés pour leur taux de criminalité, respectivement le Nigeria, l’Algérie, l’Afrique du Sud ou encore le Brésil.

Quels sont les moyens de réaction et de protection de l’entreprise ? D’après l’enquête, elle réagit avant tout par la modification de ses procédures de sûreté, par une évolution de sa gouvernance d’entreprise et par une modification de sa gestion des ressources humaines.

Afin de se protéger, l’entreprise juge deux fois plus utile de recourir aux forces de police qu’aux armées nationales ou à des armées privées (mercenariat…). De même, les entreprises relèvent la très forte utilité des entreprises de sécurité/sûreté et des Associations de Directeurs Sécurité/sûreté, faisant du partage d’expériences un élément clé du renforcement de la protection des entreprises. Ces moyens de protection ne doivent pas faire oublier un besoin explicitement évoqué tout au long de la matinée : le besoin de l’appui étatique ».

* Contact : Mathieu Pellerin, chargé de mission CDSE,  Tél. 06 84 60 43 44,

p_mathieu@msn.com


RAPPEL. PARIS. 19 janvier 2010. 17h30 – 19h30, 24ème séance du Séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines »

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Avec  M. Bertrand Renard, docteur en criminologie, chargé de cours invité à l’Université Catholique de Louvain et chercheur au Département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (Bruxelles) : « Ce que l’ADN fait faire à la justice. Sociologie des traductions dans l’identification par analyse génétique en justice pénale ».

– Discutante : Mme Nicole Maestracci, magistrate, présidente du TGI de Melun.

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription.

Boulogne-Billancourt. 22-23-24 avril 2010. 4ème édition des Entretiens  francophones de la psychologie.

Présentation  des organisateurs : L’institution est rôdée, ce sont désormais les quatrièmes Entretiens Francophones de la Psychologie qui vont ouvrir leurs portes les 22-23 et 24 avril prochains à Boulogne-Billancourt (Centre Henri Piéron, 71 avenue Edouard Vaillant, 92100). Ils sont organisés par la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP), la Fédération Belges des Psychologues (FBP) et la Fédération Suisse des Psychologues (FSP). L’idée reste novatrice et encore unique à ce jour de vouloir embrasser le champ des possibles de l’intervention du psychologue dans son exercice et dans une double valence par l’apport conjoint de praticiens et d’universitaires. Pour mieux repérer les principaux sillons, la visibilité est aujourd’hui accrue pour suivre conférences et ateliers d’une même voie pendant les trois jours : santé, éducation, travail, social-justice. Cette vue d’ensemble se complète à l’horizon du labeur de nos voisins belges et suisses. Les intervenants sont trop nombreux pour être ici tous cités d’Evelyne Clément à Serge Moscovici en passant par Pascal Roman et Dominique Lhuilier. A la pointe des connaissances s’ajoute la finesse des échanges entre tous. Tous les arguments d’une formation continue de tous les psychologues ainsi rassemblés font mouche. La réflexion d’un large empan ouvre sur des débats qui vont de l’histoire de prestigieux psychologues à l’actualité la moins sereine. Aux sept tables rondes, sept conférences plénières, treize symposiums, trente huit ateliers, s’ajoutent un échange avec Albert Jacquard et un cheminement réservé aux jeunes diplômés pour lesquels se déroulent trois ateliers et une table ronde spécifiques. A l’espace d’actualisation des connaissances s’ajoute celui du Salon de la psychologie, rendez-vous fameux de nos partenaires. »


GUYANCOURT.  Calendrier du séminaire du CESDIP. 10h30 sauf le jeudi 14 janvier à 14h30.

14 janvier : Xavier Crettiez (UVSQ),  le terrorisme corse

19 janvier : Isabelle Lacroix (UVSQ), le terrorisme basque

28 janvier : Gwenola Ricordeau (Clersé), les parloirs en prison

9 février : Daniel Ventre (CESDIP), la cybercriminalité

18 février : Michael Meyer (Lausanne), l’enquête photographique sur les policiers

16 mars : Akaike Kazumasa (Tokyo), les prisons japonaises

23 mars : Yann Philippe (EHESS), la police à New York dans la première moitié du siècle.

15 avril : Fabrice Guilbaut (CURAPP), le travail en prison

1er juin : Sébastien Saetta (Toulouse), l’expertise et les magistrats

17 juin : Nicolas Carrier (Ottawa), les théories criminologiques.

1er juillet : Laurent Mucchielli (CESDIP), le viol.

EN RÉGION

RAPPEL. RENNES. Vendredi 22 janvier 2010. 9h – 17h30. « L’incarcération. Quelle trace dans l’histoire familiale ? »

Colloque national organisé par l’association Enjeux d’enfants Grand Ouest, au Centre culturel le Triangle. Communications de Pierre V. Tournier, démographe, François de Singly, sociologue, Anne Encelin-Schutzenberger, psychanalyste. Table ronde sur le thème « Quels accompagnements pour la personne détenue et ses enfants ?  avec des professionnels  et représentants  de la société civile. Synthèse par Nathalie  Woog de Caqueray.

Tarif  (repas compris) : 75 €. Etudiant : 30€

– Lieu :  Le Triangle, Boulevard de Yougoslavie

* Contact : enjeuxdenfants@wanadoo.frwww.enjeuxdenfants.org


170/71 – COLLOQUES ET SÉMINAIRES

PARIS RIVE DROITE, RIVE GAUCHE

PARIS. Vendredi 15 janvier 2010. « Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ? » Journée de réflexions et de débats autour du n° 179 d’Education permanente.

Ce qui existait « derrière les murs » est désormais visible dans la rue. Le nombre des personnes marginalisées par l’accroissement des inégalités sociales ne cesse de croître. La société se sent moins protégée des « indésirables ». Dès lors, l’alliance des deux pôles de l’intervention sociale n’apparaît plus aussi évidente : l’objectif de gestion des troubles de l’ordre public tend à prendre le pas sur l’ambition d’intégration sociale. Les professionnels doivent construire de nouvelles stratégies, aider des populations dont la marginalité inquiète, inventer de nouveaux modes d’action aux marges de leur travail. Quelles sont les populations auxquelles s’adresse ce « cordon sanitaire » ? Comment se manifestent la marginalité et les troubles de l’ordre public qu’elles suscitent ? Quelles réponses la société adopte-t-elle ? Quels professionnels ont désormais pour mission de maintenir la cohésion sociale par l’accompagnement de certaines catégories de populations et leur invisibilisation dans l’espace public ?

Comment la formation prend-elle en compte les ambiguïtés de leur activité ?

Comment les arme-t-elle pour déjouer les pièges de leurs missions paradoxales ? Telles sont les questions qui seront débattues pendant cette journée.

Programme

9h30 Ouverture de la journée, par Guy Jobert, professeur titulaire de la chaire de formation des adultes au CNAM, directeur de la revue Education permanente.

9h45 « Gérer les indésirables », Michel Agier, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche à l’IRD, auteur de « Gérer les indésirables, des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire », (Flammarion).

10h30 « Vers une psychologisation de l’intervention sociale ? » Table ronde animée par Brigitte Berrat (GRIF), avec : Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS, membre du comité éditorial de la collection « Alternatives sociales » aux éditions La Découverte ; Maryse Bresson, professeur de sociologie à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, auteur de « Sociologie de la précarité » (Armand Colin) ; Dominique Lhuilier, professeur de psychologie au CNAM, auteur de « Le travail incarcéré » (Syllepse) ; Sylvie Quesemand-Zucca, psychiatre, psychanalyste, auteur de « Je vous salis ma rue, Clinique de la désocialisation » (Stock).

13h30 « La pénalisation comme traitement des marges ». Table ronde animée par Guillaume Malochet (CNAM, LISE-CNRS), avec Francis Bailleau, directeur de recherche au CNRS, co-directeur de La justice pénale des mineurs en Europe (L’Harmattan) ; Jean Danet, avocat honoraire, maître de conférences en droit privé à l’université de Nantes, auteur de « Justice pénale : le tournant » (Gallimard) ; Corinne Ehrenberg, psychanalyste, directrice de l’Unité de soins intensifs du soir (USIS Paris 14), co-auteur de « Transfert et états limites » (PUF) ; Christian Mouhanna, chargé de recherches au CESDIP (Ministère de la Justice – CNRS), co-auteur de Police : des chiffres et des doutes (Michalon).

15h20 Professionnels en marge, marge des professionnels. Table ronde animée par Patrick Nivolle (CNAM, LISE-CNRS), avec Alexandre Biotteau, chercheur en sociologie et politiques publiques, auteur de « Les emplois de médiateurs sociaux dans les quartiers difficiles » (Journal des anthropologues, n°108-109) ; Marcel Jaeger, professeur titulaire de la chaire de travail social au CNAM, auteur du Guide du service social et médico-social (Dunod) ; Roselyne Orofiamma, enseignante et chercheur au CNAM, co-auteur de « A l’écoute de la folie. Avec un collectif d’infirmiers en psychiatrie » (Nouvelle revue internationale de psychosociologie, n°4) ; Stéphane Rullac, chargé de recherches à Buc-Ressources, auteur de Je prépare le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé (Dunod).

16h45 Synthèse de la journée.

Inscription : 60€. Tarif réduit : 38€

– Lieu : Conservatoire national des arts et métiers, 75003 Paris

* Contact : educperm@wanadoo.fr ; www.education-permanente.fr


PARIS. 19 janvier 2010. 17h30 – 19h30, 24ème séance du Séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines »

Université Paris 1. Centre d’histoire sociale du 20ème siècle. Avec  M. Bertrand Renard, docteur en criminologie, chargé de cours invité à l’Université Catholique de Louvain et chercheur au Département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (Bruxelles) : « Ce que l’ADN fait faire à la justice. Sociologie des traductions dans l’identification par analyse génétique en justice pénale ».

– Discutante : Mme Nicole Maestracci, magistrate, présidente du TGI de Melun.

– Lieu : CHS 20ème siècle, 9 rue Malher, Paris 4ème, métro Saint-Paul  (6ème étage).

– Ouvert à toutes et à tous, sans inscription.

PARIS. Vendredi 12 fevrier 2010. 8h45 « Reformer la prison : acte I »

5èmes rencontres parlementaires sur les prisons présidées  par Jean-René Lecerf, sénateur du Nord, rapporteur du projet de loi pénitentiaire pour le Sénat et Jean-Paul Garraud,  député de la Gironde, rapporteur du projet de loi pénitentiaire pour l’Assemblée nationale. Sous le patronage et en présence de Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat, garde des sceaux, ministre de la Justice et des Libertés.

Programme provisoire

9h10. Accueil par  Jean-René Lecerf

9h15. Ouverture des rencontres par Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privations de libertés.

9h45. Sortir les malades des prisons. Modifier le code pénal. Créer des lits fermés en psychiatrie. Débat entre Claude d’Harcourt, directeur de l’administration pénitentiaire et Catherine Paulet, médecin-chef du service médico-psychologique régional de la maison d’arrêt des Baumettes, présidente de l’Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire

10h30. Table ronde n°1 : « Introduire une obligation d’activité ». Récompenser l’effort de formation, en transférer la responsabilité aux Régions. Rendre obligatoire la consultation des détenus sur les activités proposées. Reconnaître le travail carcéral par l’introduction d’un salaire minimum ?

Président : Dominique Raimbourg, Député de Loire-Atlantique

Débat avec Jacques-André Jolly (sous réserve de confirmation), directeur général de Siges, Yannick Genin (sous réserve de confirmation), directeur général adjoint de GEPSA, Nicole Maestracci, magistrat, présidente de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (FNARS), Florence Aubenas, journaliste au Nouvel Observateur, présidente de l’OIP, André Sanchez, directeur interrégional des services pénitentiaires de Strasbourg, ancien directeur du service de l’emploi pénitentiaire.

12h15. Synthèse de Jean-Paul Garraud

12h30. Clôture de la matinée  par Robert Badinter, sénateur, ancien Garde des Sceaux

14h30. Table ronde n°2.  L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) : quelles attentes ?

Président : Jean-Frédéric Poisson,  Député des Yvelines

Débat entre Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature (SM), Alain Boulay,  président de l’Association Aide aux Parents d’Enfants Victimes (APEV), Jacques-Henri Robert, ancien directeur de l’Institut de criminologie, Pierre Victor Tournier, directeur de recherches au CNRS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Thierry Wickers, président du Conseil national des barreaux.

15h30. Synthèse de l’après-midi par Jean-René Lecerf.

15h40.  clôture des rencontres par Michèle Alliot-Marie

– Lieu : Maison de la Chimie – Paris

* Contact : Société Agora Europe / Caroline Roche / croche@agoraeurope.com

Paris. Mars 2011. « Les Pratiques syndicales du droit, France, XXe-XXIe siècles ». Appel à contributions

Colloque organisé par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle et l’Institut CGT d’histoire sociale

Au carrefour des histoires désormais bien balisées du syndicalisme et du droit du travail, celle des pratiques syndicales du droit demeure un champ largement ouvert aux investigations complémentaires des historiens, juristes, sociologues et politologues. Les approches classiques ont considéré les syndicats comme les acteurs d’un droit marqué par les dynamiques complexes et transformatrices à l’oeuvre dans son élaboration. En aval, des travaux se sont efforcés d’évaluer les conditions d’application des lois et des règlements, le fonctionnement et l’articulation des normes mobilisées par la justice du travail, tandis que d’autres s’intéressaient plutôt aux discours et aux représentations syndicales du droit et de ses institutions. Forts de ces jalons et acquis, le colloque se propose de privilégier l’étude des pratiques, soit les modalités par lesquelles, en différents lieux, branches, entreprises, circonstances et époques, les organisations syndicales, leurs structures, instances et responsables ont appréhendé le droit du travail pour le modifier, user de ses institutions juridiques ou judiciaires, établir des relations avec ses agents et experts, intégrer ses ressources et contraintes, voire contradictions, dans leurs tactiques et stratégies. Par droit du travail, nous entendons ici les dispositions du code du travail (relations individuelles et collectives de travail, intéressement et participation, durée du travail, sécurité et santé, emploi, formation, contrôle et contentieux). Ces contours excluent tout ce qui relève de politiques sociales plus générales (protection sociale, santé publique, logement, etc.), mais nous souhaitons que le colloque permette d’étudier la manière dont les syndicats ont considéré l’articulation du droit du travail et des politiques sociales (à l’exemple des relations entretenues entre droit du travail et protection sociale) ou ont pu envisager les liens entre ledit droit et les principes économiques et sociaux inscrits dans le préambule de la constitution. Il devrait être l’occasion, encore, d’explorer sous un nouvel angle des thèmes aussi importants que la durée du travail, le travail précaire, les discriminations, les licenciements économiques, la sous-traitance, le périmètre du salariat.

Si le cadre hexagonal semble le plus approprié, l’option n’exclut pas plus les monographies locales que l’analyse des pratiques en vigueur dans les territoires coloniaux, l’évaluation d’influences étrangères, ainsi que l’étude de l’élaboration et de l’application de normes internationales (OIT) ou communautaires. L’approche implique aussi que soient prises en compte les coopérations et coordinations développées aux échelons européen et international. Le choix d’une période assez longue – XXe et XXIe siècles –, découle du souci d’accorder la problématique du colloque aux temporalités de l’Etat social et de la société salariale, largement confondues avec celle du syndicalisme confédéré qui, non limité à la seule CGT, inclut la totalité des centrales. Sur ces bases, trois axes thématiques se dégagent :

• le syndicalisme producteur de normes, sa capacité d’initiative et ses contributions à leur élaboration en fonction de ses ressources et choix tactiques ou stratégiques (thèmes de négociation, types de contentieux initiés ou soutenus, saisine d’institutions internationales, etc.) ;

• le syndicalisme diffuseur de normes par la formation et l’information et les services, juridiques ou judiciaires, proposés aux adhérents et aux salariés (presse générale et spécialisées, brochures, tracts, stages des militants, mobilisations spécifiques, conseils juridiques, structures spécifiques et spécialisations militantes, etc.) ;

• le syndicalisme contrôleur du droit à travers ses interventions pour l’effectivité du droit : intervention des structures syndicales et des institutions d’entreprises (CE et autres), rapports avec l’inspection du travail, usages de la jurisprudence, des recommandations ou conventions internationales, contacts noués, nature et portée des  échanges avec les experts et professionnels du droit – avocats, magistrats, inspecteurs du travail, universitaires… – qu’il conviendra de mieux identifier.

On veillera à inscrire le découpage ainsi proposé dans les situations et les contextes de nature à éclairer la cohésion, la dynamique et, au total, la signification des pratiques mises à jour. De fait, au gré des moments et des configurations historiques, le droit a pu apparaître :

• comme une source de contraintes,

• un recours,

• voire un substitut à l’action revendicative.

Sans rien céder des exigences scientifiques et de l’approche transdisciplinaire qui en garantiront l’intérêt, l’initiative participe, dans la continuité de coopérations menées à bien par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle et l’Institut CGT d’histoire sociale, des échanges fructueux développés entre chercheurs et acteurs syndicaux invités à confronter les résultats de leurs réflexions et expériences dans le respect des caractéristiques de chacun.

* Contact : Les propositions de communication (1 500 signes) sont à adresser jusqu’au 15 décembre 2009, dernier délai à : Mme Sylvie Le Dantec : sylvie.ledantec@univ-paris1.fr et, pour l’IHS-CGT, à M. André Narritsens : a.narritsens@ihs.cgt.fr

* Responsables du colloque : André Narritsens, Michel Pigenet.

EN RÉGION

RENNES. Vendredi 22 janvier 2010. 9h – 17h30. « L’incarcération. Quelle trace dans l’histoire familiale ? »

Colloque national organisé par l’association Enjeux d’enfants Grand Ouest, au Centre culturel le Triangle. Communications de Pierre V. Tournier, démographe, François de Singly, sociologue, Anne Encelin-Schutzenberger, psychanalyste. Table ronde sur le thème « Quels accompagnements pour la personne détenue et ses enfants ?  avec des professionnels  et représentants  de la société civile. Synthèse par Nathalie  Woog de Caqueray.

Tarif  (repas compris) : 75 €. Etudiant : 30€

– Lieu :  Le Triangle, Boulevard de Yougoslavie

* Contact : enjeuxdenfants@wanadoo.frww

w.enjeuxdenfants.org

LA ROCHE SUR YON. Jeudi 28, vendredi 29 et samedi 30 janvier 2010. « Faute, Délit, Péché et Culpabilité : regards croisés sur les fondements de notre éthique »

Colloque international organisé  par l’Institut Catholique d’Etudes Supérieures (ICES),  rassemblant des intervenants dans les champs de la clinique, du droit et de la théologie ou de la philosophie, d’origines culturelles, nationales et religieuses diverses.,

– Lieu : ICES, 17 Boulevard des Belges

* Contact :  http://www.ices.fr


GRENOBLE. Vendredi 29 janvier 2010. « Violences sexuelles chez les mineurs : de la pénalisation à la prévention »

Journée d’étude organisée par  le CRIAVS Rhône-Alpes au CRDP de Grenoble.
Le phénomène des violences sexuelles à l’adolescence, loin d’être nouveau, tend socialement à prendre une ampleur qui ne peut qu’interroger les cliniciens et, plus largement, les différents partenaires qui ont ou auront à prendre en charge cette jeune population. En 2008, les mineurs représentent globalement un quart des auteurs de violences sexuelles tant pour les viols que pour les agressions sexuelles et les atteintes aux mœurs. Ce chiffre dit la difficulté à endiguer cette violence adolescente en lui donnant un statut qui lui permettrait d’être, pour le moins, contenue dans des dispositifs thérapeutiques dès lors qu’elle est révélée. Cette dimension est actuellement avivée par une actualité judiciaire et juridique qui voit se profiler un nouveau projet de réforme de l’ordonnance de 1945. En effet, la commission Varinard propose un changement de paradigme en matière de juridiction des mineurs, où l’éducatif passerait derrière le répressif.
Le but de cette journée d’étude, organisée par le Centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles en région Rhône-Alpes (CRIAVS RA), se propose de faire le point sur les questions que pose la prise en charge de ces adolescents. Cette journée questionnera d’abord le statut qu’a cette violence dans ce temps si particulier qu’est l’adolescence avant d’en brosser un tableau épidémiologique actualisé. Ensuite, elle envisagera la valeur que recouvre la sanction pour l’adolescent mais aussi plus largement pour la société, via le juge pour enfant. Enfin, elle consacrera une part importante aux multiples prises en charge qui peuvent être proposées à ces adolescents dans les différents espaces qui les accueillent, dont ceux judiciaires (PJJ) et carcéraux.

Cette journée est ouverte à tous les professionnels : soignants, magistrats, éducateurs, travailleurs du champ social qui ont en charge d’une manière ou d’une autre ces sujets. Son accès est libre mais requiert une inscription préalable auprès du secrétariat du CRIAVS RA

* Contact :  André CIAVALDINI, Directeur du CRIAVS RA, Tél. 04 76 50 45 71.

LILLE. 7 au 9 Septembre 2010. « Cognition, Emotion et Société ». Congrès annuel de la Société française de psychologie.

Ce congrès est l’occasion de promouvoir la psychologie scientifique dans sa diversité, de favoriser sa diffusion dans tous les domaines de la vie sociale, de susciter les échanges à l’intérieur de la communauté des chercheurs et des praticiens, de contribuer à une formation d’excellence des praticiens, des chercheurs et des jeunes docteurs (notamment par la formation continue) et de prendre position dans toutes les situations concernant la pratique de la psychologie et sa dimension éthique et déontologique.

Co-Présidents du Comité d’Organisation : Séverine Casalis & Mikaël Molet. Président du Comité de Programme : Yann Coello.

La SFP invite l’ensemble des chercheurs et praticiens travaillant dans le champ de la psychologie à soumettre des propositions collectives (symposium, table ronde) ou individuelles (communication orale et poster) de communications sur des thèmes ayant trait à l’étude fondamentale ou appliquée des processus psychologiques. Le 6 septembre aura lieu une Journée pour les doctorants et jeunes chercheurs. Un autre événement majeur du mois de septembre : la Grande Braderie de Lille les 4 et 5 septembre, nous vous recommandons vivement de réserver votre logement au plus vite si vous souhaitez participer à cet événement unique et international se déroulant juste avant le congrès de la SFP.

Dates importantes : 1er décembre 2009 : premier appel à communication. 31 janvier 2010 : date limite de suggestion des propositions collectives au comité de programme. 15 février 2010 : date limite de soumission des communications collectives et individuelles. A partir du 2 avril 2010 : retour des évaluations des propositions de communication. 5 mai 2010 : programme définitif du congrès 30 juin 2010 : date limite des inscriptions aux tarifs préférentiels.

* Contact : http://ureca.recherche.univ-lille3.fr/sfp2010/