170/71 – COURRIEL D’UN LECTEUR

Bonjour ! Tout en vous souhaitant un fort Joyeux Noël 2009 et une Bonne et heureuse 2010, voici une petite « pensée criminologique universelle » à méditer. Elle provient d’une devise des autochtones de Bolivie citée récemment par le « Premier Président Amérindien » élu dans ce pays, et réélu dimanche dernier le 6 décembre 2009, Evo Morales :

« Ne tue pas »

« Ne vole pas »

« Ne mens pas »

« Ne soit pas paresseux »

« Ne soit pas servile »

André Normandeau, PhD. criminologue et professeur, Université de Montréal.

168 – COURRIEL D’UNE LECTRICE


« Une évasion intellectuelle, quel bonheur ! »

Cher Monsieur, Comme je vous l’ai déjà dit, je prends toujours beaucoup d’intérêt à lire votre ACP hebdomadaire. Dans le dernier numéro du 30 novembre, j’ai été sensible à vos échanges avec Christian CHEVANDIER, et je ne peux m’empêcher d’y réagir.

Visiteuse à Fresnes depuis plus de sept ans, je fais souvent du soutien scolaire ; il se trouve que j’ai visité deux années de suite deux détenus qui suivaient cet enseignement d’histoire.

– Le premier, pendant l’année scolaire 2007-2008, était un jeune Français issu de l’immigration, petit délinquant récidiviste. Il avait réussi le bac avant d’être incarcéré et avait eu beaucoup de chance car, m’a-t-il dit, il n’avait pas le niveau. Il a profité de son incarcération pour reprendre des études : cours de français et de maths par correspondance avec AUXILIA, et cours d’histoire puisqu’il était titulaire du bac ; il était  aidé par une génépiste, et par moi.

Chaque semaine il arrivait au parloir avec un texte d’histoire à étudier ; vu son manque de culture générale, nous faisions à la fois du français, de l’histoire et de la géographie. Les sujets abordés étaient très variés, par exemple : « Vauban et la misère des paysans sous Louis XIV », « la règle de Saint Benoît » , « les orfèvres à Sedan au XVII° siècle », « les Canuts à Lyon en 1869 », « Tocqueville et le suffrage universel en 1848 », « les conditions de travail au XIX° siècle », « l’Indochine entre les deux guerres », « Madagascar en 1661 par étienne de Flacourt », « le confucianisme en Chine », « le pouvoir dans l’empire inca », « la création de la ville de Malakoff », « le développement des chemins de fer sous Napoléon III », un peu un inventaire à la Prévert ! (Je me suis souvent demandé quel était le programme de ce cours !) Lorsque mes connaissances sur le sujet étaient insuffisantes, je lui apportais des informations complémentaires la semaine suivante. Je suis souvent arrivée au parloir avec des documents pour illustrer ces sujets. Je l’ai aussi aidé à préparer des exposés

– Le deuxième, pendant l’année scolaire 2008-2009, n’est autre que « cet homme d’une cinquantaine d’années emprisonné avec un certificat d’études primaires, qui avait passé en prison le brevet, le DAEU et qui était en licence », cité par Christian Chevandier. Je le visite depuis 21 mois et il prépare maintenant un BTS par correspondance. J’ajouterai que c’est un surveillant gradé qui l’avait beaucoup encouragé à reprendre des études en prison, dès son incarcération. Son niveau général est certainement très supérieur à celui du premier ; il sait beaucoup mieux travailler seul et rechercher de la documentation. Avec lui, j’ai aussi beaucoup échangé, discuté de ses devoirs, et je lui ai souvent apporté des compléments d’information qu’il ne pouvait pas trouver en prison puisque l’accès à Internet est interdit.

Ce niveau est assez exceptionnel en prison, et les échanges avec de tels détenus sont très intéressants et gratifiants pour le visiteur. Au cours de ces visites, nous parvenions à oublier complètement que nous étions en prison. Une évasion intellectuelle, quel bonheur ! Dans les deux cas, j’ai été impressionnée par leur soif de culture, et heureuse de participer quelque peu à cette transmission de savoir.

Dommage que ces cours d’histoire aient été interrompus faute de crédits….

Avec mes sentiments les meilleurs, Jeannie Persoz.

167 – COURRIELS DES LECTEURS


Courriel de Christian CHEVANDIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre, ancien enseignant à la maison d’arrêt de Fresnes.

Cher Pierre-Victor,

Il y a presque un an, le 16 décembre 2008, tu m’avais fait l’honneur de m’inviter comme discutant à la séance de ton séminaire « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines » du Centre d’histoire sociale du XXème siècle (CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Ce jour-là, l’intervenant, Michel Fréber, traitait de l’enseignement en milieu pénitentiaire, et ma seule légitimité était le fait que je dispensais alors des cours de licence d’histoire contemporaine à la maison d’arrêt  de Fresnes dans le cadre de la section dite « des étudiants empêchés » de l’université Paris VII. Cet enseignement avait été mise en place à la rentrée 1997 et se faisait en liaison étroite avec les autres activités de la cité scolaire de la prison.

Les personnes présentes à cette séance de ton séminaire avaient alors pu constater mon enthousiasme à propos de cet initiative, alors que j’ai passé l’âge des exaltations intempestives. C’est que ce qui se passait alors à Fresnes semblait passionnant à l’enseignant que je suis et important au citoyen que je suis également. Le succès en était indéniable, y compris par les résultats obtenus. Je dispensais alors un enseignement de même niveau à l’université Paris 1 et étais déterminé à évaluer mes étudiants de Fresnes et ceux de Paris 1 en fonction de semblables critères, quand bien même les conditions d’étude des uns et des autres n’avaient rien de commun. Or, les résultats scolaires des étudiants de Fresnes, qui pour la plupart étaient titulaires d’un bac technologique ou du diplôme d’accès aux études universitaires (le DEAU, qui met à niveau les non bacheliers afin qu’ils puissent suivre un enseignement supérieur), se sont révélés meilleurs que ceux de leurs cadets poursuivant leurs études dans un environnement non carcéral. Ce succès se manifestait également par la dynamique impulsée : les élèves qui suivaient à Fresnes un enseignement primaire ou secondaire en étaient d’autant plus motivés et les résultats au DEAU, également préparé à la maison d’arrêt, en ont été exceptionnels. C’est qu’une perspective s’ouvrait ainsi à ces détenus, que pour la plupart ils n’avaient jamais envisagée.

Si j’écris à l’imparfait, c’est parce que cela n’est plus d’actualité. La suppression d’une subvention de 36 000 euros a obligé l’université Paris VII à interrompre cet enseignement. Certes, les effectifs touchés étaient réduits, ne dépassaient pas la douzaine d’étudiants, mais il est plus aisé de trouver derrière les barreaux des personnes analphabètes que des détenus capables de suivre des études universitaires. Il faut aussi convenir que la question du temps nécessaire à des études universitaires et l’impératif de la durée s’accordent mal avec la nature même d’une maison d’arrêt. Mais, en cela aussi, ce qui se faisait était important par le message ainsi envoyé par la société à ces hommes et à leurs compagnons de détention. L’Etat était capable, en prodiguant un peu d’argent, de montrer que la prison pouvait également être un lieu où l’on acquiert cette instruction que l’on n’a pas pu avoir dehors. Des universitaires aux agendas toujours emplis pouvaient passer des demi-journées (car Fresnes n’est pas dans le centre de Paris) pour deux ou trois heures d’enseignement en un environnement peu enthousiasmant (je me souviens parfaitement de ces huit portes que je devais franchir sans pouvoir les ouvrir moi-même) car ils pensaient que cela en valaient la peine. C’est cela qui a été détruit pour faire quelques économies.

Christian CHEVANDIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre.

Réaction de PVT. Merci à toi. Peux-tu m’en dire plus sur la subvention supprimée ? D’où venait-elle ? A quoi servait-elle précisément ?

Christian Chevandier. Ce qui nous a été expliqué par l’administrateur de Paris VII lors d’une réunion tenue le 1er juillet est qu’il s’agissait d’une  subvention de 36 000 euros versée par le ministère du Travail, supprimée d’ailleurs dès le début de l’année civile (alors que l’enseignement se tenait pour plus de moitié (en comptant la fin du  premier semestre en janvier) en 2009. La lettre du 9 février 2009 du ministère du Travail expliquait que ses priorités portaient désormais sur la « lutte contre l’illettrisme » et les « actions professionnalisantes ». L’enseignement d’une année de licence d’histoire à Fresnes coûtait environ 30 000 euros. Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de charger qui que ce soit : les  objectifs avancés par le ministère du Travail ne sont pas scandaleux  et si Paris VII a fait le choix de préserver d’autres enseignements, c’est quand même l’université qui a mis en place cet enseignement.

PVT. Je suis assez d’accord avec ces priorités.

Christian Chevandier. Comment, cher Pierre Victor, ne pas être d’accord avec de telles priorités ? Mais poser la question en termes de priorités est un piège, voire un   contresens. C’est ne pas prendre en compte le fait que, comme je l’indique dans la lettre, l’enseignement en licence se fait au sein de   la cité scolaire de Fresnes, c’est à dire avec les enseignements   primaire et secondaire, inscrit donc l’ensemble dans un continuum et donne une perspective aux autres détenus (ainsi, les étudiants de   Fresnes n’ont pas la réputation négative d’ « intellectuels » qu’avaient ceux qui faisaient des études dans les années 1980). Cela montre également, y compris au personnel de l’établissement, que les détenus peuvent être « respectables », car s’il est quelque chose que les  universitaires ont tendance à oublier, c’est le véritable courage dont   il faut faire preuve pour se lancer dans des études lorsque l’on est  un adulte et que l’on est issu des milieux populaires (car les   étudiants de Fresnes n’avaient rien de commun avec les rares VIP emprisonnés). Même le chef de la division était fier de cet homme d’une cinquantaine d’années, emprisonné avec un certificat d’études primaires, qui avait passé en prison le brevet, le DAEU et qui était  en licence. Les conversations que j’ai eues avec cet homme n’étaient pas d’une tenue différente de celles que j’aurais pu avoir avec un de nos collègues. Quant à la « professionnalisation », des études universitaires en  prison, outre qu’elles permettent d’avoir des diplômes toujours bien utiles en nos temps, donnent la possibilité au détenu de se projeter  dans l’avenir et pourraient se révéler un atout pour décrocher un  emploi. A notre surprise, alors que les détenus qui suivent des études  primaires ou secondaires les arrêtent en sortant, certains de nos étudiants, libérés, se sont inscrits à l’université. Amitiés.

166 – COURRIELS DES LECTEURS

Je suis Monsieur K. surveillant de prison à Bamako (Mali). En fait mon souhait c’est d’avoir une formation en criminologie. Votre concours m’est très précieux pour que je puisse réaliser mon rêve. Persuadé que vous pourrez trouvez une réponse à ma demande, je vous transmets, Monsieur, mes meilleures salutations.

Réponse de PVT.Cher Monsieur. Merci de votre message. Pour le moment, la seule chose que je peux faire, pour vous aider,  c’est de vous abonner à mon hebdomadaire  électronique  « Arpenter  le Champ Pénal » (ACP).  C’est gratuit. Vous y trouverez des informations,  des réflexions, des données chiffrées  et surtout des références bibliographiques qui pourraient vous être utiles pour votre autoformation.  L’enseignement de la criminologie devrait connaître en France, dans les années à venir, des transformations profondes. On peut espérer que bien des choses vont pouvoir se faire y compris sur internet et  l’ensemble de la francophonie pourra en bénéficier. Vous en serez tenu, régulièrement,  au courant par ACP. Par ailleurs,  je serais très heureux de publier dans « ACP » des échos de Bamako concernant  l’exercice de votre métier de surveillant. Bien cordialement.

165 – COURRIELS DES LECTEURS

Courriel d’un lecteur très attentif. Laurent Leriche nous signale une petite « erreur » dans la dernière livraison d’ACP.

J’ai écrit ceci : « Souvent présenté comme le Ministre de la Justice bis, M. Patrick Ouart, conseiller du Président de la République, ancien magistrat quitte l’Elysée, « pour raisons personnelles », pour retrouver le secteur public (LVMH). M. Christophe Ingrain reste conseiller technique « justice ».

* Lapsus intéressant. Non le groupe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH) n’a pas été nationalisé. Non Patrick Ouart ne « retrouve pas le secteur public », mais le « secteur privé ». Cette confusion entre secteur public et secteur privé, intérêt général et intérêts privés est un des sujets majeurs qui se pose à notre pays. Il suffit de penser à l’affaire des innombrables enquêtes par sondage commandées par la Présidence de la République (pour 3,281 millions d’euros en 2008) dont le principal bénéficiaire fut, semble-t-il, le cabinet Publifact, dirigé par M. Patrick Buisson, conseiller officieux de Nicolas Sarkozy. Le groupe socialiste de  l’Assemblée nationale réclame une commission d‘enquête. La Garde des Sceaux s’y oppose (1).

PVT

(1) Sondages : « l’Elysée dévoile les factures, le PS veut une commission d’enquête ». LEMONDE.FR | 05.11.09 | 20h14  •  Mis à jour le 06.11.09 | 07h49.

163 – HELP

Courriel de Pascal Décarpes (Greifswald, Allemagne). Un membre du Groupe national de concertation prison (GNCP) organise une conférence/débat dans le cadre des 16èmes journées nationales prison. Cette rencontre aura lieu à Coulaines (limitrophe du Mans, 1h de TGV de Paris) le 24 novembre 2009 à partir de 20h. Les différents intervenants sont : M. Reillon, directeur de la nouvelle maison d’arrêt du Mans, M. Feuillard, directeur du SPIP,  M. Ceël, directeur adjoint national du service prison du secours catholique et   un chef du service de la PJJ. Il m’a demandé si quelqu’un pouvait soit participer à cette soirée (malheureusement sans soutien financier), soit lui fournir des informations sur les systèmes de probation et de réinsertion en Europe afin d’élargir le champ de la discussion. Je te saurais gré si tu pouvais inclure cette demande dans ton prochain ACP. Merci d’avance. Amitiés. Pascal

* Contact :  Philippe Clément,  philipclement78@gmail.com

162 – COURRIELS DES LECTEURS

– La semaine dernière, Jeannie Persoz, visiteuse des prisons sinterrogeait, ici même,  sur la question des suicides des surveillants de prison. L’un de mes « compagnons de route » depuis 15 ans,  fonctionnaire à la DAP a l’excellente idée de  me rappeler  l’existence « d’un très bon numéro » de la Lettre grise de Pénombre sur le suicide des policiers qui permet de poser de la manière la plus objective possible cette question, les deux catégories professionnelles ayant un certain nombre de similitudes ». Notre ami René Padieu y fait une discrète allusion dans son analyse de la situation à France Télécom (voir infra, article du site lepoint.fr).

Voici la référence de l’étude de Pénombre : Nicolas Bourgoin, Le suicide dans la police nationale, introduction de Dominique  Monjardet, Pénombre, La Lettre Grise, Vol. I, n°3, printemps 1997, 20 pages.  Nicolas Bourgoin est maître de conférences en sociologie et en démographie à l’Université de Franche-Comté (Besançon). www.penombre.org.   nibourgoin@yahoo.fr

* A propos du suicide. Lu sur le site lepoint.fr. « Un statisticien dénonce ‘l’instrumen-talisation’ des cas de suicide à France Télécom. Par Ségolène Gros de Larquier et Marc Vignaud.

« Il n’y a pas de vague de suicides à France Télécom. » L’affirmation de René Padieu, inspecteur général honoraire de l’Insee, dans une tribune au quotidien La Croix , risque de faire couler beaucoup d’encre.
Interrogé mardi par lepoint.fr, le président de la commission de déontologie de la société française de statistique se défend de faire de la provocation et affirme s’appuyer sur un constat statistique simple : en 2007, on a observé un taux de suicides de 19,6 pour 100.000 habitants parmi les actifs français. Rapportés sur une année, « les 24 suicides observés en 19 mois » chez France Télécom donnent un taux de suicides de « 15 pour 100.000 salariés ». Selon René Padieu, les cas de suicides sont donc moins fréquents à France Télécom que dans la moyenne nationale.
Le statisticien dénonce un « emballement médiatique » et fait le rapprochement avec une supposée « vague de suicides » dans la police relevée par la presse à la fin des années 1990. Un phénomène alors expliqué par le stress et la possession, par les fonctionnaires, de leurs armes de service. « Un collègue a fait une étude, il n’y avait pas plus de suicides qu’ailleurs. »
En ce qui concerne France Télécom, le statisticien fait d’ailleurs remarquer que la révélation des suicides « suit la création, par un syndicat, d’un observatoire du stress ». Il en conclut : « Quand on se met à observer quelque chose, on le voit apparaître… » Une formule qui ne devrait pas manquer de choquer les esprits du côté des salariés du groupe de télécommunications. D’autant que René Padieu parle d’une « instrumentalisation » des cas de suicides chez France Télécom, en vue d' »alimenter un conflit du travail ».

Une prise de position qui fait bondir les syndicats. « C’est une provocation. Au lieu de rester derrière son ordinateur, ce statisticien ferait mieux d’aller rencontrer les salariés de France Télécom ! « , fustige Patrick Diochet (CFTC), interrogé par lepoint.fr. De son côté, Pierre Morville (CFE-CGC), promet d’appeler La Croix pour répondre à René Padieu. « On fait état de 25 suicides depuis février 2008, mais c’est la partie émergée de l’iceberg. C’est un état des lieux fait a minima. Il est possible que des salariés se soient donné la mort en congé-maladie et qu’on ne le sache pas », souligne-t-il.

* On lira avec intérêt l’article de Luc Peillon dans Libération de ce jour, intitulé «  France Télécom : la statistique qui veut tuer le débat » qui réplique à René Padieu avec des arguments dignes d’intérêt.   


*  Un lecteur  qui ne souhaitait pas voir son courriel publié sous son nom – et c’est son droit le plus strict – a l’impression que mes « propos manquent parfois d’objectivité » ;  il sent mes « coups de gueule empreints de partialité, avec un petit côté … ‘donneur de leçons’ ». Ce qui ne l’empêche pas de « respecter [mon] travail et [mon] engagement ».

Cher Monsieur. Merci de votre message et de l’intérêt que vous voulez bien porter à ce que j’écris dans ACP – et ailleurs -. Vous  n’êtes sans doute pas le seul à me reprocher ma partialité, etc.. D’où l’intérêt, au moins pour moi, de vous répondre publiquement. Votre propos est malheureusement trop général. Pour que nous  puissions utilement échanger, il faudrait que vous me donniez des exemples précis.  Nous verrions alors, si, sur tel ou tel point, je me suis bien fait comprendre de vous, par exemple. Je pourrais aussi être amené à modifier mon point de vue. Ne serait-ce pas  intéressant  pour tous les deux ? Par ailleurs, si vous me connaissiez davantage, vous  sauriez que j’assume cette subjectivité que vous semblez me reprocher. Comme chercheur, enseignant et « citoyen  inpliqué », je revendique même cette subjectivité. J’ai été  influencé en cela par la lecture des ouvrages de Gaston Bachelard (1)  – l’un de mes rares maîtres à penser. Cette subjectivité s’appuie tout de même, je crois pouvoir le dire, sur une solide formation scientifique  et plus de 30 ans d’activité dans le champ pénal  – évaluée, chaque année  par mes pairs.  « Coup de gueule ? » C’est une expression dans laquelle je ne me reconnais pas du tout.  Je dis ce que je pense. « Donneur de leçon ?», Ah oui,   j’assume complètement car c’est mon métier. Si l’on veut être écouté, voire entendu par ses étudiants comme par les pouvoirs publics, il est nécessaire de forcer le trait,  d’élever le ton parfois, pour que la voix porte au delà de ses proches, voire ne pas hésiter à user – avec modération – d’une certaine hargne.

(1) Par exemple, Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissances objective. Mais aussi La philosophie du non. Essai d’une philosophie du nouvel  esprit scientifique. Sans oublier  Le nouvel esprit scientifique.

161 – COURRIELS DES LECTEURS

Je parcours toujours avec intérêt votre « ACP » même si je ne partage pas toujours votre « posture personnelle » dans l’appréciation des événements. Cela étant, je fais suite à votre bibliographie concernant la prison et à votre « appel à la critique » de cette bibliographie dans laquelle je verrais volontiers figurer les ouvrages suivants :

Cesare Beccaria, Des délits et des peines. Paru en 1764 à Livourne en Italie. Dei delitti e delle pene. Deux siècles et demi après la publication de la première édition (1764) on reste ébahi par cet opuscule où tout est dit de la nécessité de la réforme pénale et de ses impasses. L’introduction de F. Venturi présente un résumé remarquable de l’apport du Siècle des Lumières à la pensée pénale (Droz). …. et qui a en plus le mérite d’être en version libre sur Google :

https://books.google.ch/books?id=NMqAAAAMAAJ&printsec=frontcover&dq=Des+d%C3%A9lits+et+des+peines&hl=fr#v=onepage&q=&f=false

Jeremy Bentham, Panoptique, Ed. Mille et une nuits, n°398, 2002. Un petit fascicule, mais un ouvrage central dans la pensée et la théorie carcérale. Avec mes meilleurs messages et mes cordiales salutations.

Philippe Pillonel, Chef de service /Amtsvorsteher, Canton de Fribourg, Direction de la sécurité et de la justice (DSJ), Service de probation, http://admin.fr.ch/probation

PillonelPh@fr.ch

Autres suggestions faite par un lecteur de la DAP, afin de compléter la « Toute Petite Bibliothèque sur  la Prison » en 25 titres.

Froment J-C, La République des surveillants de prison, (1958-1998), LGDJ, Coll. « Droit & Société », 1998.

Artière Ph., Quéro L, Zancarini-Fournel M., Le groupe d’information sur les prisons. Archives d’une lutte, 1970-1972. Postface de Daniel Defert,  Editions de l’IMEC, 2003, 349 pages.

Kiefer A. , Michel Foucault, le GIP, l’histoire et l’action, Tgèse de philosophie soutenue en 2006,  http://detentions.wordpress.com/michel-foucault-le-gip-lhistoire-et-laction/

La TPB-P passe ainsi à 30 titres.

Visiteuse de prison à Fresnes depuis 7 ans, je reçois votre hebdomadaire que j’apprécie beaucoup. Puisque, dans votre dernière lettre, vous citez des réactions de lecteurs, je réagis moi aussi. Je lis votre lettre avec intérêt, en survolant les parties qui ne m’intéressent pas. Mais j’y trouve chaque semaine des informations utiles qui nourrissent ma réflexion.  J’aime votre liberté de ton, vos commentaires sur l’actualité. Et j’apprécie beaucoup vos annonces de réunions, colloques, auxquels il m’est arrivé de me rendre. Donc, continuez !

Je me permets de vous interroger sur la question des suicides des surveillants de prison. On en parle très peu dans les média. J’ai entendu il y a quelques semaines le chiffre de 10 depuis le début de l’année, puis j’ai lu, peut-être dans une de vos lettres, le chiffre de 28. Sur quelle durée ? cela m’a paru énorme. S’agit-il de suicides, ou de tentatives de suicides ? A l’heure où l’on parle tellement des suicides chez France Télécom, je suis étonnée de ce silence si les chiffres que j’ai mentionnés sont exacts. Vous qui savez tant de choses, vous allez sûrement pouvoir m’éclairer. Merci d’avance pour votre réponse, avec mes sentiments les meilleurs. Jeannie Persoz.

PVT :  Je vais essayer d’en savoir plus…

159/60 – COURRIELS DES LECTEURS


– 9. – Ils apprécient et c’est bien agréable

« J’en profite pour vous dire que, même si j’ai encore peu de recul, j’apprécie beaucoup votre « plume libre », qui doit certainement s’accompagner d’un regard scrutateur qui ne laisse rien passer… » Danièle S.

***

« En tant que conseiller d’insertion et de probation, j’essaie de m’appliquer au mieux à donner du sens à mon action. Je lis alors toujours avec plaisir votre publication, véritable bouillonnement d’analyses et de réflexions.  Est-il possible de lire ACP sur version papier, que l’on pourrait recevoir à une adresse donnée ? Je reçois ACP par mail mais ce n’est pas toujours agréable de lire sur un écran d’ordinateur, alors s’il y a possibilité de s’abonner je serai intéressé. Je vous souhaite une bonne journée.  Marc Aurélien.

Merci de vous encouragements, fort utiles. Pour le moment la réponse à votre question est « non ». PVT

« Dommage pour la publication papier… Je dois vous dire que j’avais même pensé proposer à mon chef de service l’abonnement à ACP car j’ai découvert que sur le nouveau SPIP sur lequel je viens de mutter il y avait un centre de ressource documentaire pour les personnels. Sinon, je peux vous dire que ACP est lu par d’autres CIP avec lesquels j’ai l’occasion d’échanger à ce sujet. Vous pouvez publier mon premier mail, mais je préfère sous pseudonyme ». Marc Aurélien.

_________________________________________________________________________

– 10. – François n’apprécie pas et vote avec ses pieds.

« Compte tenu des orientations prises par  votre revue je ne souhaite plus la recevoir. Dommage ». François P. conseiller d’insertion et de  probation (CIP).

Réponse de Pierre V. Tournier à François P. : Cher Monsieur,  Merci de votre franchise. Votre demande sera satisfaite, bien entendu.  J’ai chaque année 5 à 10 personnes qui demandent à être désabonnées sur 4 000. Et je trouve que  c’est tout à fait leur droit. Et je respecte leur choix. Certains demandent  ensuite à se réabonner [j’ai en tête l’exemple récent d’un chercheur fort connu, dans le champ, que je ne nommerai pas], pensant sans doute que c’est un peu dommage de se priver – volontairement – d’une source d’information – gratuite –  sur le champ pénal  – pluraliste, mais pas neutre – à ma connaissance sans équivalent dans le monde francophone.

Mais je serais très intéressé d’en savoir plus sur ce que vous entendez par « mes orientations ». Trop à droite ? Trop à gauche ? Pas assez rigoureuses ? Mensongères ? Irrespectueuses pour telle ou telle personne ? Pour telle ou telle opinion ?

Transparence. Pour préciser un peu mon positionnement politique, si cela vous intéresse : Aujourd’hui je ne suis membre d’aucun parti politique, mais je participe, comme expert (comme on dit !), à la commission nationale « Justice » du Parti Socialiste, à la commission nationale « Justice » des Verts et je suis membre du « cabinet d’experts » de la fondation progressiste « Terra Nova ». Par ailleurs,  je suis membre associé de l’Association nationale des visiteurs de prison (ANVP) et membre d’honneur du GENEPI ; mais d’aucune autre organisation. Fondateur du Club social-démocrate – informel –  « Des Maintenant en Europe », il m’arrive de me sentir proche de nombre de militants de l’OIP, de la LDH ou du SM mais pas vraiment  de leurs  directions actuelles respectives. J’ai un vrai problème avec le « gauchisme pénal ». Vous l’avez compris.

Enfin comme fonctionnaire d’Etat, je travaille bien évidemment avec les autorités légales  (participations à des missions officielles, rencontres diverses dans tel ou tel Département ministériel, auditions par des commissions parlementaires). C’est aussi pour faire cela que je suis rémunéré par l’Etat,  comme directeur de recherches au CNRS.  En particulier, c’est à ce titre que, depuis septembre 2007, je suis impliqué, en toute transparence, dans un certain nombre de chantiers importants menés par Alain Bauer, président de l’Observatoire national de la délinquance (OND), et ce à la demande du Président de la République. Cette coopération – qui se poursuit, nous y reviendrons prochainement – m’a valu quelques attaques fort violentes de certains de mes « collègues » sociologues radicaux de la banlieue versaillaise ! Mais bon, comme dit le proverbe turc (ou arabe, je ne sais..) : « les chiens aboient, la caravane passe ».

A ce jour,  François P. n’a pas répondu à mon offre de dialogue (musclé ?). Je lui avais précisé que les colonnes (sic) d’ACP lui été ouvertes. Mais c’est aussi son droit de choisir avec qui il veut dialoguer.

De notre propre passé, ne faisons surtout pas table rase.

Comme on est parti à se dire tout, alors allons-y, cher François P. J’ai cotisé au Parti socialiste (section de Paris 17ème), en 2004, 2005, 2006 et 2007. Comme des dizaines de milliers d’adhérents, j’attends que « cela se décante », n’ayant pas formellement démissionné. Je n’imagine pas un instant adhérer à une autre organisation existante. Je ne suis pas certain non plus d’avoir encore envie de cotiser à un parti ! Le seul autre parti dont j’ai été membre – et fier de l’avoir été – c’est le Parti Socialiste Unifié (PSU), entre septembre 1971 et avril 1972, section de Mont-Saint-Aignan, dans la banlieue de Rouen. J’avais 21 ans et j’étais responsable du groupe PSU que j’avais mis en place à l’Ecole d’ingénieur en chimie industrielle (INSCIR) où j’étais élève. Michel Rocard était secrétaire général du parti. Même si j’avais déjà une grande admiration pour ce leader – et c’est encore le cas aujourd’hui –  j’appartenais, alors, à une tendance d’opposition dite « marxiste révolutionnaire » (MR) (1) proche de la Ligue communiste d’Alain Krivine et de la IVème  Internationale. Mes camarades de cette tendance quitteront le PSU pour adhérer à la Ligue au cours du 1er semestre 1972 ;  j’ai quitté le PSU, – et mon école d’ingénieur –  en même temps qu’eux, mais sans les suivre, plutôt pour des raisons personnelles que par choix politique.  Mais bon je ne vais pas vous raconter ma vie sentimentale.

________________

(1) Pour celles et ceux que cela intéresseraient, les idées de cette tendance politique sont exposées dans l’opuscule suivant  : Denis Berger, Jacques Kergoat, Christian Leucat et Jean-Marie Vincent « Contre la passivité, contre confusion, une plate-forme pour les révolutionnaires », François Maspero Editeur, 1972, 76 pages, 4,00 F. soit 0,61€ !

155/56 – COURRIELS DES LECTEURS


Courriel de Jean-Loup Gajac.

A propos de la chronique de PVT « La statistique et les services : ‘Prisons pour femmes’, Leçon n°5 ». Où il était question des 367 femmes recensées par les services comme portant la burqua, ACP, n°151-152, 14 septembre 2009.

Bonjour. Je travaille à la Réunion depuis 20 ans. J’ai 59 ans. J’ai eu l’occasion de vous serrer la main « furtivement », lors d’une formation continue en juillet organisée par l’Ecole nationale de la magistrature « la prison en questions », parmi tant de gens. Nous avions échangé une fois par écrit sur les centres de rétention administrative. Je rediffuse « ACP » depuis longtemps ainsi que toute information concernant les prisons à environs 120 personnes de la Réunion (la plupart fonctionnaires mais aussi associations, LDH, CHRS, psy, JAP, etc. …).

Un « détail », pour répondre à votre article sur les visages masqués de musulmanes « salafistes » : nous avons ici à la Réunion pas mal de musulmans de toutes origines et traditions.

Le problème du voile intégral est aussi marginal qu’en Métropole mais ici ne dérange personne, sinon les intéressées lorsqu’il fait chaud ! Il n’y a JAMAIS eu aucun problème, la plupart de celles qui sont entièrement voilées (du visage) allant à la Medersa et ne poursuivant pas d’études puisque dans ces milieux les femmes ne font pas d’études, ni ne travaillent en dehors de la maison, le plus souvent. Elles ne sortent que très peu de la maison. Je suppose que chez les Juives de telle ou telle secte ou Témoins de Jehova ou d’autres encore il doit y avoir aussi des choix de vie identiques.

Ce qui est intéressant à la Réunion, c’est que les filles ont toujours été acceptées à l’école avec leurs voiles sur la tête. Pour les Comoriennes, les Mahoraises, les Indo-Musulmanes, il n’y a pas eu ici de rejet. Comme à Maurice, où les Hindoues aussi ont culturellement intégré le port du voile (qui existe depuis deux millénaires en Inde et ailleurs), à la Réunion on sait depuis toujours qu’il ne faut pas réduire la personne à son aspect vestimentaire.

Sauf votre respect, une barbe imposante (1) ne signifie pas qu’on soit adepte du terrorisme. De même, une tête couverte ne signifie pas obscurantisme et soumission. Personne ici ne comprend cette soudaine compassion de l’Etat Français pour les « pauvres musulmanes voilées » qu’il faut défendre contre elles-mêmes !

C’est même joli et agréable de voir par exemple le sari envelopper la femme dans des couleurs et mouvements gracieux, alors même qu’elle aurait un corps trop maigre ou trop gras …

Un intégriste laïc tout frais débarqué de Métropole au Rectorat de la Réunion a voulu imposer ici aux jeunes filles d’enlever leur voile de tête à l’école ; il y a eu un tollé général contre lui, il a vite fait de la mettre en veilleuse. La Métropole pourrait venir ici voir comment se passe la cohabitation de tant de cultures au sein de la République et en tirer des enseignements précieux au lieu de servir la soupe au Front National.

Il en va différemment des femmes adultes qui se voilent le visage de façon intégrale, mais est-ce aussi grave ?

Le monde occidental est si terriblement indifférent et agressif qu’on peut comprendre le processus qui conduit certaines communautés à se serrer les coudes et à réagir par des affirmations abusives de leur liberté religieuse. Le repli identitaire est provoqué par le rejet et vice-versa, mais qui, de la poule et de l’oeuf … ?

De même que le terrorisme d’Etat de certains pays occidentaux a exacerbé les réactions terroristes, de même que les Twin Towers sont tombées suite aux multiples agressions commises par les faucons américains pendant un demi-siècle depuis Hiroshima qui a inauguré 50 années de pillages des ressources et de morts sur tout le globe, de même toutes les dérives communautaristes ne peuvent être combattues que par la justice sociale et les solidarités envers les plus démunis.

Si on laisse ce gouvernement briser ainsi les acquis sociaux de 50 années de luttes, par exemple supprimer les Juges d’Instruction pour protéger les grands réseaux de corruption, etc. … etc. …, on réactive forcément les violences réactionnelles. Que peut prétendre imposer comme valeurs morales un Etat qui les bafoue lui-même quotidiennement ?

Il y a tant de gens qui se voilent la face sur les conséquences gravissimes de certaines orientations politiques de notre gouvernement, que pour moi, les cris d’effroi devant le voilement de quelques femmes ne peut que me faire sourire. En toute maladie, il ne faudrait pas confondre le symptôme avec la cause originelle. Bien à vous.

(1) Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas, je porte une barbe parfois abondante – c’est selon la saison – PVT.

RETOUR sur le passé…

A propos d’Emmanuel Jaffelin, professeur de philosophie en terminale au Lycée Lakanal, Sceaux, auteur d’un texte (foucaldien à souhait !) dans Le Monde daté du samedi 5 septembre 2009.

Dans ACP, n°151-152, 14 septembre 2009, j’écrivais ceci : « resucée de la pensée foucaldienne, le texte de M. Jaffelin s’intitule Un système absurde dans une démocratie moderne. Au delà de l’humiliation, il est devenu plus meurtrier que la peine de mort. Si les mots ont un sens, M. Jaffelin pourrait-il nous dire à quelle époque il y avait dans notre pays, plus d’exécutions capitales, dans l’année, que de suicides dans les prisons ? Il nous rappelle que Nietzsche avait proclamé la mort de Dieu » [Le Diable en rit encore], Hegel avait annoncé la fin de l’histoire [mais ça continue de plus belle], Foucault avait diagnostiqué la mort de l’homme » [sans la taxe carbone, ça c’est possible] et M. Jaffelin prenant place dans cette prestigieuse lignée nous annonce la mort de la prison et la fin du système pénal. En attendant, « le mal court ». Aucun philosophe n’a encore annoncé son crépuscule. »

***

A lire la lettre de 4 pages qu’il m’a adressée par la poste après avoir lu mes propos sur un site d’internet, M. Jaffelin n’a pas vraiment apprécié mon humour philosophique. Il ne semble pas non plus que la question du « Mal » l’intéresse. Dommage pour ses élèves ! Les dernières lignes donnent bien le ton de son courrier. Et l’on comprendra que je ne reproduise pas ici la diatribe dans sa totalité : « Monsieur l’Arpenteur, s’il m’arrive un jour, en haut lieu, de pouvoir évoquer votre nom pour suggérer que vous cessiez de croupir au CNRS afin de trôner en majesté dans les jardins du Palais Royal [sic] non en tant qu’intermittent de la chose pénale à qui l’on confie la fonction ronflante mais inutile de « conseiller scientifique »  ou une « « lettre de mission » (c’est mieux que de « cachet ») de la direction de l’administration pénitentiaire, mais comme Garde des Sceaux, croyez bien que je le ferai et que je mettrai toutes mes forces de conviction pour cela. En échange, si j’ose dire, j’aimerais que vous me fassiez l’honneur, à temps perdu, de compter les colonnes de Buren car leur habillage psychédélique me donne le tournis.  Au temps pour moi, Pénalement  vôtre ».

Il est drôle  notre professeur de philosophie de Lakanal ? Non ? Il se trouve que j’ai toujours aimé les colonnes de Buren. Quand mes filles étaient petites, on allait souvent jouer, dans cet espace si ludique. On courrait  autour, on se cachait derrière,  elles montaient sur les plus accessibles,  elles se faisaient hisser sur les plus grandes, pour se faire peur, pour nous faire peur. Mais, il ne m’est jamais venu à l’idée de les compter ! Comme chacun peut l’imaginer, au cours  de  mes recherches, je me pose généralement deux questions, souvent simultanément : comment compter ?  et pourquoi ? Oui pourquoi ? Pour les colonnes, pas de difficulté méthodologique (facile !) mais pour le pourquoi les compter ? Je n’ai pas été chargé d’évaluer le coût de leur restauration (en cours). Enfin, pour ceux qui l’ignoreraient, comme M. de Lakanal, le Ministère de la Justice ce n’est pas au Palais Royal (1) mais place Vendôme. Et là il n’y a qu’une seule colonne, la colonne Vendôme. Je l’ai mesuré, elle fait 3,60 mètres de diamètre moyen [sic] et 44,3 mètres de haut environ. Mais, en réfléchissant, je ne sais plus si j’ai compté le bonhomme qui est au sommet. Il faudra que j’y retourne et en passant dans le quartier,  j’irai  compter les colonnes à  Dany.

Pierre V. Tournier, ancien interne au Lycée Lakanal (1968-1971)

(1) On y trouve le  Conseil d’État, le Conseil constitutionnel, le Ministère de la Culture et  la Comédie-Française.