179 – INTERNATIONAL

Luxembourg. Mardi, 9 mars 2010. 9h. La politique pénitentiaire au Luxembourg : approche multidisciplinaire et état de la question »

Journée d’étude organisée par le Ministère de la Justice et l’Association Luxembourgeoise de Association(ALC)

Continuer la lecture de 179 – INTERNATIONAL

174 – INTERNATIONAL


Conference in Washington DC. September 16-18, 2010 Call for Papers “Crime and Punishment in Modern Europe, 1870-1990”

Submission deadline: February 15, 2010

The German Historical Institutes in Washington and London are organizing an international conference on the history of criminal justice in modern Europe from 1870 to 1990.  The conference will take place in Washington DC from September 16 to 18, 2010.  The meeting is designed to take stock of recent and current research in this burgeoning field and to facilitate conversation between historians working on different countries in order to provide a comparative perspective on European developments.  For this purpose, the conveners are soliciting proposals for papers presenting historical research on the legal, political, cultural, and social history of criminal justice, including but not limited to the following aspects:

– the social and cultural history of criminal justice

– the history of the criminal law and penal policy

– the history of the criminal trial

– the history of penal reform

– the role of gender in criminal justice

– the history of juvenile justice

– the history of prisons

– criminal justice and medicine/science

– criminal justice and the welfare state

– the relationship of criminal justice to political cultures, systems, and ideologies

– criminal justice and the history of the legal profession

Based on the proposals received, the conveners plan to assemble 4-6 panels, each featuring 3-4 papers on different countries addressing a common theme.  Comparative papers are, of course, most welcome.

Please email a paper proposal (in English, no more than 500 words) and your curriculum vitae to the two conveners listed below.  The deadline for submission is February 15, 2010. Applicants will be notified by the end of February.  The conference, held in English, will focus on the discussion of pre-circulated papers, which should be ready for distribution by September.  Expenses for travel and accommodation will be covered.

Conveners: Dr. Richard F. Wetzell  German Historical Institute Washington, wetzell@ghi-dc.org

Dr. Kerstin Brückweh, German Historical Institute London, kbrueckweh@ghil.ac.uk

164 – LA CONFÉRENCE NATIONALE DE CRIMINOLOGIE


Mme Valerie Pecresse,  ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche vient de créer  une Conférence nationale de criminologie (CNC) qu’elle a placée sous la présidence de Loick M. Villerbu. Un rapport devra lui être remis en juin 2010 afin d’assurer le développement de la recherche et de l’enseignement, dans le champ criminologique, au sein des universités  françaises.

Message de Loick M. Villerbu pour ACP

Pourquoi une Conférence Nationale de Criminologie ? Pourquoi j’ai accepté d’en prendre la présidence  pour la durée de ses travaux ?

– Réponse 1 –

Le 3 février 2009, Pierre V. Tournier organisait  une journée d’étude que j’avais appelée historique, dans la News Letter du Gis CrimSo, relayée par ACP. Elle s’inscrivait dans la suite de la mission proposée par le Président de la République à Alain Bauer.  Ce dernier   avait confié la question du développement de la criminologie  à l’université à Pierre V. Tournier, incontestable porteur d’une criminologie ouverte, documentée, active, internationale. Celui-ci a su regrouper les forces disparates, nombreuses et polémiques autour d’une journée dense, dont les actes sortent en novembre (Les Editions l’Harmattan).

Nous nous sommes découverts nombreux et isolés, distribués en une multitude de références et de cloisonnements institutionnels œuvrant de façon négative à la visibilité des productions de recherches et d’enseignements, d’innovations.

Que l’environnement de cette journée ait donné lieu à polémiques est la garantie d’un espace démocratique vivant et dynamique, dès lors que des espaces scientifiques cherchent à voir le jour dans une construction politique et stratégique des enseignements et de la recherche à un haut niveau d’excellence universitaire ; celle-ci devenant à son tour le garant d’espaces toujours ouverts aux débats.

Je retiens de ces propositions du  3 février 2009 que la recherche de langue française, hexagonale ou non, européenne se définit non pas d’une criminologie référentielle mais de criminologies dont la complexité est bien autre chose que la simple adjonction d’approches disciplinaires ayant chacune leur histoire et leur territoire. Je retiens que la complexité demeure une langue à découvrir et qu’appliqué aux champs des criminologies on peut en attendre des renouvellements d’approches, de conseils stratégiques et d’avancement des savoirs scientifiques.

S’il est devenu évident qu’il y ait des criminologies en acte, masquées par une prévalence disciplinaire qui n’en faisait qu’un champ d’application, il fut aussi clair que la spécificité française se dénotait d’une absence de criminologues et que non seulement une orientation disciplinaire mais une fonction la visée professionnelle restait encore pour l’essentiel à découvrir. Dit autrement que d’une complexité redécouverte, qu’une absence de définition et d’objet pouvait essouffler, une inversion des approches institutionnelles, disciplinaires actuelles était envisageable et susceptible de produire de nouveaux champs non aprioriques, donc de faire histoire.

Au demeurant les résistances à cette nouvelle ou autre face du monde scientifique et professionnel pouvaient être identifiées dans nos histoires, dans nos approches universitaires et praticiennes. Que l’on prenne par exemple le champ de ce que nomme aujourd’hui la psychologie, ses ruptures avec la philosophie, avec la physiologie, avec la métrique… ses essais d’autonomie et ses émergences multidimensionnelles ont à chaque fois ont eu comme effet de renouveler les distributions disciplinaires et d’avoir une autre perspective de développement organisationnel. Et il en est de même dans toutes nos disciplines actuellement reconnues et datables.

L’offre, en toute lettre, faite à la CNC : « aider à prendre une position sur les modalités de création de cette discipline et sur les champs de compétence qu’elle requiert, pour débattre du contenu des enseignements, recenser ceux existant déjà, pour déterminer les débouchés possibles et définir les conditions d’encadrement du dispositif », est en soi, dans notre histoire un moment de rupture dont les effets dépendent de tous, de la volonté des uns et des autres, de leur ouverture au champ social dont l’instabilité est l’élément dynamique fondamental.

– Réponse 2 –

Il y a dix ans s’inaugurait le premier DESS de Cliniques criminologiques à Rennes 2. Il a longtemps été la seule formation en France de ce niveau  offrant à des psychologues et non psychologues une formation qualifiante de haut niveau. Auparavant existait un DU qui s’est interrompu lors de cette création.

Rennes 2 a, de fait, plus de 20 ans d’expériences en ce domaine, tant institutionnelle (et ce ne fut pas aisé) que pédagogique (en inventant un mode de fonctionnement  permettant aux institutions et aux étudiants de trouver des espaces de formations sur des temps aménagés. La démarche a donné ses fruits puisque nos étudiants ont en général une assez grande facilité à trouver des débouchés et que d’autres formations en masters se sont créées.

Ces expériences ont été soutenues et de façon déterminante par les différents présidents de Rennes 2, par le Conseil régional et la Ville de Rennes. Ce fut en 2003 la création de l’Institut de Criminologie et de Sciences Humaines puis du GIS CrimSo entre trois universités de l’Ouest et trois partenaires de l’état et du milieu privé. Les relations privilégiées avec Poitiers en font un réseau qui peut se lire comme la mise en place d’une criminopole regroupant des partenaires, scientifiques et institutionnels toutes disciplines et professions confondues, œuvrant dans les secteurs de la santé publique et du droit.

Rennes 2 – Criminologie est maintenant identifiée sur le plan national et international. Ses enseignants chercheurs peuvent désormais porter témoignages des développements réalisés.

J’ai conduit ces efforts et contribué à ces développements dans un constat initial, fondateur de cette autre donne : en conjuguant les traversées de la santé publique et des politiques criminelles, en mettant en perspectives les dispositifs relevant de la santé mentale et des espaces d’enfermement, en diligentant des recherches, travaux en psychologie, psychopathologie et psychologie institutionnelle. C’est de cette expérience anthropologique et de ces constats que sont nés les projets de développement d’une autre construction identitaire exigeant que l’on puisse prendre en compte la dimension criminologique comme dimension d’ouverture et comme dimension éthico-politique. C’est en tant que Pr. de psychologie et criminologie et Directeur de l’ICSH que j’ai été sollicité et c’est en tant que tel que j’ai répondu.

Ma position au sein de la CNC n’est rien d’autre que la continuité des perspectives engagées et avec le même objectif : être un passeur et contribuer à participer au renouvellement des espaces sociaux, à leur appropriation, aux moyens d’y accéder. Faire lien avec les opérateurs historiques des criminologies en France, ceux qui témoignent, dans leur champ disciplinaire d’une expérience dans ce domaine et qui peuvent être en relation avec les espaces internationaux en criminologie.

Loïck M. Villerbu

Références

Tournier, Pierre V., 2009, (sous la direction de) La Babel criminologique, (Actes du colloque du 3 février. L’Harmattan,

Actualité juridique, Pénal., 2009,  Dossier 249. Criminologie. Etat des lieux.  Gassin R., Du retour de la criminologie, p.249-252. Tournier PV, Genèse d’un colloque fondateur, p.253-254.Herzog-Evans M., Libres propos sur la naissance d’une/de la criminologie en France, p.254. Villerbu LM, Penser une formation en criminologie en France, Résistances et perspectives. p. 255-258., Dréan-Rivette I., La criminologie un outil de gouvernance pénale. Approche comparée France-Canada, p.258-260. Charvet D., La criminologie comme enjeu démocratique, 260-261.

Cette conférence nationale sera animée par un comité de coordination composé de 9 personnalités : Loick M. Villerbu (psycho-criminologie, Rennes 2), Alain Bauer (criminologie, CNAM, Paris), Robert Cario (droit pénal et victimologie, Pau), François Dieu (sociologie et science politique, Toulouse), Martine Herzog-Evans (droit pénal et exécution des peines, Reims), M-A Le Gueut (médecine légale), Jean-Louis Senon (psychiatrie criminelle, Poitiers), Pierre V. Tournier (socio-démographie pénale, mathématiques appliquées aux SHS, CNRS, Paris 1), plus, à titre consultatif, un représentant de l’Association  française de criminologie (AFC).

M. Loick Villerbu est professeur de psychologie à l’Université de Haute Bretagne Rennes 2, co-responsable des masters 1 et 2  «  Psycho-criminologie et victimologie », directeur  de l’Institut de criminologie et de sciences humaines, directeur  du GIS Criminologie et Société (CRIMSO).

Né en 1943 à  Guingamp (Bretagne), le professeur Villerbu a réalisé une thèse de Doctorat es lettres sur les Théories et le Test de Frustration de Saul Rosenzweig, thèse commencée à Rennes et soutenue à Nice en 1969 sous la direction du professeur Roger Mucchielli.

Thèmes de ses travaux : Dangerosité du lien sectaire. Dangerosité et Vulnérabilité en psycho-criminologie. Identification et analyse sérielle en psycho-criminologie. Temps psychique et Temps judiciaire. Femmes, Féminin et Criminalité. Meurtre d’enfant, Enfants meurtriers…


Si vous avez manqué quelques épisodes  précédents : du projet de CUC à la CNC…

10 juin 2008. – Organisation, à la Cité Saint-Martin (Paris 4ème),  d’un 1er débat public  par PVT sur  « La formation et la recherche  en matière « stratégique »  (défense, sécurité, questions pénales et criminologiques). Débat  public autour  des recommandations de la mission « Bauer ». Sous le haut patronage de  Mme  Valérie Pécresse, Ministre des Universités et de la Recherche, sous l’égide du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Université Paris 1. Intervenants : Frédéric Ocqueteau (CNRS), Alain Bauer, Alain Cugno (Tétra), Nicole Maestracci (magistrate), Pierre Monzani (INHES), Fabien Jobard (CESDIP) Christian Mouhanna (CESDIP), Christophe Soulez (OND), René Padieu (Tétra), et Jean-Paul Karsenty (CNRS).

2 septembre 2008. – Réunion de travail  de la mission « Bauer » au cabinet de Mme Valérie Pécresse sur le développement de la criminologie à l’Université. Pour cette réunion, PVT a préparé une note, à titre personnel, intitulée « Promouvoir l’enseignement et la recherche en criminologie à l’Université » qu’il complètera ultérieurement.

* 2 octobre 2008. – 1ère réunion « Etudier la criminologie à  l’Université »,  organisée par PVT au Centre d’histoire social du XXe siècle. Ordre du jour  a. Présentation du contexte par PVT, b. Tour de table concernant les enseignements existants dans le champ criminologique à l’université et les projets,  c. Débat autour de la note de PVT préparée pour le cabinet de Mme Pecresse, d. Perspectives. e. Projet de colloque du  3 février 2009.

5 janvier 2009. – Pétition (s) rédigée (s) par MM. Laurent Mucchielli (directeur du CESDIP) et René Lévy (directeur du GERN) contre la prétendue « nouvelle  criminologie ». Ce texte a été diffusé dans au moins 3 versions différentes. Il reprend nombre d’arguments du texte de MM Philippe Robert (fondateur du CESDIP et du GERN) et René Lévy (alors directeur du CESDIP), mis en ligne sur le site du sénateur Jean-Pierre Michel, en 2006, contre « l’appel  des 115 « Criminalité, délinquance, justice : connaître pour agir ».

* 15 janvier 2009 – 2ème rencontre nationale « Etudier la criminologie à  l’Université », organisée par PVT. Ordre du jour :  a. Point d’information sur la préparation du colloque du mardi 3 février 2009  « Criminologie : formation et recherche.  Sortir de l’exception française ? ».

b. Débat 1. -Faut-il  demander la création d’une section « Criminologie » au sein du Conseil National des Universités (CNU) ?

c. Débat 2. – A propos de la pétition de Mucchielli-Lévy contre la criminologie.

d. Débat 3. – A propos de la création d’une chaire de criminologie appliquée au CNAM  dont le 1er titulaire serait M. Alain Bauer.

e. Débat 4. – Proposition de PVT de créer une Conférence universitaire de criminologie (permanente)   [sur le modèle de la « Conférence universitaire de démographie et d’études des populations »]. Cette organisation savante (légère) aurait vocation à rassembler toutes celles et tous ceux qui ont une activité d’enseignement  dans le champ criminologique afin de débattre des questions pédagogiques, épistémologiques, déontologiques et de pratiques de la recherche dans le champ.

* 3 février 2009. – Colloque international organisé par PVT, au siège du CNRS, sur « Criminologie : formation et recherche. Sortir de l’exception française ? » sous l’égide de l’Université Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, sous la supervision d’un comité  scientifique de 35 membres,  en présence de 200 personnes. Actes à Paraître chez l’Harmattan.

* 17 mars 2009. – Communiqué de l’Association française de criminologie (AFC) annonçant l’organisation d’une réunion publique le 28 mars 2009 en vue de la mise en place, à la rentrée académique prochaine, de la « Conférence (permanente) universitaire de criminologie » (CUC), proposée par PVT.  [N’ayant pas été convié aux dernières réunions organisées à ce sujet  par l’AFC, je ne sais pas où en est ce projet de CUC].

* 6 novembre 2009. – Mise  en place de la  Conférence nationale de criminologie (CNC), par Mme Valérie Pécresse.

Source : Pierre V. Tournier, Mensonges d’un matin d’hiver. A propos du colloque sur l’enseignement et la recherche en criminologie du 3 février 2009, au siège du CNRS. Archives, Université Paris 1. Panthéon Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, 147 pages

* Ce rapport peut vous être envoyé, par courriel, sur simple demande.

164 – INTERNATIONAL


Source : Les Échos de l’AICLF, Association Internationale des Criminologues de Langue Française No. 7 – Automne 2009

Congrès 2010 du Groupe Suisse de Criminologie (GSC), Interlaken, 3-5 mars 2010, sur le thème : La justice pénale, entre ambitions et résultats. Renseignements et inscriptions: fabienne.vogler@unifr.ch

– PRIX FERNAND BOULAN. Tous les deux ans, à l’occasion de son colloque international, l’Association internationale des criminologues de langue française (AICLF) honore le travail scientifique réalisé par un jeune criminologue et lui décerne le Prix Fernand Boulan. Comme le stipule le règlement (disponible sur le site web de l’AICLF :

http://www.aiclf.umontreal.ca/), l’Association, par cette distinction, tient à souligner l’excellence et l’originalité des travaux de recherche de jeunes collègues criminologues. Le Prix souligne les capacités de recherche démontrées dans une étude originale de niveau de troisième cycle (doctorat, Ph. D. ou l’équivalent) rédigée en français et traitant d’un thème d’intérêt pour les criminologues de langue française. L’Association compte sur les Professeurs et Directeurs de thèses pour lui signaler et proposer des travaux de qualité exceptionnelle qui ont été soutenus depuis 2004. Le dossier présenté doit comprendre :

  • • trois exemplaires complets de l’étude ;
  • • un document synthétique de 10 pages présentant les objectifs, la méthode, le cadre de

référence et les principales conclusions ;

  • • une lettre d’appréciation démontrant les qualités de l’étude.

Les critères qui serviront à déterminer l’excellence des travaux de recherche sont les suivants: la nouveauté, la méthode, l’approche et l’apport à la communauté francophone.

* Contact : Les dossiers doivent être soumis avant le 15 décembre 2009 à l’adresse suivante: M. André Lemaître, président, Prix Fernand Boulan , Université de Liège Criminologie,  Boulevard du Rectorat, 3 Bât. B33,  B 4000 Liège, Belgique.

12ème Colloque de l’AICLF – Association internationale des criminologues de langue française,  12-13-14 mai 2010, Université de Fribourg (Suisse)

Thème : « Les diverses pratiques criminologiques. Dialogue entre chercheur-e-s, enseignant-e-s et professionnel-le-s des politiques de prévention, de contrôle et de traitement du crime ».

Présentation  et objectifs

La criminologie, science humaine et sociale, a connu un formidable essor au cours des 20 dernières années, développant des études et des interventions nombreuses, variées et aux sources pluridisciplinaires. Un premier objectif du 12ème Colloque de l’AICLF est de mettre en valeur cette richesse théorique, empirique et pratique.

Pour l’illustrer – et par son retour en Suisse, puisque le 1er Colloque de l’AICLF a eu lieu à Genève en 1989 – ce 12ème Colloque de l’AICLF a pour deuxième objectif de rassembler le plus grand nombre de professionnel-le-s de la criminologie afin de favoriser le dialogue, les échanges et les débats entre ces personnes aux professions criminologiques très diverses, notamment (la liste ne pouvant pas être exhaustive): agent-e-s de prévention, analystes, chercheur-e-s, clinicien-ne-s, enseignant-e-s, magistrat-e-s, médiateurs-trices, policiers-ères, agent-e-s de ‘bonne gouvernance’ (politique, économique et financière), de détection, de sécurité, de surveillance, d’exécution des peines et traitements, responsables des politiques contre le crime, statisticien-ne-s, thérapeutes, etc., ainsi que les chargé-e-s d’évaluation des projets et mesures mis en oeuvre. Un dénominateur commun de ces multiples pratiques criminologiques est qu’elles concourent au développement, au maintien ou à la restauration de la qualité de vie dans nos sociétés, valeur essentielle qui est mise à mal par les actions criminelles.

Un 3ème objectif du 12ème Colloque de l’AICLF sera bien sûr que les participant-e-s s’interrogent eux-mêmes et questionnent les responsables politiques sur les valeurs essentielles qui doivent fonder les actions criminologiques, de prévention, de contrôle et de réaction face aux crimes, à leurs auteurs et à leurs victimes.

* Contact :  http://www3.unipark.de/uc/AICLF [à partir du  11 novembre 2009]

161 – INTERNATIONAL


MONTRÉAL. 7-8-9 Décembre 2009. Prévention de la criminalité dans le monde. Bilan, évaluation et perspectives »

Argumentaire. « Depuis sa création en 1994, le Centre international pour la prévention de la criminalité est au coeur d’un mouvement international visant à promouvoir les politiques fondées sur la recherche et les pratiques efficaces en prévention de la criminalité et en sécurité quotidienne. Le domaine de la prévention de la criminalité est relativement récent en comparaison d’autres champs de recherche. Depuis plus de trois décennies, plusieurs pays ont été témoins de changements importants dans les politiques et pratiques de prévention de la criminalité, tant au niveau du leadership, du champ d’action (situationnel, social, etc.), des secteurs prioritaires, de la mise en oeuvre, de l’évaluation, que de l’avènement de normes et standards internationaux. L’évaluation de l’efficacité des politiques et pratiques de prévention et le premier Rapport international sur la prévention de la criminalité et la sécurité quotidienne 2008 du CIPC nous permettent aujourd’hui d’identifier certaines tendances dominantes, mais aussi de grandes disparités géographiques. Le 15ème anniversaire du CIPC constituera l’occasion d’examiner l’évolution internationale des politiques et pratiques en prévention de la criminalité depuis 15 ans. Dans un second temps, l’accent sera mis sur les défis à venir tant à l’échelle locale que nationale et transnationale. Les enjeux émergents liés à l’urbanisation, aux mouvements migratoires ou encore à la « privatisation de la sécurité » seront plus particulièrement examinés. Cet évènement s’inscrit également dans le cadre du 20e anniversaire de la Conférence européenne et nord-américaine sur la sécurité et la prévention de la criminalité en milieu urbain, qui s’est tenue à Montréal en 1989 et qui a amené la création du CIPC.

* Frais d’inscriptions :  – D’ici le 20 septembre 2009 = 325.00$ CAN – Après le 20 septembre 2009 = 425.00$ CAN. Politique de remboursement : – En cas d’annulation avant le 15 septembre 2009, des frais de 50$ seront conservés pour les frais d’administration. En cas d’annulation entre le 15 septembre 2009 et le 7 novembre 2009, 50% des frais d’inscription seront remboursés.  Après le 7 novembre 2009, aucun remboursement ne sera accordé.

* Lieux : 7/12/09 : Hôtel-de-Ville de Montréal 275, rue Notre-Dame Est, Montréal 8/12 et 9/12/09 : Centre Mont-Royal 2200, rue Mansfield, Montréal

* Contact : http://www.centremontroyal.com/index.html

150 – INTERNATIONAL


RABAT (Maroc). 6 et 7 octobre 2009. « Délinquance et criminalité féminines »

colloque organisé par l’Université Mohammed V-Souissi, le CERCORE et le Master Spécialisé Rééducation des délinquants et intégration professionnelle.

– Date limite d’envoi des propositions : 25 septembre 2009,

* Contact : abdkidai@gmail.com


Fribourg (Suisse). Mercredi 12 au vendredi 14 mai 2010.  XIIème Colloque de l’Association internationale des criminologues de langue française (AICLF).

Thème : Les diverses pratiques criminologiques. Dialogue entre chercheur-e-s, enseignant-e-s et professionnel-le-s des politiques de prévention, de contrôle et de traitement du crime.

L’AICLF, fondée à Genève en 1987, a pour but de favoriser les relations entre universitaires, praticiens et chercheurs qui étudient le phénomène criminel ou travaillent en criminologie appliquée, leur trait d’union étant l’utilisation du français dans leurs échanges internationaux.

* Contact : AICLF,  A/S Benoît Dupont, Secrétaire général, Université de Montréal / CICC  C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal (Qc.), H3C 3J7  Canada, Tél : (1) 514 343 7065
Fax : (1) 514 343 2269  benoit.dupont@umontreal.ca

148/49 – INTERNATIONAL


SUISSE. Office fédéral de la statistique. Criminalité et droit pénal, Statistique de l’aide aux victimes d’infractions,  Newsletter N° 3/2009 du 29 juin 2009.

Les données 2008 concernant la statistique de l’aide aux victimes (OHS) sont actuellement disponibles. Les tableaux relatifs à ce domaine ont été réactualisés et sont à disposition sur le portail statistique de l’OFS.

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/19/03/01.html

Cette statistique couvre les années 2000 à 2008. Une dizaine de tableaux sur les chiffres-clés peuvent être consultés directement, alors que 11 tableaux Excel, comprenant une feuille par année, peuvent être téléchargés.

En raison de la révision de la loi sur l’aide aux victimes, entrée en vigueur le 1er janvier 2009, une publication sur les données 2000-2008 de la statistique est prévue pour la fin de cette année.

Consultations. En 2008, les centres de consultation d’aide aux victimes d’infractions ont enregistré plus de 28’750 affaires. Cela représente une diminution de près de 2% par rapport à 2007. Depuis 2000, c’est la première fois que le nombre de consultations diminue. La majorité des affaires concernaient des victimes de sexe féminin (73%) et des auteurs présumés de sexe masculin (84%). Dans plus de la moitié des affaires (54%), il existait une relation familiale entre la victime et l’auteur présumé. Les infractions les plus souvent mentionnées étaient les lésions corporelles (42%) et les atteintes à l’intégrité sexuelle d’enfants (14%). Malgré le fait qu’il s’agisse d’actes relevant du droit pénal, moins de la moitié des cas traités par les centres de consultation (45%) ont parallèlement donné lieu à une procédure judiciaire.  L’aide apportée revêt le plus souvent la forme d’une assistance psychologique (61%) et/ou juridique (60%).

Indemnisations et réparations morales. En 2008, les autorités cantonales d’indemnisation et de réparation morale se sont prononcées définitivement sur 1’140 demandes. Cela représente une augmentation de 10% par rapport à 2007. Les autorités ont accepté 231 demandes d’indemnisation, pour un montant total de plus de 2.5 millions de francs. La moitié des sommes accordées ne dépassait pas 2’833 francs. Quant aux demandes de réparation morale, les autorités en ont admises 742 pour un montant de près de 6.6 millions. Dans 50% des cas, la réparation morale ne dépassait pas 5 000 francs. Les montants accordés en 2008 sont plus hauts que ceux de 2007, mais plus bas que ceux de 2002-2003.

Des informations statistiques sur les mineurs comme victimes et auteurs d’actes de violence sont disponibles sur le portail statistique.

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/19/04/02/02/01.html

Des informations statistiques sur les actes d’ordre sexuel avec des enfants sont disponibles sur le portail statistique

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/19/04/02/01/01.html

Portail statistique suisse

Domaine Criminalité et droit pénal dans le portail :

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/19.html

Page d’accueil de l’Office fédéral de la statistique: http://www.statistique.admin.ch

uniqués de presse et liste des publications

Veuillez prendre note que l’OFS met à votre disposition une liste complète de ses communiqués de presse passés, des communiqués de presse annoncés ainsi que de ses nouvelles publications sous:

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news.html

148/49 – FROM INSTITUT OF CRIMONOLY, TUBINGEN


From Hans-Juergen Kerner, Listserv Mananger, Criminology Criminal Justice News Professor and Director, Institute of Criminology,  University of Tuebingen,  Sand 7, 72076 Tuebingen, Germany,  Phone: +49-7071-297 29 31 // Fax: +49-7071-29 51 04 ; hans-juergen.kerner@uni-tuebingen.de Secretariat: ifk@uni-tuebingen.de ;

http://www.ifk.jura.uni-tuebingen.de/

* The 16th World Congress of the International Society for Criminology in 2011. The 16th World Congress of the International Society of Criminology (ISC) will be held at the Kobe International Conference Center in Kobe, Japan, on August 5-9, 2011.  The local host is the Japan Federation of Criminological Associations (JFCA), which is formed by the eight criminological associations in Japan covering a wide range of disciplines from sociological criminology to correctional medicine.  JFCA has started its preparation for the Congress with close consultation with the ISC leadership.  The general theme is: Global Socio-Economic Crisis and Crime Control Policies: Regional and National Comparisons
An official website has been set up and the first circular will be prepared soon afterward. The URL of the homepage is the following: http://wcon2011.com/

http://hansha.daishodai.ac.jp/wcon2011/index_en.html

* Pakistan Journal of Criminology Published. It is stated with immense pleasure that the Pakistan Journal of Criminology, (Number 1, Volume 1, April, 2009) is published. The formal launching ceremony of the journal was held on May 8, 2009 at the National Police Academy, Islamabad. The Deputy Speaker of the National Assembly of Pakistan, Mr. Faisal Karim Khan Kundi was the chief guest. The Commandant, National Police Academy, Mr. Mirza Muhammad Ali (PSP), the Director General, Federal Judicial Academy, Mr. Moazzam Hayat, the Country Director of UNIFEM, Ms. Alice Shackelford and the President of Pakistan Society of Criminology, Fasihuddin (PSP) spoke on the occasion. The speakers highlighted the importance and need of criminology education and criminological research in Pakistan. An academic evaluation and critical review of the journal was presented by the speakers. The launching ceremony was attended by the parliamentarians, the UN officials, diplomats, police officers, members of the judiciary, media reporters, members of the Pakistan Society of Criminology, civil society and the probationer police officers of the 11 Initiative Command Course at the National Police Academy, Islamabad. The present issue contains articles on drones attacks, poppy-cultivation, cyber crimes and suicide bombers
Those who have contributed articles and messages, and those who are on the esteemed advisory and editorial board will get a free copy, which will be sent to their addresses. The abstracts are freely available on the PSC website.  Those who are interested to have a personal copy can get it from Saeed Book Bank and Mr. Books in Islamabad, London Book Agency, Saeed Book Bank and University Book Agency in Peshawar and Muneeb Book House,1 –Turner road, Lahore.

With best regards.

(Fasihuddin)  (Police Service of Pakistan) Director, Research and Development,  NWFP Police & President, Pakistan Society of Criminology. No: 261, 3rd Floor Deans Trade Center, Peshawar Saddar, Peshawar

NWFP Pakistan. Phone:  +92-91-5253188  (Office) , Cell:     +92-313-5954055

Email: pscatpeshawar@yahoo.com,   website: www.pakistansocietyofcriminology.com

147 – INTERNATIONAL


EDIMBOURG. 9 – 11 septembre 2009. 15ème Conférence des directeurs d’administration pénitentiaire du Conseil de l’Europe : « Prisons surpeuplées : à la recherche des solutions ».

En vue de cette conférence, les administrations pénitentiaires des Etats membres devaient répondre au questionnaire suivant :

La Recommandation n° R (99)22 concernant le surpeuplement des prisons et l’inflation carcérale a été adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe le 30 septembre 1999. Afin d’évaluer dans quelle mesure ladite recommandation est mise en œuvre  par votre pays et de pouvoir présenter les résultats de ce sondage à la 15ème Conférence des directeurs d’administration pénitentiaire (les 9-11 septembre 2009, Edimbourg), vous êtes priés de bien vouloir répondre aux questions suivantes :

1. – Quelle est la proportion actuelle entre les délinquants condamnés en général et les délinquants condamnés à une peine d’emprisonnement? Est-ce qu’il y eu a un changement de cette proportion depuis 1999 ? Merci de détailler.

2. – Est que le nombre des détenus (en détention provisoire et condamnés) a augmenté ou a diminué depuis 1999 ? Merci d’indiquer de combien.

3. – Est-ce que le nombre des places en prison a augmenté ou a diminué depuis 1999 ? Si tel est  le cas, de combien ? Merci d’indiquer, si nécessaire, combien de nouvelles prisons ont été construites depuis 1999 et/ou combien des prisons vétustes ont été fermées depuis lors.

4. – Est-ce que la longueur des peines de prison a augmenté ou a diminué depuis 1999 ? Merci d’indiquer, si possible l’augmentation/la diminution en moyenne.

5. – Est-ce qu’il existe la pratique de grâces/d’amnisties collectives afin de réduire la population carcérale et si tel est le cas, combien de grâces/d’amnisties collectives ont été prononcées depuis 1999 et combien de prisonniers ont été concernés ?

6. – Quelle est la proportion entre les détenus en détention provisoire et les prisonniers condamnés et est-ce qu’il y a eu un changement de cette proportion depuis 1999 ? Merci de détailler.

7. – Est-ce que le nombre des détenus qui ont bénéficié de libération conditionnelle a augmenté ou a diminué depuis 1999 ? Merci de détailler.

8. – Est-ce que la possibilité d’avoir une libération conditionnelle est prévue pour tous les prisonniers condamnés ? Est-ce qu’il s’agit d’une libération conditionnelle obligatoire (c.à.d. fixée par la loi et appliquée automatiquement après une certaine période d’emprisonnement) ou discrétionnaire (c.à.d. fixée par la loi, mais les décisions sont prises au cas par cas) ?

* On notera que ce questionnaire, dont nous venons d’apprendre l’existence  et dont nous  ne connaissons pas l’auteur – ou les auteurs – ne tient aucun compte des indicateurs que nous avions introduits lors des travaux préparatoires à la recommandation de septembre 1999 : densité carcérale par établissement, analyse des évolutions des stocks à partir de celle des entrées en détention et des durées de détention, etc. (1)

Par ailleurs, nous avons cherché à connaître les réponses présentées par l’administration française, mais sans succès, pour le moment.  PVT

(1) Conseil de l’Europe, Le surpeuplement des prisons et l’inflation carcérale, recommandation N°R (99) 22, adoptée par le Comité des Ministres le 30 septembre 1999 et rapport élaboré avec l’assistance d’André  Kuhn, Pierre V. Tournier et Roy  Walmsley, coll. Références juridiques, 2000, 212 pages.